Navigation – Plan du site
1990

TGV-Nord, section Nord et Pas-de-Calais

Responsable(s) des opérations : Luc Vallin et Bertrand Masson
Notice rédigée par : Luc Vallin et Bertrand Masson

Texte intégral

1L’identification des sites paléolithiques pose divers problèmes spécifiques. L’une des principales caractéristiques de la région Nord - Pas-de-Calais est le recouvrement d’une grande partie de son territoire par plusieurs mètres de lœss pléistocène.

2Si ce passé quaternaire représente un atout dans la mesure où la conservation des gisements préhistoriques est exceptionnelle, il a pour conséquence la difficulté d'identification des sites par une simple prospection de surface et nécessite de recourir largement à des ouvertures de sol à la pelle mécanique.

3Il en résulte également que la reconnaissance des zones archéologiques sensibles, pour les périodes préhistoriques, implique une bonne connaissance des formations superficielles associée à une cartographie précise.

4Faute d’un programme de sondages systématiques, la recherche de gisements paléolithiques, inséparable de l’étude du contexte paléoenvironnemental, a été limitée à l’ouverture ponctuelle de sondages profonds sur les zones retenues pour une évaluation ou une fouille. Cette opération a été effectuée par la Direction des Antiquités Préhistoriques, postérieurement à la phase de prospection proprement dite. Si aucun des sondages n’a donné de résultats significatifs sur le plan archéologique, leur addition permet de préciser la chronostratigraphie des formations superficielles pléistocènes.

5Sur la trentaine de sondages profonds réalisés, un seul, celui de Mory (Pas-de-Calais), a permis l’observation des limons saaliens et montré leur similitude de faciès avec ceux du Weichselien. Le Dernier Interglaciaire est le plus souvent représenté par un horizon Bt de sol brun lessivé, remanié. Les limons humifères du Début Glaciaire wechsélien sont parfois conservés, comme à Fresnes-lès-Montauban et à Croisilles (Pas-de-Calais). Dans ce dernier lieu, une industrie (une vingtaine d’artefacts dont 1 biface amygdaloïde et six éclats Levallois) a été rencontrée à la base d'un niveau humifère, dans un petit cailloutis. L'essentiel de la couverture limoneuse est constitué par les lœss du Pléniglaciaire moyen, qui peuvent être subdivisés en deux unités. Dans la plupart des coupes qui ont été examinées, la séquence proprement lœssique du Weichsélien débute par une série, souvent tronquée, de lœss plus ou moins lités, interstratifiés de sols gleyifiés (Croisilles, Roeux et Hénin-sur-Cojeul, dans le Pas-de-Calais, où l'on peut dénombrer plus de quatre petits sols successifs). Cette unité est tronquée par un niveau d'érosion au-dessus duquel se place la deuxième unité formée par des lœss calcaires lités (Hénin-sur-Cojeul et Fresnes-lès-Montauban).

6Lorsqu'elle n'est pas oblitérée par la pédogenése holocène, la séquence limoneuse se termine par des limons lités présentant le faciès typique des limons à doublets (Saint-Tricat, Hénin-sur-Cojeul et Croisilles, dans le Pas-de-Calais).

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Luc Vallin et Bertrand Masson, « TGV-Nord, section Nord et Pas-de-Calais », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nord-Pas-de-Calais, mis en ligne le 01 mars 1997, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/10005

Haut de page

Responsables d'opération

Luc Vallin

Articles du même responsable de fouilles

Bertrand Masson

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals