Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20-2Commentaires d’ouvragesAnalyse d’ouvrage par Anaïs Loizon

Commentaires d’ouvrages

Analyse d’ouvrage par Anaïs Loizon

Rémi Bonasio, & Hélène Veyrac (Eds.). Appropriations de nouvelles prescriptions
Anaïs Loizon
Référence(s) :

Rémi Bonasio, & Hélène Veyrac (Eds.) (2022). Appropriations de nouvelles prescriptions. Activités en éducation scolaire. Octarès Éditions.

Texte intégral

1Dirigé par Rémi Bonasio et Hélène Veyrac, publié par Octarès en 2022, cet ouvrage intitulé « Appropriation de nouvelles prescriptions. Activités en éducation scolaire » donne à voir en même temps qu’il le prolonge, le travail collectif engagé par un groupe de chercheurs toulousains de l’équipe de recherche Éducation Formation Travail et Savoirs (EFTS) depuis 2016. Après un premier ouvrage publié en 2018 (Brossais & Lefeuvre, 2018) plus spécifiquement centré sur l’appropriation de la réforme scolaire du collège, les auteurs élargissent ici le champ des investigations tout en le limitant à l’étude de prescriptions dites « nouvelles » ou perçues comme telles par les acteurs du monde de l’éducation en contexte français. Une question centrale se dégage de l’ouvrage : qu’ils soient proviseurs adjoints, personnels de vie scolaire, professeurs des écoles, de collège ou de lycée, comment les acteurs du monde éducatif font-ils « leurs » les prescriptions ? Le concept d’appropriation, bien qu’interrogé, enrichi et nuancé au fil des contributions par la diversité des ancrages théoriques mobilisés, reste la clé d’entrée pour « comprendre comment prescriptions et activités se nourrissent : ce que font les acteurs de la prescription, mais également ce que la prescription peut faire de cette activité » (p. 11). Le pluriel est ainsi convoqué pour appréhender et caractériser les formes multiples que peuvent prendre les appropriations des prescriptions en éducation.

2Préfacé par Françoise Lantheaume et postfacé par Brigitte Almudever, l’ouvrage est structuré en sept chapitres et propose ainsi un itinéraire de lecture allant de l’étude des appropriations des prescriptions les plus hétéronormées, émanant d’instances externes comme peut l’être le ministère de l’Éducation nationale à des prescriptions plus locales, fruits d’une co-conception entre chercheurs et praticiens.

3Le chapitre introductif, telle une « base d’orientation » (Savoyant, 1979), offre aux lecteurs de précieux repères et indications pour se représenter le projet collectif, en appréhender ses contours et ses limites et ainsi s’approprier progressivement les différentes recherches conduites. Après avoir mentionné certains partis pris épistémologiques (l’approche, par exemple, fondamentalement située temporellement et culturellement de l’activité humaine), Rémi Bonasio et Hélène Veyrac s’efforcent de délimiter la notion de prescription. Ils empruntent, à cette fin, la définition donnée par Mayen et Savoyant (2002) tout en précisant le rôle central donné aux acteurs dans le processus de délimitation : « les prescriptions auxquelles nous nous intéressons ici ont une spécificité, ne serait-ce parce que les acteurs les perçoivent comme telles » (p. 13). Cet emprunt se traduit, dans l’ouvrage, par une attention particulière prêtée aux formalisations langagières, entendues alors comme artefacts symboliques et à la manière dont elles « influencent », « imposent une certaine direction » à l’activité des professionnels du monde de l’éducation. Les auteurs proposent ensuite d’appréhender les processus d’appropriation selon trois composantes, épousant ainsi le point de vue de l’acteur en prise avec de nouvelles prescriptions : l’examen de la pertinence, l’intention de conformation et l’effectuation. Un enseignant peut, par exemple, juger une réforme pertinente, avoir l’intention de s’y conformer et trouver, dans son contexte singulier, les moyens de son effectuation (les auteurs parlent dans ce cas de conformisme assumé). À l’inverse, comme le décrit Nicole Raybaud-Patin dans son chapitre, certains enseignants bien qu’ils ne jugent pas pertinente la mise en place d’évaluations nationales, peuvent tout de même s’y conformer au regard de la pression hiérarchique exercée sur eux. On parle dans ce cas de conformisme subi ou de façade. Loin d’épuiser la complexité des situations d’appropriation, cette proposition de typologie (p. 16) à laquelle chacune des contributions s’efforce de revenir tout en l’enrichissant participe de la cohérence de l’ouvrage et constitue un véritable apport, bien qu’à consolider, pour les chercheurs et les praticiens engagés dans un processus d’enquête sur les appropriations des prescriptions.

4Dans le chapitre suivant, Emmanuelle Brossais, Florence Savournin et Émilie Chevallier-Rodrigues adoptent une perspective clinique référée à la psychanalyse pour analyser les modalités d’appropriation des politiques et des dispositifs de l’école inclusive. Le lecteur est ainsi plongé au cœur d’un collège de Haute-Garonne ayant ouvert récemment un dispositif Ulis. Les trois focus group successivement mis en place par le collectif de chercheuses et analysés à la fois sur le plan de l’expression collective et singulière permettent de saisir les transformations professionnelles engagées chez les enseignants et personnels de vie scolaire participant à l’étude. Le concept d’appropriation subjective mobilisé par les auteures rend visible les mouvements psychiques contradictoires à l’œuvre chez le sujet pris entre impuissance et créativité. Cette contribution, en donnant à voir le rôle et la place centrale que peut jouer le collectif de travail réuni lors des focus group dans le mouvement d’appropriation subjective, interpelle également indirectement le lecteur sur le rôle endossé par le chercheur qui ne se contente pas, comme c’est écrit, « de recueillir des propos », mais semble bien, à notre sens, les provoquer. Sur le plan méthodologique, elle invite donc à conceptualiser la part active prise par le chercheur dans le dispositif tout en laissant le lecteur seul face à une question : faut-il, en paraphrasant Yves Clot (2008), « provoquer l’appropriation pour pouvoir l’étudier » ?

5Hélène Veyrac, Audrey Murillo et Julie Blanc proposent, dans leur recherche, une autre voie d’accès aux appropriations par l’intermédiaire d’entretiens individuels menés auprès de proviseurs adjoints d’établissements de l’enseignement public agricole devant mettre en place le dispositif Parcoursup. Plus précisément, elles explorent les formes d’organisation instaurées par ces proviseurs pour décider des avis à émettre concernant les vœux d’orientation de leurs élèves. Dans la lignée des travaux conduits en psychologie ergonomique, elles relatent, sous forme de tableau, le processus d’appropriation allant de la tâche prescrite à la tâche appropriée en passant par la tâche comprise et soulignent alors le rôle joué par les « systèmes de normes locales » (p. 59) pour expliquer les variabilités inter-établissement observées. Cette contribution en se focalisant notamment sur l’élaboration de la Fiche Avenir, constitutive de la plateforme Parcoursup, illustre bien ce que les procédures dématérialisées et les systèmes d’information automatisés font à l’activité à l’ère de l’État-plateforme. Les proviseurs se voient ainsi dépossédés, sans même sans rendre compte, d’une part importante de leur activité liée à la communication auprès des élèves et de leur famille des avis concernant leurs vœux d’orientation. Le calendrier ainsi que les modes de diffusion étant pris en charge par la plateforme. Le « décalage prométhéen » théorisé par Günther Anders en 1956 dans son livre. L’obsolescence de l’homme n’a rien perdu de son actualité tant le hiatus semble grand entre la production technique et la capacité des hommes à y faire face. Le prescripteur apparaît ainsi sous la figure de l’homo technicus produisant un monde sans pour autant être capable d’appréhender les implications de ce qu’il fait. C’est sans doute là une des grandes vertus de cette recherche que de parvenir à rendre visible ce décalage.

