Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202001 – AinSaint-Vulbas – Pipa, Parc industr...

2020
01 – Ain

Saint-Vulbas – Pipa, Parc industriel de la plaine de l’Ain (tranche 3, lot 2, phase 1)

Fouille préventive (2020)
Responsable d’opération : Anne-Claude Remy

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Remy A.-C. 2021 : Saint-Vulbas (Ain, Auvergne-Rhône-Alpes) Parc industriel de la plaine de l’Ain, Pipa, tranche 3, lot 2, phase 1, rapport de fouille, Bron, Inrap.

Texte intégral

1La fouille du lot 2, phase 1, constitue l’opération la plus méridionale réalisée sur le Pipa. Elle s’insère dans une série d’études de terrain réalisée dans le cadre du projet Grands Travaux (fig. 1). Ces interventions, qui ont débuté en juillet 2015, ont permis, dès juillet 2020, de mettre en évidence des occupations protohistorique et antique.

Fig. 1 – Localisation des différents lots de diagnostics archéologiques du projet Pipa et de la Zac de la Baccolanche, ainsi que des fouilles réalisées jusqu’à l’été 2020, sur l’orthophotographie IGN

Fig. 1 – Localisation des différents lots de diagnostics archéologiques du projet Pipa et de la Zac de la Baccolanche, ainsi que des fouilles réalisées jusqu’à l’été 2020, sur l’orthophotographie IGN

2La première occupation domestique, sur la zone A, attribuée au Bronze ancien, n’est connue qu’au travers d’un unique pot de stockage en fosse (fig. 2). Il est un marqueur d’un habitat dont il est le seul témoin.

3Située dans la moitié nord de la zone B (fig. 3), la seconde occupation est représentée par deux enclos circulaires distants de 27 m. L’enclos F1024 (fig. 3 et 4) est coupé par le fossé bordier ouest de la voirie antique, qui l’a partiellement affecté. D’un diamètre externe de 15 m, il présente une ouverture estimée à 1,80 m au nord-est, visible par une interruption du fossé. Il est conservé sur une hauteur de 0,90 m à 1,42 m pour une largeur de fossé, au niveau du décapage, comprise entre 1,20 m et 1,63 m. L’enclos F1030 (fig. 3 et 5) est situé à l’extrémité nord-est du secteur B où seule la moitié de son emprise a été dégagée. L’autre moitié se trouve hors emprise. Il s’agit d’un enclos a priori circulaire ou subcirculaire d’un diamètre externe d’environ 9,60 m. Il est conservé sur une hauteur maximum de 0,34 m. Aucun de ces enclos n’a conservé sa sépulture d’origine, qu’elles aient été peu profondément creusées ou, plus simplement, déposées sur le sol au centre des monuments. Aucun d’entre eux ne conserve clairement de comblement limoneux réellement lié à un tertre central ou à un talus périphérique.

Fig. 2 – Vue en plan en phase de fouille du vase de stockage semi-enterré daté du Bronze ancien

Fig. 2 – Vue en plan en phase de fouille du vase de stockage semi-enterré daté du Bronze ancien

Cliché : C. Ramponi (Inrap).

Fig. 3 – Plan masse des secteurs A et B avec la typologie des vestiges

Fig. 3 – Plan masse des secteurs A et B avec la typologie des vestiges

Levé topographique, traitement SIG et DAO : J. Boudry, A.-C. Remy, P. Rigaud (Inrap).

Fig. 4 – Plan du monument F1024 sur orthophotographie

Fig. 4 – Plan du monument F1024 sur orthophotographie

Orthophotographie, traitement SIG et DAO : J. Boudry, A.-C. Remy, P. Rigaud (Inrap).

Fig. 5 – Plan au 1/75 du monument F1030, du trou de poteau TP 1037 et localisation des coupes

Fig. 5 – Plan au 1/75 du monument F1030, du trou de poteau TP 1037 et localisation des coupes

Topographie et DAO : J. Boudry, P. Rigaud (Inrap).

4Bien qu’étant peu abondant, le mobilier céramique mis au jour dans les fossés des enclos F1024 et F1030 est attribuable au Bronze final 3b. À près de 1 500 m de distance, on retrouve là une situation identique à celle qui prévaut pour l’enclos circulaire fouillé sur le lot 9 secteur sud-est (Saintot 2018) et pour les deux enclos du lot 7 secteur 2000 zone 2 secteur 2 (Segain 2020). Il se confirme donc que la série d’enclos circulaires qui occupe la frange orientale de l’emprise du Pipa, à proximité de la bordure de la terrasse alluviale, ne livre, pour , que du mobilier de la toute fin du Bronze final ou, éventuellement et au plus tard, du tout début du premier âge du Fer (quelques indices dans les enclos des lots 9 secteur sud-est et 7 : cf. Treffort J.-M. in Saintot 2018 et Segain 2020). Comment interpréter ce fait récurrent, en l’absence de sépulture conservée et de tout autre élément permettant d’appréhender la date de construction et la période d’utilisation de ces monuments ? Cette convergence typologique pourrait ainsi orienter leur datation, sauf à supposer le comblement différé des fossés avec des éléments de mobilier céramique relevant d’épisodes de fréquentation postérieure en périphérie. De fait, le lot 9 secteur sud-est et le voisinage des deux enclos du lot 7 secteur 2000 zone 2 secteur 2 ont livré quelques vestiges non sépulcraux du Bronze final 3b. Compte tenu de l’exiguïté de la zone décapée et de l’érosion des sols, il est difficile, pour le lot 2 phase 1 secteur B, d’affirmer avec certitude l’absence de structures du Bronze final 3b autres que funéraires dans le voisinage des enclos F1024 et F1030. Par conséquent, la question reste ouverte, la présence récurrente de mobilier Bronze final 3b dans les fossés d’enclos établissant uniquement, pour l’instant, un terminus ante quem pour l’édification et l’utilisation des monuments funéraires (J.-M. Treffort).

5L’occupation antique, sur la zone A (fig. 3), est caractérisée par un habitat fossoyé, observé partiellement. Aménagé vraisemblablement à la période augustéenne, seules les traces des vestiges de la deuxième moitié du ier s. apr. J.-C. nous sont parvenus. Cet établissement est constitué de trois fossés qui délimitent un espace clos d’une largeur de 47 m et d’une longueur observée de 43 m. L’espace interne est structuré par des partitions fossoyés sur le quart ouest de l’enclos, un puits et un bâtiment sur poteaux incomplet au nord-est et un bâti excavé (?) au sud-ouest. Seule cette dernière structure a livré du mobilier céramique, daté de la seconde moitié du ier s. apr. J.-C. L’enclos possède au sud un corridor dont l’orientation du fossé méridional diffère de celle de l’établissement contre lequel il s’appuie. Il s’accompagne d’un parcellaire qui se développe au sud-est suivant le même axe que le fossé sud du corridor, avec une interruption entre l’angle et le fossé parcellaire, correspondant à un accès. Le mobilier céramique provenant du comblement du fossé sud se rapportent à la fin du ier s. ou du début du iis. apr. J.-C. Les éléments augustéens sont quasi absents du comblement de cette structure fossoyée qui pourrait donc avoir été mise en place postérieurement à l’enclos initial.

6L’existence d’un couloir fermé ou corridor est également observée sur d’autres établissements du Pipa (Remy 2020). Il comporte souvent un dispositif de contrainte et de fermeture proposé à titre d’hypothèse pour canaliser le cheptel sur la fouille de Flamanville, Motteville (Seine-Maritime) A150, site 3A (Adam 2016).

7La portion de voie, mise au jour sur la zone B (fig. 3 et 6), correspond à un axe viaire observé en plusieurs points sur le Pipa, qui suit l’axe du Rhône nord-est – sud-ouest. Elle constitue néanmoins le premier témoin fouillé au sud de la commune de Saint-Vulbas. Seuls les fossés bordiers nous sont parvenus, distants, pour la phase la plus récente, de 8,50 à 9 m. La rareté du mobilier céramique n’a pas permis d’en préciser un phasage précis. Seul le terminus post quem d’une structure, stratigraphiquement plus récente, est daté du ier s. apr. J.-C. Le profil général de cet axe est constitué de fossés de drainage rectilignes dont l’imbrication et les reprises indiquent la complexité d’un tel aménagement. La voie a connu de multiples fluctuations en surface, dues à un entretien régulier de ses fossés bordiers entraînant ponctuellement des déplacements latéraux. Les fosses d’extractions, venues se greffer en bordure des fossés côté est, ont rendu la lecture de cet espace complexe, multipliant les phasages.

Fig. 6 – Voie antique vers le nord

Fig. 6 – Voie antique vers le nord

Cliché : E. Segain (Inrap).

8Deux fossés parallèles, orientés nord-ouest – sud-est et disposés légèrement en oblique par rapport à l’axe nord-est – sud-ouest des fossés bordiers, présentent des similitudes avec des chemins secondaires observés sur le Pipa. On les retrouve de part et d’autres de la voie principale (Segain 2019) et, parfois indépendants des axes principaux, ils desservent des établissements ruraux (Remy 2020). Les faisceaux viaires présentent, comme aujourd’hui, des distinctions de forme et de dimensions, qui nous permet de les hiérarchiser. Le réseau viaire a fait l’objet, très récemment, de 2015 à 2020, avec les opérations réalisées sur le Parc industriel de la plaine de l’Ain (Pipa) (Segain 2020 ; Remy 2020), de nombreuses études. Deux voiries principales sont identifiées. La première, orientée nord-est – sud-ouest, relie le hameau de Marcilleux, puis la commune de Loyettes au sud, et au nord la commune de Saint-Vulbas puis Lagnieu. La deuxième, observée à la sortie nord de la ville de Saint-Vulbas, carrefour à la fourche des deux routes, suit un tracé nord-ouest – sud-est en direction de la commune de Chazey-sur-Ain et se prolonge vraisemblablement jusqu’à la rivière de l’Ain. Le premier réseau dessert un espace urbain exclusivement localisé, à l’est, sur le rebord de la terrasse fluvio-glaciaire Blyes-Saint-Vulbas, à Marcilleux, aux Sétives, au centre de Saint-Vulbas et en sortie nord de l’agglomération, où est localisé l’espace funéraire. Les espaces agro-pastoraux sont, quant à eux à l’ouest.

