Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21-1Commentaires d’ouvragesAnalyse d’ouvrage par Alexandre L...

Commentaires d’ouvrages

Analyse d’ouvrage par Alexandre Largier

Pouvoirs au travail, coordonné par Fabien Brugière, Dominique Glaymann et Guillaume Tiffon
Alexandre Largier
Référence(s) :

Brugière, F., Glaymann, D., & Tiffon, G. (Dir.). (2023). Pouvoirs au travailManagement, statuts et autonomie dans les situations de travail contemporaines. Toulouse : Octarès Éditions.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif à destination des chercheurs et des praticiens est composé de 14 chapitres issus d’une sélection de communications présentées au septième congrès de l’Association française de sociologie qui s’est tenu en 2017 à l’université d’Amiens dans le cadre des sessions du réseau thématique numéro 25 « travail, organisation, emploi ». Les contributions, qui s’appuient sur des enquêtes de terrain variées, interrogent les questions liées au pouvoir à l’aune des transformations des organisations contemporaines, des pratiques managériales et des évolutions des statuts d’emploi. Comme le rappelle Fabien Brugière dans son introduction, le pouvoir est une question ancienne en sociologie et plus encore en sociologie du travail et de l’emploi. Le pouvoir est un phénomène de nature relationnelle entre des acteurs ou des groupes sociaux, et la plupart des définitions mentionnent que la relation de pouvoir est sous-tendue par une asymétrie de ressources. L’auteur souligne une tendance à l’œuvre au sein des organisations contemporaines à estomper l’autorité hiérarchique et à accroître le contrôle sur le travail, afin de limiter les résistances et de favoriser l’engagement des salariés.

2Les chapitres illustrent la manière dont les organisations mettent en place des dispositifs d’évaluation, de contrôle et d’accompagnement des transformations, afin de favoriser l’intériorisation des contraintes et des objectifs fixés par les directions. Certains auteurs de cet ouvrage montrent que le recours aux diverses formes de précarisation de l’emploi vient renforcer le pouvoir exercé par les directions.

3L’ouvrage est structuré en trois parties. La première partie s’intéresse à la relation entre le pouvoir et le management dans les organisations contemporaines. Les chapitres qui composent cette partie s’intéressent aux modalités du pouvoir. La deuxième partie est consacrée aux liens entre pouvoir et précarité de l’emploi. La troisième partie s’intéresse aux relations de pouvoir éclairées par la rhétorique de l’autonomie.

4La première partie de l’ouvrage, qui s’intitule « Pouvoir et management », s’intéresse aux nouveaux dispositifs managériaux mis en place et à la manière dont ils transforment les relations de pouvoir dans les organisations. Les quatre chapitres qui composent cette partie montrent de manière convaincante la façon dont le management contemporain s’éloigne des formes de contrôle par supervision directe en promouvant l’autonomie, la responsabilité et la mobilité des travailleurs au nom du développement individuel et de l’épanouissement au travail.

5À travers la mise en place du management par projet, Sébastien Petit montre la manière dont les modalités d’encadrement du travail ont évolué sans remettre en cause la centralisation du pouvoir aux niveaux stratégique et financier. En analysant la mise en place de dispositifs d’évaluation individuelle des performances, David Sanson illustre la manière dont cette « technologie invisible » du pouvoir (Berry, 1983) réduit les solidarités qui soutiennent les actions collectives. Claire Flécher, à travers une étude des effets de l’introduction de dispositifs techniques permettant de suivre les navires marchands, montre comment se renforce le pouvoir des personnels à terre, mais aussi comment tentent de s’en protéger les marchands. Jérôme Cihuelo analyse la manière dont le management participatif permet d’obtenir l’implication des salariés en contrepartie d’un surcroît d’autonomie dans le cadre d’un changement organisationnel. Néanmoins, la situation ne dure que le temps pour le changement organisationnel de se mettre en place, les innovations prennent progressivement la forme de procédures que tous doivent suivre. L’expérimentation a pris la forme d’une redistribution momentanée du pouvoir, afin de légitimer les changements à venir.

