Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21-1Commentaires d’ouvragesAnalyse d’ouvrage par Yannick Lém...

Commentaires d’ouvrages

Analyse d’ouvrage par Yannick Lémonie (1)

Andy Blunden. Activity Theory. A critical Overview
Yannick Lémonie
Référence(s) :

Blunden, A. (2023). Activity Theory. A critical Overview. Leiden : Brill.

Texte intégral

  • 1 L’ensemble des citations sont traduites de l’anglais.

1Andy Blunden nous propose ici un nouvel ouvrage critique sur la théorie de l’activité. Il avait déjà publié un ouvrage très remarqué en 2010 (An interdisciplinary Theory of Activity) chez le même éditeur dans lequel il avait cherché à reconstituer le fil qui relie différentes générations ou travaux des théoriciens de l’activité : depuis Goethe jusqu’à sa propre conception de l’activité en termes de « projet collaboratif ». Pour Blunden, la théorie historico-culturelle de l’activité constitue « une famille de pratiques partageant les mêmes grands-parents, mais ayant divergé au fil des années en termes d’intérêts et de caractéristiques » (p. ix)1.

2L’objet de cet ouvrage est de réaliser un bilan critique du travail accompli par les chercheurs s’inscrivant dans la continuité des travaux de Vygotski et Léontiev pour « faire émerger un cadre théorique clair et cohérent pour la théorie de l’activité » (p. ix). On croisera ainsi au fil des pages les travaux de recherche et d’intervention d’une multitude d’auteurs de différentes générations et de différents horizons géographiques : Cole, Vassilyuk, Davydov, Engeström, Sannino, Gutierez, Bal, etc.

3L’ouvrage de 250 pages est structuré en deux grandes parties.

4Dans une première partie, Blunden revient de manière claire sur les principes de base de la théorie de l’activité. Pour lui, la théorie de l’activité est « la science qui considère la vie sociale comme un agrégat d’activités, ce qui signifie qu’elle prend les activités comme “unité d’analyse” » (p. 3). L’exposé permet au lecteur non au fait de la théorie de l’activité de situer les principaux concepts comme la spécificité de la théorie historico-culturelle de l’activité. On y trouve notamment une discussion sur le concept d’activité et son évolution, sur les notions d’unité d’analyse et de cellule germinale, sur les concepts d’abstrait et de concret, sur les différences entre activité, action et opérations. Pour Blunden, le concept d’activité est un concept par nature transdisciplinaire permettant de dépasser les clivages disciplinaires… tout en cantonnant la théorie de l’activité aux sciences humaines et sociales :

« les investigations physiologiques ne jouent pas un rôle important dans la pratique des théoriciens de l’activité. En outre, les théoriciens de l’activité ont constaté que dans une très large mesure, les difficultés auxquelles les gens sont confrontés dans la vie proviennent des situations dans lesquelles ils se trouvent et non des problèmes physiologiques » (p. 7).

5Là-dessus, comme sur d’autres aspects, nous ne pouvons suivre totalement Blunden. D’une part, parce que l’affirmation laisse de côté les travaux de certains physiologistes russes s’inscrivant dans le premier cercle des collaborateurs de Vygotsky dans les années 1920 (nous pensons en particulier à Bernstein) et, d’autre part, parce que le concept d’activité ne peut faire totalement abstraction des recherches physiologiques. Léontiev (1975/2021) le souligne à sa manière lorsqu’il souligne que « l’analyse systémique de l’activité humaine est une analyse à plusieurs niveaux. C’est cette analyse qui permet de surmonter l’opposition entre le physiologique, le psychologique et le social ou leur réduction de l’un à l’autre » (p. 117). Plusieurs recherches ancrées dans l’école historico-culturelle de l’activité cherchent ainsi à réinscrire le physiologique dans l’activité. C’est par exemple le cas des propositions récentes en matière d’intervention sur les TMS dans le champ francophone (par ex. Clot & Fernandez, 2005 ; Savescu, Simonet, Gaudez, & Fernandez, 2020). Ainsi, si Blunden souhaite faire de l’activité un concept interdisciplinaire, il ne peut le cantonner a priori aux sciences humaines et sociales.

6La seconde partie de l’ouvrage s’appuie sur un corpus de 18 études pour lesquels « la relation entre les actions composantes et le concept orientant l’activité est d’une certaine manière problématisée » (p. 65). Le principal intérêt de cette partie est de montrer à voir la diversité des recherches et des objets pris en charge par l’école historico-culturelle de l’activité : des élèves qui apprennent à lire, des patients qui doivent suivre une psychothérapie, etc. À travers les multiples exemples qui jalonnent cette partie, le lecteur découvrira une multitude d’usages de la théorie historico-culturelle de l’activité : la refonte des curriculums d’enseignement des mathématiques, la lutte contre l’exclusion scolaire et le racisme systémique dans les écoles aux États-Unis, la formation des travailleurs par la théorie de l’activité pour permettre aux travailleurs de reprendre en main leur travail, la conception d’un instrument permettant d’installer un concept de mobilité durable dans un service municipal d’auxiliaires de vie. Au final, ce tour d’horizon permet de renforcer l’idée que :

« La théorie de l’activité est une théorie puissante pour la transformation de la vie humaine dans l’intérêt de la justice sociale et de l’émancipation parce qu’elle ne cherche pas seulement à exposer la vérité et à désillusionner les gens, mais à développer des techniques efficaces au moyen desquelles les gens changent leur propre situation et transforment les institutions et les pratiques auxquelles ils participent » (p. 218).

7Cette partie est synthétisée dans un tableau catégorisant diverses formes d’activités archétypiques (selon l’auteur) : une institution, une firme capitaliste, une pratique, un concept, un projet, un non-mouvement social, un mouvement social, une activité incohérente, une activité dépourvue d’objet, un projet de vie, un épisode (p. 215).

8Au final, le principal intérêt de cet ouvrage est d’offrir un regard critique sur la théorie de l’activité, regard critique avec lequel il est possible de dialoguer à travers la présentation d’une très grande diversité de travaux. Pour autant, l’objet de vouloir faire émerger un cadre théorique clair, cohérent (et presque indiscutable) semble avoir été perdu en chemin. Le principal souci de l’auteur semble être de montrer la dimension limitative et trop étroite de la conceptualisation de l’activité d’Engeström et de Léontiev (p. 66) − qui ne sont pertinentes pour l’auteur que pour des activités productives de travail −, sans pour autant réussir à faire émerger un concept d’activité plus englobant permettant de prendre en charge la diversité de formes d’activité mises en avant et, notamment, ce que l’auteur évoque sous le terme d’activités incohérentes. Plus encore, au-delà de montrer le caractère limitatif des théorisations de Léontiev et d’Engeström, Blunden en vient à dépeindre une taxonomie des activités qui semble prendre le contre-pied radical du principe de base de la théorie de l’activité, c’est-à-dire son caractère orienté vers un objet. On pourrait ainsi questionner le fait de pouvoir trouver dans la taxonomie de l’auteur une catégorie d’« activité sans objet » (p. 215), alors même que pour Léontiev, il ne peut exister d’activité sans objet. Mieux, c’est même l’objet qui définit l’activité pour ce dernier.

9Par ailleurs, la propre investigation de l’activité en termes de projet réalisé par l’auteur n’est pas totalement exempte de critique. Un projet est certes une activité non institutionnalisée, mais si l’on s’en tient à cette définition, toute activité ne peut être réduite à n’être qu’un projet. Un projet est limité dans le temps, contrairement à une activité orientée vers un objet qui répond à un besoin sociétal et qui est sans cesse régénérée dans des actions. Pour le formuler autrement, là où Blunden voyait en 2010 « le projet collaboratif » comme une nouvelle unité permettant de répondre aux critiques qu’il faisait des principaux théoriciens de l’activité, ces mêmes projets collaboratifs deviennent une simple catégorie archétypique dans ce livre. Il est ainsi possible de se demander si l’ouverture envisagée par Blunden ne fait pas perdre de vue les principes de la théorie de l’activité, notamment son orientation-objet. Au lecteur, bien évidemment de répondre à cette question.

  • 2 Incohérentes pour Blunden, soulignons-le encore ici. Ces activités ont certainement une cohérence p (...)

10Pour autant, la mise en évidence d’activités apparemment incohérentes (pour l’auteur) gagnerait à être analysée plus en détail. Il le note lui-même : il n’existe pas à sa connaissance (et à la nôtre) de recherches mobilisant le prisme de la théorie de l’activité dans l’analyse de ce type d’activité. Lorsque Blunden évoque ces activités incohérentes,2 il donne deux exemples issus de sa propre expérience : le mouvement solarpunk où des jeunes échangent des idées sur les futures formes de la vie sociale sans vouloir les réaliser, et la campagne anti-vaccinale lors de la pandémie de Covid-19. Mais ces activités n’ont pas fait l’objet de recherche ou d’interventions. Il y a là, selon nous, un fort enjeu pour la théorie historico-culturelle de l’activité et les recherches interventionnistes. La théorie historico-culturelle de l’activité pourrait ainsi être mobilisée dans une orientation interventionniste visant la lutte contre la désinformation et les fake news. Loin de sortir affaiblie, nous y voyons là matière à discuter, à développer et à renforcer le cadre de la théorie historico-culturelle de l’activité pour répondre à un enjeu important des plus actuels. En ce sens, le principal mérite de la classification établie par Blunden est (pour nous) moins de mettre en difficulté la théorie historico-culturelle de l’activité ou de montrer les limitations des travaux de Léontiev et d’Engeström que d’alerter sur des formes d’activités non encore prises en charge dans les recherches. Nous y voyons là matière à discussion, à réflexion et à des développements prochains.

Haut de page

Bibliographie

Blunden, A. (2010). An Interdisciplinary Theory of Activity. Boston : Brill.

Clot, Y., & Fernandez, G. (2005). Analyse psychologique du mouvement : apport à la compréhension des TMS. Activités, 2(2). https://doi.org/10.4000/activites.1818

Léontiev, A. (1975/2021). Activité, Conscience, Personnalité. Paris : Éditions Delga.

Savescu, A., Simonet, P., Gaudez, C., & Fernandez, G. (2020). Méthodologie interdisciplinaire de prévention des TMS : association de la Biomécanique et de la Clinique de l’activité. Activités, 17(2). https://doi.org/10.4000/activites.5802

Haut de page

Notes

1 L’ensemble des citations sont traduites de l’anglais.

2 Incohérentes pour Blunden, soulignons-le encore ici. Ces activités ont certainement une cohérence pour les participants dans la mesure où elles structurent leurs actions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yannick Lémonie, « Analyse d’ouvrage par Yannick Lémonie (1) »Activités [En ligne], 21-1 | 2024, mis en ligne le 15 avril 2024, consulté le 19 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/activites/9685 ; DOI : https://doi.org/10.4000/activites.9685

Haut de page

Auteur

Yannick Lémonie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search