Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20-1Éditorial

Éditorial

Marianne Cerf, Justine Forrierre, Yvon Haradji et Alexandre Morais

Texte intégral

1Vous découvrirez dans ce numéro d’avril 2023, 6 articles en varia, un dossier consacré à la question de l’autonomie dans le travail porté par Pascal Ughetto et Yvon Haradji, dossier qui fait suite à la journée d’étude organisée par la revue en septembre 2021, 3 résumés de thèse, 1 HDR et 6 recensions. C’est donc un numéro riche de nombreuses contributions et signe sans doute de la vitalité de notre communauté, et probablement aussi de l’existence persistante de conditions de travail peu favorables à la santé, au sens large, des travailleurs, dont les managers. Nous profitons aussi de ce numéro pour attirer votre attention sur la prochaine journée d’étude de la revue, prévue le jeudi 28 septembre 2023, et intitulée « le corps dans l’activité à l’heure de la dématérialisation ».

2Le premier article proposé par Sarah Belouachi, Camille Sagnier et Emilie Loup-Escande intitulé « L’activité des enseignants de la conduite entre gestion de l’environnement et enseignement de la conduite automobile : une revue de questions » propose une synthèse des travaux sur la conduite automobile et met en exergue l’existence de deux stratégies pour mener à bien cette double tâche de gestion de l’environnement et d’enseignement. Au-delà, il évoque la nécessaire adaptation à chaque élève et la difficulté à rendre opérationnels les référentiels. Le deuxième article, porté par Déborah Gaudin, Sandrine Caroly et Yves Roquelaure, intitulé « Le travail d’organisation du dirigeant dans la TPE de la restauration traditionnelle : stratégies de répartition des tâches et de gestion des clients, enjeux de prévention des risques » repose sur un travail développé au sein de deux restaurants. Il met en lumière les régulations mises en œuvre par leurs dirigeants pour préserver la santé de leurs travailleurs tout en assurant la performance de leur entreprise. L’article pointe que ceci peut se faire au détriment de la santé du manager, et interroge la possibilité de traiter simultanément cette dernière et celles des autres travailleurs. Laurent Karsenty et Pierre Pisani, dans leur article intitulé « Améliorer les conditions d’exercice du management pour réduire les risques psychosociaux » mettent en lumière, sur la base d’une intervention conduite dans une association porteuse d’une structure médico-sociale, les difficultés rencontrées par les managers pour agir sur les RPS au sein de leur entreprise. Certaines sont singulières, car liées aux transformations organisationnelles dans la structure, mais d’autres semblent liées à l’exercice de la fonction managériale, donnant lieu à des recommandations pour faciliter cet exercice. Un article de Johann Petit et Philippe Negroni, intitulé « Agir sur le travail des managers : des enjeux de métier pour les ergonomes, pour les managers », apporte également un éclairage sur l’analyse du travail des managers et ses enjeux. En proposant une lecture de l’évolution des entreprises ces 40 dernières années, et en pointant ce que cela a pu entraîner dans l’évolution de la prise en compte du travail organisationnel et des managers, les auteurs soulignent l’importance des interventions organisationnelles et proposent un cadre pour les mener dans les entreprises. Sylvie Moussay et Éric Flavier proposent un texte intitulé « L’apport de deux études empiriques à la conceptualisation du collectif. De quel collectif parle-t-on et comment saisir son activité ? ». En mobilisant le cadre de la théorie culturelle et historique de l’activité, ils étudient deux collectifs différents et, grâce à une étude langagière des interactions, pointent le caractère émergent et incertain du collectif ainsi que les processus d’affiliation et de contractualisation qui y prennent place. Enfin, le dernier article en varia est celui de Lucie Reboul, Catherine Delgoulet, Corinne Gaudart et Serge Volkoff. Il est intitulé « L’activité de médiation des encadrants de proximité d’une compagnie aérienne, dans leur tâche de planification de la production : la santé au cœur des enjeux d’encadrement ». Les auteurs mobilisent la notion de médiation pour rendre compte de l’activité de management prise dans de multiples antagonismes qui entrent en tension et montrent ainsi le caractère crucial de cette activité pour assurer la prévention des agents subordonnés.