6En allant directement observer l’activité d’enseignants en classe lors de la passation des évaluations nationales en cours préparatoire, Nicole Raybaud-Patin ouvre un peu plus encore le champ des possibles sur le plan méthodologique. Mobilisant la théorie de l’agentivité élaborée par Bandura, elle montre que les évaluations nationales, au travers des temporalités et des contenus qu’elles imposent, sont le plus souvent « subies » par les enseignants qui déplorent la position d’exécutants dans laquelle les place ce dispositif. Les prescriptions se voient ainsi détournées, instrumentalisées pour servir les intentions propres aux enseignants. En lieu et place d’une évaluation standardisée suivant à la lettre le Guide pour l’enseignant, ils font ainsi de nombreux ajouts verbaux visant à « rassurer », « aider », « encourager » ou encore « maintenir au travail » leurs élèves durant les passations. Ces buts, véritables organisateurs de l’activité, mettent à mal les deux objectifs pourtant poursuivis par le ministère : piloter par les résultats et aider les enseignants dans leur pratique. Les dynamiques d’intersignifications à l’œuvre dans le processus d’appropriation décrites par l’auteure et reprises à nouveau en postface par Brigitte Almudever, traduisent tout l’intérêt d’une approche holistique de l’activité à l’écoute de l’ensemble des sphères de vie du sujet. C’est à la fois en tant que mère, professionnelle de l’éducation, ancienne élève, qu’une des enseignantes observée et interviewée met au travail la prescription.

7Si les trois premières contributions de l’ouvrage font explicitement référence à des prescriptions extérieures aux acteurs de terrain, le chapitre de Martine Durand-Terreaux vient nuancer cette apparente extériorité en montrant comment des prescriptions ministérielles, sur le temps long d’une réforme, sont aussi le fruit d’un « va-et-vient » entre le prescripteur et les acteurs de terrain. L’auteure étudie, sur la base d’analyses documentaires, d’observations de séances et d’entretiens, la manière dont des professeurs des écoles se sont approprié la réintroduction d’un enseignement moral dans les programmes scolaires à partir de 2008. En s’appuyant sur la théorie du projet de Boutinet, elle montre comment cette prescription est progressivement passée d’un « projet programmatique » à un « projet processus », révélateur du mouvement d’appropriation au travail chez les enseignants. Du rejet initial suscité par les nombreuses imprécisions du projet quant aux notions à enseigner dans le cadre de cette « instruction civique et morale » à la nécessaire phase de régulation, le lecteur peut ainsi suivre la trajectoire du processus d’appropriation qui n’a rien de linéaire et garder en mémoire les ingrédients présentés comme favorables à l’effectuation des prescriptions : un processus de consultation nationale, un glossaire commun sur les notions à aborder, la formation des enseignants et la publication de repères annuels en enseignement moral et civique. Même si l’auteure n’y fait pas explicitement référence, les phases décrites traduisent bien la construction d’un « référentiel opératif commun » (Leplat, 1991) et les phénomènes de traduction, négociation, explicitation, nécessaires à l’établissement d’un « contexte de connaissances mutuelles ». Alors que de tels éléments pourraient, de prime abord, sembler évident, cette recherche, en prenant le temps d’une analyse historique aussi minutieuse que précieuse, redit combien le chemin peut être long pour penser un Commun et les conditions d’une contribution possible des acteurs aux prescriptions.

8Les deux derniers chapitres de l’ouvrage se focalisent sur des prescriptions moins hétéronormes et donnent à voir un autre positionnement du chercheur, engagé, cette fois-ci, auprès des acteurs de terrain dans un processus de co-conception de la prescription rompant de fait l’opposition prescripteur/usager. La contribution de Jérôme Amathieu et Sébastien Chaliès, à travers le prisme de la temporalité et de la consubstantialité, propose une conceptualisation des articulations possibles entre les prescriptions et leur appropriation par les professionnels. Pensée dans le cadre d’une anthropologie culturaliste, l’appropriation y est envisagée comme une émancipation des règles admises et acceptées par la communauté professionnelle, ce que les auteurs nomment « des expériences normatives situées » (p. 128). Au travers d’une étude de cas dans le champ de la formation continue d’un collectif d’enseignants, les chercheurs montrent le temps nécessairement long d’appropriation des prescriptions. Après leur construction collective, les règles sont ostensiblement enseignées, utilisées comme outils d’analyse de l’activité, puis intégrées progressivement à l’activité des enseignants dans un contexte d’abord aménagé puis réel. Ce « cheminement situationnel » (Chaliès et Berton, 2021), ainsi proposé, nous semble aller véritablement au-delà d’un enseignement des règles et d’un accompagnement de leur suivi tel que présenté. Il témoigne d’une véritable mise au travail de la prescription. Comme le soulignent Mayen et Savoyant (2002), réintégrer la prescription dans le champ des préoccupations de la formation professionnelle comme objet de formation ce n’est pas la considérer seulement comme « un contenu à enseigner », mais comme « un objet à travailler, aussi bien pour analyser les situations que pour en proposer la construction instrumentale aux professionnels et futurs professionnels » (p. 227). L’exemple de Jean-Michel, enseignant de physique chimie, engagé dans le dispositif de formation sur la question du travail collaboratif des élèves, montre tout l’intérêt d’une mise au travail sur un temps long où prédomine un principe de continuité plus que d’alternance entre les différentes situations proposées. Le lecteur pourra ainsi suivre, séquence de formation après séquence, son mouvement de subordination puis d’émancipation vis-à-vis de la règle l’amenant finalement à « aller plus loin » que la règle premièrement enseignée en l’enrichissant, en la nuançant en fonction de son contexte propre.

9À leur tour, Gwénaël Lefeuvre, Rémi Bonasio et Bruno Fondeville mettent en évidence la relation circulaire et itérative entre prescriptions et appropriations, à l’occasion d’une recherche collaborative conduite avec des enseignants de primaire au sujet de la régulation des désordres scolaires. Les enseignants sont ainsi impliqués à chacune des étapes du dispositif : analyse de l’activité ordinaire, création d’un prototype de séance de régulation à expérimenter, proposition d’amélioration de la séance suite à des temps de co-analyse. Dès lors, la prescription est envisagée comme le « produit d’un compromis entre les contraintes et inventions identifiées durant l’expérimentation et le projet initial » (p. 167). Ce dernier chapitre attire l’attention du lecteur sur un point sans doute insuffisamment mis en exergue dans le reste de l’ouvrage : le rôle et la place faite à l’activité des élèves pour élaborer les prescriptions. La création du prototype de séance, en même temps qu’elle tient compte de l’activité des enseignants, pense aussi les possibilités d’appropriation de cette prescription par les élèves en les engageant dans un processus d’enquête collective sur les situations-problèmes liées à des désordres scolaires. Comme le précise Mayen (2015) au sujet des référentiels : « Penser les référentiels avec l’activité, c’est penser des référentiels qui n’oublient pas l’activité au travail, mais c’est aussi penser l’activité des élèves, apprentis, candidats à la VAE, professeurs, formateurs, cadres de l’enseignement de la formation avec les référentiels ». Tenir compte des formes d’activité suscitées chez les élèves, des difficultés rencontrées avec le dispositif initialement imaginé et améliorer la prescription initiale sur cette base, nous semble faire entrer pleinement les apprenants, aux côtés des enseignants, dans la boucle des contributeurs.