9C’est dans ce contexte spatial antique que s’inscrit la fouille du lot 2, phase 1. Elle se situe à 300 m au sud-ouest de la fouille des Sétives (Motte 1997), opération ayant révélé un établissement gallo-romain occupé du milieu du ier s. apr. J.-C. à la première moitié du ive s. apr. J.-C. Elle comprend des zones domestiques, dont des thermes et des zones consacrées à l’artisanat.

10Une dizaine de structures est non datée. L’une d’elle est un bloc erratique provenant du substrat fluvio-glaciaire, installé dans la partie supérieure et sur le bord interne du fossé d’enclos circulaire funéraire protohistorique, traversé par les fossés bordiers ouest de la voie. Le lien avec l’enclos n’est pas avéré. L’hypothèse d’un système de bornage lié à la voirie antique est séduisante.

Haut de page

Bibliographie

Adam S. 2016 : Flamanville, Motteville – A150 : site 3A [notice archéologique], Archéologie de la France – Informations [En ligne], Normandie, mis en ligne le 11 juillet 2016.

Ayala G. 2017 : Saint-Vulbas (Ain, Auvergne-Rhône-Alpes) Parc industriel de la plaine de l’Ain, Pipa, tranche 3, lot 2, phase 2, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Motte S. 1997 : Saint-Vulbas (Ain) Les Sétives, document final de synthèse, Bron, Afan.

Remy A.-C. 2017 : Saint-Vulbas (Ain, Auvergne-Rhône-Alpes) Parc industriel de la plaine de l’Ain, Pipa, lot 2, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Remy A.-C. 2020 : Saint-Vulbas (Ain, Auvergne-Rhône-Alpes) Parc industriel de la plaine de l’Ain, Pipa, lot 10, phase 2, rapport de fouille, Bron, Inrap, 3 vol.

Saintot S. 2018 : Saint-Vulbas et Blyes (Ain, Auvergne-Rhône-Alpes) Parc industriel de la Plaine de l’Ain, Pipa, lot 9, secteur sud-est, rapport de fouille, Bron, Inrap, 2 vol.

Segain E. 2019 : Saint-Vulbas (Ain, Auvergne-Rhône-Alpes) Parc industriel de la plaine de l’Ain, Pipa, lot 9, secteur centre, site 2, rapport de fouille, Bron, Inrap.

Segain E. 2020 : Saint-Vulbas (Ain, Auvergne-Rhône-Alpes) Parc industriel de la plaine de l’Ain, Pipa, lot 7, secteurs 2000 (zone 2) et 3000, rapport de fouille, Bron, Inrap, 3 vol.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation des différents lots de diagnostics archéologiques du projet Pipa et de la Zac de la Baccolanche, ainsi que des fouilles réalisées jusqu’à l’été 2020, sur l’orthophotographie IGN
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/100304/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 862k
Titre Fig. 2 – Vue en plan en phase de fouille du vase de stockage semi-enterré daté du Bronze ancien
Crédits Cliché : C. Ramponi (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/100304/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Titre Fig. 3 – Plan masse des secteurs A et B avec la typologie des vestiges
Crédits Levé topographique, traitement SIG et DAO : J. Boudry, A.-C. Remy, P. Rigaud (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/100304/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 4 – Plan du monument F1024 sur orthophotographie
Crédits Orthophotographie, traitement SIG et DAO : J. Boudry, A.-C. Remy, P. Rigaud (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/100304/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 890k
Titre Fig. 5 – Plan au 1/75 du monument F1030, du trou de poteau TP 1037 et localisation des coupes
Crédits Topographie et DAO : J. Boudry, P. Rigaud (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/100304/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 6 – Voie antique vers le nord
Crédits Cliché : E. Segain (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/100304/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 912k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Claude Remy, « Saint-Vulbas – Pipa, Parc industriel de la plaine de l’Ain (tranche 3, lot 2, phase 1) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 20 juillet 2021, consulté le 25 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/100304

Haut de page

Auteur

Anne-Claude Remy

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Anne-Claude Remy

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search