3Ces six articles en varia sont complétés par le dossier intitulé « L’autonomie au prisme de l’activité », introduit par Pascal Ughetto et Yvon Haradji. Dans ce dossier, vous trouverez, outre cette introduction, un premier article de Nathan Compan, Benjamin Brunet, Mirtha Mestanza, Amélie Renonciat, Ferdinand Monéger, Michel Récopé Géraldine Six-Lièvre, et Fabien Coutarel, intitulé « Concevoir des dispositifs intégrant une technologie autonome : du technique au politique ». Il s’appuie sur trois cas d’étude pour montrer l’absence de prise en compte des relations nécessaires pour le fonctionnement de ces technologies. Les auteurs défendent l’intérêt d’une approche de la conception fondée sur l’extension des capacités d’action, et le besoin d’appréhender la dimension politique de la conception vis-à-vis du travail futur qui s’y développe. Un deuxième article, de Xavier Coquil, est intitulé « L’autonomie : un concept central pour le développement de l’activité de travail des agriculteurs à l’ère de l’anthropocène ». Il s’appuie sur plusieurs projets de recherche-intervention conduits dans le secteur agricole pour argumenter la nécessité de penser l’accompagnement de la transformation de l’activité des agriculteurs en s’appuyant sur une vision de l’autonomie associant autodétermination et confiance, sens critique et pouvoir politique. Il s’agit d’accompagner un double mouvement : une émancipation vis-à-vis d’un contexte socio-professionnel normatif, ultradominant et peu durable et un développement professionnel de l’activité de travail des agriculteurs. Un troisième article, écrit par Clàudia Pereira, Catherine Delgoulet et Martha Santos, intitulé « Enjeux d’autonomie pour la transmission des savoirs et savoir-faire des travailleurs expérimentés de l’industrie manufacturière », restitue une intervention dans une entreprise de lithographie industrielle. Il met en lumière deux grands types de situation quant à la façon dont les travailleurs expérimentés peuvent articuler transmission et production dans un contexte organisationnel qui méconnaît la réalité du travail des lithographes. L’article de Laëtitia Flamard et Xavier Marchand intitulé « Formes et effets de l’autonomie au travail : le cas des aides à domicile dans la construction de leurs propres plannings » propose une analyse comparée de trois retours d’expérience d’équipes dites autonomes. Il défend l’idée que l’autonomie est un construit et implique un environnement technique et social favorable dont les caractéristiques sont évoquées. Domitille Léonard, dans l’article intitulé « Accompagner la responsabilisation : l’intervention ergonomique comme mise en dialogue des aspirations et prescriptions d’autonomie », évoque deux interventions réalisées auprès d’équipes travaillant sur les systèmes d’information d’une entreprise souhaitant développer la responsabilisation. L’autrice souligne l’enjeu de ne pas se concentrer sur la réorganisation hiérarchique des boucles de régulation verticale, mais de créer les conditions favorables aux régulations horizontales et coopérations transverses nécessaires à l’exécution d’un travail de qualité. Enfin, l’article de Laurent Van Belleghem intitulé « De l’autonomie au système d’autorité la favorisant » met l’accent sur la notion d’autorité comprise ici à travers l’objet qu’un ensemble d’acteurs est en capacité d’identifier comme « ce qui fait autorité » dans leur activité commune, guidant cette dernière. Il s’appuie sur une recherche intervention participative dans une organisation de logement social, pour montrer que l’autonomie n’est ni pensée ici comme individuelle ou comme une figure imposée par le management, mais comme collective permettant de répondre au mieux à la singularité des demandes des bénéficiaires.