10Au final, chacune des contributions, à partir de son référentiel théorique propre, participe pleinement à l’effort collectif de l’ouvrage pour délimiter les prescriptions et caractériser la diversité des formes d’appropriations. Si l’absence du terme de conceptualisation dans l’ensemble de l’ouvrage peut, de prime à bord surprendre, les analyses minutieuses conduites, page après page, des nombreux processus à l’œuvre dans le mécanisme d’appropriation des prescriptions ont de quoi consoler le lecteur : subjectivation, instrumentalisation/instrumentation, subordination/normativité, stylisation, personnalisation, pour n’en citer que quelques-uns. Sur ce point, la distinction proposée par Brigitte Almudever en postface entre approprier et s’approprier la prescription, nous semble une contribution féconde au débat et à la typologie des situations d’appropriation proposée dans le chapitre introductif : « Toute transformation délibérée de la prescription ne signifie pas que le professionnel se la soit appropriée : il peut l’approprier sans se l’approprier » (p. 179). Les recherches montrent effectivement comment les enseignants peuvent aménager la prescription en l’adaptant à leur contexte sans pour autant en faire une véritable occasion de développement.

11En guise de conclusion, l’expérience acquise des collègues toulousains dont cet ouvrage rend compte constitue une source d’inspiration aussi bien pour la communauté des chercheurs que pour le champ de la formation. Sa fonction libératrice pour les personnels éducatifs et formateurs, soulignée en préface par Françoise Lantheaume, nous semble pouvoir s’étendre à la communauté des chercheurs qui pourra y trouver une invitation, voire une autorisation à inventer et à créer des assemblages méthodologiques pour poursuivre l’enquête et accéder au travail sous ces deux faces indissociables de tâche et d’activité. La pluralité des méthodes convoquées (entretiens d’explicitation, d’auto-confrontation, observations directes, analyses documentaires, focus group, etc.) et des positions tour à tour endossées par les chercheurs montrent combien les cadres de pensées initialement convoqués orientent l’activité du chercheur sans pour autant l’enfermer, faisant de lui un éternel bricoleur (Crettaz, 1986). Enfin, ce travail collectif ouvre d’intéressantes perspectives pour le monde de la formation. Si les deux derniers chapitres donnent des exemples concrets de dispositifs de formation mettant au travail la prescription, les nombreuses données produites, les verbatim rapportés, les tableaux proposés dans l’ensemble de l’ouvrage, constituent un matériau riche pour la formation. Ils constituent autant d’études de cas, d’exemples à travailler pour étoffer les références au travail, éclairer une diversité de manières de faire et de se comporter vis-à-vis des règles. Les programmes de formation pourraient alors judicieusement bénéficier de l’ensemble des situations d’appropriation ainsi étudiées.

Haut de page

Bibliographie

Anders, G. (1956 trad. 2002) L’obsolescence de l’homme. Sur l’âme à l’époque de la deuxième révolution industrielle. Paris : Éditions Ivrea.

Brossais, E., & Lefeuvre, G. (2018). L’appropriation de la prescription en éducation. Le cas de la réforme du collège. Toulouse : Octarès.

Crettaz, B. (1986). Le chercheur en sciences humaines et son « métier » : artisan ou bricoleur ? Cahiers de l’IUED, 143‑162 [en ligne].

Clot, Y. (2008). Travail et pouvoir d’agir. Paris : PUF.

Leplat, J. (1991). Activité collective et nouvelles technologies. Revue Internationale de Psychologie Sociale, 4, 335‑356.

Mayen, P. (2015). L’activité avec les référentiels. Acte du colloque L’activité en débat, Lille, France, les 14‑15‑16 janvier 2015.

Mayen, P., & Savoyant, A. (2002). Formation et prescription : une réflexion de didactique professionnelle. In Ch. Revest & Y. Schwartz (Eds.), Les évolutions de la prescription-Actes du XXXVIIe congrès de la société d’ergonomie de langue française (p. 226‑232). Aix-en-Provence, France, les 25‑26‑27 septembre 2002.

Savoyant, A. (1979). Éléments d’un cadre de l’activité : quelques conceptions essentielles de la psychologie soviétique. Cahiers de Psychologie, 22, 17‑28.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anaïs Loizon, « Analyse d’ouvrage par Anaïs Loizon »Activités [En ligne], 20-2 | 2023, mis en ligne le 15 octobre 2023, consulté le 10 décembre 2023. URL : http://journals.openedition.org/activites/8939

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search