6La deuxième partie de l’ouvrage, intitulée « Pouvoir et précariat », se penche sur les liens qui existent entre la précarité grandissante de l’emploi et du travail, et le renforcement du pouvoir de ceux qui organisent le travail et prive les travailleurs d’autonomie dans la réalisation de leurs tâches. Les travaux présentés dans cette partie montrent comment précarité et pouvoir se renforcent au détriment des travailleurs et, plus encore, des travailleuses.

7Suzy Bossard montre comment les choix gouvernementaux de recruter quasiment systématiquement en CDD des salariés du service public ont conduit à maintenir ces salariés dans la précarité. De la même manière, Jean-Philippe Melchior, à travers une enquête portant sur les animateurs d’activités périscolaires, montre que le travail et l’emploi sans qualité résultent de décisions politiques publiques. Les dotations de l’État se réduisant, les collectivités territoriales sont conduites à recourir à des formes d’emploi précaire. Ces deux chapitres montrent que l’État a donc un rôle non négligeable dans le maintien dans la précarité de ces travailleurs qui les empêche de s’investir dans la réalisation de leurs activités, et ce au détriment des usagers. Dans le chapitre suivant, Alizée Delpierre analyse les rapports de pouvoir entre les majordomes et les gouvernantes et leurs employeurs fortunés. La très forte proximité relationnelle et l’immense distance sociale qui existent contribuent à renforcer le pouvoir des employeurs, qui jouent sur l’affect autant que sur la menace, pour soumettre des salariés aux mauvaises conditions de travail en particulier en matière d’amplitude horaire. Fabien Brugière s’est intéressé aux conditions de travail et d’emploi des salariés en charge de l’assistance en piste dans les aéroports. Les employeurs recourent largement aux contrats de travail précaires, ce qui conduit à fragmenter le groupe ouvrier et à créer une concurrence entre les salariés pour l’accès aux emplois stables. Une gestion plus individualisée des carrières permet aux employeurs de rationaliser et de réguler le travail en imposant une autonomie contrôlée. La transformation des statuts d’emploi est au service du renforcement du pouvoir de direction sur le travail. Dans le dernier chapitre de cette partie, Mircea Vultur compare différentes situations d’emplois précaires au Québec. Des travailleurs indépendants, des intérimaires et des travailleurs de plateformes numériques (chauffeurs Uber) qui ont pour point commun de rechercher une plus large flexibilité dans le temps de travail et un plus grand contrôle dans les arbitrages privés professionnels. Cependant, l’auteur montre que la précarité de l’emploi dans laquelle ils se trouvent conduit à une illusion d’autonomie et une perte de pouvoir sur leur travail.

8L’introduction de la troisième partie, intitulée « Pouvoir et autonomie », souligne le caractère paradoxal de l’autonomie dans les organisations contemporaines. Présentée comme un facteur d’émancipation, de motivation, voire d’épanouissement, elle est aussi plus fortement encadrée par un faisceau de contraintes qui semble s’accroître toujours un peu plus. La rhétorique de l’autonomie peut donc être perçue comme une volonté de déléguer la responsabilité de l’adaptation aux situations de travail aux opérationnels. Cependant, si les cinq chapitres de cette partie questionnent cette rhétorique de l’autonomie, les contributions semblent plus disparates que dans les autres parties, ce qui traduit peut-être la difficulté de construire un ouvrage collectif sur la base de communications à un colloque.

9Les chapitres de Céline Dagot et de Julie Landour traitent des femmes entrepreneuses. Si les situations ne sont pas identiques d’un secteur à l’autre, dans les deux cas, ces femmes se heurtent à des inégalités de genre et en particulier à un partage inégal du travail domestique qui vient limiter le développement de leurs activités professionnelles. Dans le chapitre suivant, Alexis Louvion s’intéresse à des « entrepreneurs salariés » en situation de portage salarial, qui semblent connaître la même illusion d’autonomie que les acteurs dont parle Mircea Vultur dans le dernier chapitre de la deuxième partie de l’ouvrage. Ainsi, ces trois chapitres nous semblent traiter des questions liées aux effets de la précarisation des statuts d’emploi sur les relations de pouvoir et, à ce titre, elles sont plus proches des textes de la deuxième partie de l’ouvrage et semblent plus questionner l’indépendance professionnelle que l’autonomie au travail.

10Les deux derniers chapitres, qui ont pour point commun de s’intéresser au secteur médical, abordent la question du pouvoir dans la sphère professionnelle sous le prisme de l’autonomie des groupes professionnels et des collectifs de travail. Dans leur chapitre, Philippe Longchamp, Kevin Toffel, Félix Bühlmann et Amal Tawfik montrent comment l’autonomie dont disposent les infirmières s’articule avec un positionnement dans le champ. Par exemple, une position privilégiée auprès des médecins va de pair avec une réduction de l’autonomie et, inversement, un surcroît d’autonomie peut être trouvé en dehors du secteur traditionnel (médecine complémentaire, paramédical). Enfin, Nadège Vézinat met en évidence la manière dont l’entraide et la complémentarité entre les acteurs conduisent à une horizontalisation des relations de pouvoir au sein de maisons de santé. Cependant, derrière les discours, les médecins conservent le pouvoir que procure leur position dans l’organisation du travail.

11La conclusion de l’ouvrage souligne justement combien le pouvoir dans les organisations contemporaines du travail tend à revêtir des formes de plus en plus liquides (Tiffon, 2021), le pouvoir étant « de plus en plus insaisissable, diffus, désincarné » (p. 214). Cependant, un autre élément présent dans plusieurs communications mérite aussi d’être souligné. En effet, si les formes du pouvoir évoluent, celles de la résistance et de la contestation aussi, s’avérant plus individuelles et clandestines que par le passé (les « appropriations subversives » chez David Sanson). Les outils du contrôle peuvent être aussi ceux qui servent à l’affirmation et la démonstration du professionnalisme. Comme les marins de l’étude de Claire Flécher qui valorisent leur capacité à bricoler et faire preuve d’inventivité pour trouver des solutions dans l’urgence, et ainsi affirmer le caractère indispensable de leur action. La mise en place d’un mode participatif fournit aussi aux acteurs les ressources leur permettant de s’affirmer comme porteurs d’une identité collective singulière dans le chapitre de Jérôme Cihuelo. Même dans des situations où la domination est particulièrement forte, comme dans le cas des majordomes et des gouvernantes, des microrésistances quotidiennes ont lieu, des acteurs pouvant aller jusqu’à la rupture de contrat. La mise en évidence des formes de contre-pouvoir aurait permis de nuancer un peu le propos sans pour autant nier les dérives de l’organisation du travail et des effets de la précarisation de l’emploi.

12Cet ouvrage est très agréable à lire, chaque chapitre donnant à voir une réalité différente du monde du travail contemporain, du renforcement des formes de contrôle et du renouvellement des modalités de résistance. Ce livre intéressera autant les chercheurs, les étudiants en master de sociologie que les praticiens qui pourront chacun y trouver des explorations de terrains variés et originaux.

Haut de page

Bibliographie

Tiffon, G. (2021). Le travail disloqué. Organisations liquides et pénibilité mentale du travail. Lormont : Éditions Le Bord de l’eau.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Largier, « Analyse d’ouvrage par Alexandre Largier »Activités [En ligne], 21-1 | 2024, mis en ligne le 15 avril 2024, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/activites/9710 ; DOI : https://doi.org/10.4000/activites.9710

Haut de page

Auteur

Alexandre Largier

Responsable du laboratoire de recherche en sciences humaines et sociales, IRSN, 31 avenue de la Division Leclerc – 92260 Fontenay-aux-Roses, alexandre.largier@irsn.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search