4Vous trouverez aussi d’autres contributions à ce numéro comme les recensions. Celle réalisée par Anne Bationo-Tillon de l’ouvrage coordonné par Germain Poizat et Simon Flandin « Conception, Recherche, Activité, Formation, Travail ». La recension de Muriel Prévot-Carpentier de l’ouvrage coordonné par Justine Arnoud, Flore Barcellini, Marianne Cerf et Maria-Sol Perez Toralla intitulé « Dynamiques développementales dans les interventions sur le travail : entre héritages et perspectives ». Celle rédigée par Johann Petit pour l’ouvrage coordonné par Marie-Anne Dujarier, Anne Gillet et Pierre Lénel dont le titre est « L’activité en théories. Regards croisés sur le travail. Tome II ». La recension proposée par Xavier Retaux du livre d’Éric Sanchez au joli titre « Le paradoxe du marionnettiste. Jeu et apprentissage », celle écrite par Louis Quéré à propos de l’ouvrage de Jérôme Martin et Bernard Prot intitulé « Émotions, affects et institutions. Dialogue entre historiens et psychologues » et enfin la recension de Janine Rogalski à propos de l’ouvrage coordonné par Yannick Lémonie, Emmanuelle Betton et Régis Ouvrier-Bonnaz intitulé « Normes et références : l’expérience en discussion. Travail, orientation, formation ».

5Pour compléter, vous découvrirez aussi trois résumés de thèses. Celui de Marion Albert qui présente sa thèse dont le titre est « Comprendre les situations d’exposition aux pesticides lors de l’utilisation des pulvérisateurs. La conception et la réglementation comme chaîne de déterminants ». L’autrice adopte une démarche interdisciplinaire originale entre ergonomie et droit. Elle met au centre de son travail le pulvérisateur pour appréhender les activités qui se déploient autour lors de son usage, de sa conception et de l’établissement de règlementations qui encadrent ces activités. Elle met ainsi en lumière une chaîne de déterminants des situations d’exposition aux pesticides. Artemis Drakos, quant à elle, évoque sa thèse intitulée « Ergonomie des situations de formation professionnelle et environnements virtuels : le cas de la formation des agents de terrain ». Elle mobilise le cours d’expérience pour analyser différents dispositifs virtuels de formation et saisir leur contribution au développement professionnel des agents, mais aussi à la transformation de l’activité des formateurs. L’autrice s’attache à formuler des principes de conception généraux pour l’utilisation des environnements virtuels en formation professionnelle. Marion Gras-Gentiletti propose un résumé de sa thèse intitulée « Soutenir la dimension constructive de l’activité instrumentée par des dispositifs techniques à base d’intelligence artificielle : une approche développementale de la conception centrée sur le modèle du sujet capable ». Travaillant à partir de deux technologies (un chatbot en entreprise, un robot domestique) capables d’apprentissage, il s’agit pour l’autrice d’identifier les genèses instrumentales autour de tels dispositifs afin de déterminer en quoi ils peuvent constituer des aides ou des empêchements à l’activité. Elle montre que ces dispositifs dits « intelligents » plutôt que de supprimer l’activité des métiers la transforment et introduisent de nouvelles tâches « invisibles ». Sans nier les spécificités de chaque terrain, elle va jusqu’à formuler des recommandations générales pour concevoir ce type de dispositifs. Vous pourrez aussi lire le résumé rédigé par Vanina Mollo pour son HDR intitulée « Cultiver la diversité pour développer l’agentivité. La réflexivité dans la démarche ergonomique ». Elle précise la conceptualisation qu’elle fait de la notion d’agentivité individuelle ou collective et ses liens à l’activité, pour ouvrir sur l’intérêt de valoriser la diversité des façons d’accomplir une tâche en situation dans le cadre de débats constructifs. Ces derniers permettent de développer à la fois le potentiel d’action des individus et du collectif et de faire vivre l’organisation qui est vue alors comme un processus façonné par les interactions constantes entre un cadre formel qui structure le travail, et l’activité des personnes qui retravaillent le cadre pour lui donner du sens en situation.

6Nous vous remercions de votre intérêt et de vos contributions à la revue et nous vous souhaitons une bonne lecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Cerf, Justine Forrierre, Yvon Haradji et Alexandre Morais, « Éditorial »Activités [En ligne], 20-1 | 2023, mis en ligne le 15 avril 2023, consulté le 24 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/activites/8561 ; DOI : https://doi.org/10.4000/activites.8561

Haut de page

Auteurs

Marianne Cerf

Articles du même auteur

Justine Forrierre

Articles du même auteur

Yvon Haradji

Articles du même auteur

Alexandre Morais

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search