Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNouvelle-Aquitaine201717 – Charente-MaritimeSaint-Césaire – La Roche-à-Pierrot

2017
17 – Charente-Maritime

Saint-Césaire – La Roche-à-Pierrot

Fouille programmée (2017)
Responsable d’opération : Isabelle Crèvecoeur

Entrées d’index

Année de l'opération :

2017

Numéro d’opération :

206355

Nature de l'opération :

fouille programmée
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : CNRS

Crèvecoeur I., Bachellerie F., Beauval C., Bordes J.-G., Colange C. et al. 2017 : La Roche à Pierrot (Saint-Césaire, Charente-Maritime), rapport d’opération de fouille programmée, Poitiers, SRA, 219 p.

Texte intégral

1La campagne de fouille 2017 a permis de poursuivre le dégagement des niveaux supérieurs en J3-J4 et K5 I-II pour atteindre le contact avec l’US 18 en J3-J4 I-II, la partie inférieure de l’US 17 en J4 III-IV et le sommet de l’US 18 en K5 I-II. Suivant le protocole mis en place depuis 2015, un relevé photogrammétrique de chaque décapage de 2 cm a été réalisé (fig. 1). Cette année, l’utilisation de cibles fixées sur des supports inamovibles et extérieurs à la zone de fouille a permis d’améliorer la précision des enregistrements successifs limitant les contraintes de traitement post-fouille des données tridimensionnelles. Ces acquisitions, qui ne représentent que 5 % du temps total de la fouille, permettent de conserver de façon inestimable les informations de terrain amenées à disparaître du fait de leur fouille. Les apports scientifiques et la valorisation de ces informations virtuelles sont développés à l’issue de chaque campagne de fouille et nous paraissent désormais incontournables.

Fig. 1 – Illustration par relevé photogrammétrique de l’état de la zone JK-345 en début et en fin de la campagne de fouille 2017

Fig. 1 – Illustration par relevé photogrammétrique de l’état de la zone JK-345 en début et en fin de la campagne de fouille 2017

Les différences de profondeur sont traduites en nuancier de couleur par sous-carré.

DAO : Get in Situ.

2Au niveau géoarchéologique, la découverte d’un placage de sédiment dans la champignonnière dans le prolongement de la diaclase visible au niveau du sondage KLM et à une altitude légèrement supérieure au sommet des dépôts dans la travée J est venue enrichir l’étude menée par D. Todisco et C. Nehme de l’évolution géomorphologique générale du site dans son contexte karstique. Leur prospection dans la champignonnière et la carrière jouxtant le site a permis d’élaborer un premier modèle conceptuel génétique d’évolution du gisement.

3Les différents faciès de la lithostratigraphie ont été dessinés sur toutes les coupes apparentes du gisement et une corrélation avec l’archéoséquence pour les deux coupes sagittales est proposée ci-dessous (fig. 2). Depuis le début de cette reprise de fouille, différents noms d’US ont été utilisés en fonction de la zone du site observée. Les US 1 à 10 ont été définies à partir des deux grandes coupes sagittale et frontale du site lors de leur nettoyage en 2013 (Bachellerie et al. 2013). Les US 15 à 20 ont, elles, été décrites à partir des coupes sagittale et frontale du sondage KLM et de la fouille des carrés J3-4 et K4-5 (Bachellerie et al. 2014 ; Crèvecoeur et al. 2015, 2016). Depuis 2013, les données accumulées au niveau géoarchéologique (micromorphologie, lithologie) et archéologique (contenu lithique et faunique) nous permettent chaque année de compléter, préciser, voire modifier les hypothèses de corrélation entre les US du sondage KLM et des grandes coupes, entre ces US et les faciès lithostratigraphiques, et entre ces US et les couches définies par F. Lévêque. Les logs de correspondances de la figure 2 sont donc à prendre en compte dans une optique d’hypothèse de travail sujette à correction en fonction de l’avancée de la fouille, de l’acquisition de données plus précises, notamment pour les niveaux inférieurs, et de l’avancée des travaux de réévaluation des collections anciennes.

Fig. 2 – Logs stratigraphiques de correspondance entre la coupe sagittale en KLM (J4 III) et la grande coupe sagittale de F. Lévêque (J5 IV) pour les faciès lithostratigraphiques, nos unités stratigraphiques (US) et les couches décrites par F. Lévêque

Fig. 2 – Logs stratigraphiques de correspondance entre la coupe sagittale en KLM (J4 III) et la grande coupe sagittale de F. Lévêque (J5 IV) pour les faciès lithostratigraphiques, nos unités stratigraphiques (US) et les couches décrites par F. Lévêque

4Enfin, en plus de cette première synthèse de corrélation, l’étude géoarchéologique a également permis l’identification et la quantification des phases cristallines par DRX des formations superficielles locales (affleurantes et endokarstiques) et des dépôts du site afin de tester le traçage des sources de sédiments. Cette investigation a mis en évidence six phases cristallines principales et devra être complétée par la caractérisation géochimique des mêmes échantillons par analyse spectrométrique et analyse des traces par ICP-MS.

5En ce qui concerne l’aspect géochronologique, un nouvel échantillonnage OSL dans le haut de la coupe sagittale (travée 5) vient compléter les travaux déjà en cours au niveau de la coupe frontale et de la partie distale de la coupe sagittale. Les résultats obtenus sur ces deux précédentes zones montrent la complexité d’identification des niveaux archéologiques, dont le pincement est attesté au-delà de la travée 5. Si les US 8 et 9 sont difficiles à distinguer au niveau chronologique dans la partie nord de la coupe frontale, les âges anciens supposent des processus de remobilisation des sédiments en masse. Ces premiers résultats sont également venus confirmer l’âge très récent (historique/protohistorique) de la moitié supérieure du dépôt sédimentaire de la grande coupe frontale.

6L’étude du matériel lithique provenant de la fouille de l’US 17 cette année confirme les données récoltées depuis 2015. La très faible représentation de vestiges lithiques diagnostiqués limite l’attribution technologique de cet ensemble. Ce dernier présente des similitudes avec le niveau protoaurignacien « EJO » de F. Lévêque par la présence d’une production lamellaire sur grattoir caréné. Cependant, les états de surface variés et l’occurrence d’une possible pointe de Châtelperron, dans des niveaux sans doute remaniés, invitent à la prudence, d’autant plus que la réévaluation des collections anciennes d’EJO suggère des mélanges diachroniques avec l’association de lamelles Dufour à des pièces caractéristiques de l’Aurignacien récent. En ce qui concerne la faune, les hypothèses émises en 2016 semblent se confirmer. L’US 17 semble pouvoir se différencier en deux ensembles, supérieur et inférieur, qui pourraient témoigner de multiples occupations avec un changement significatif du spectre faunique entre le haut (dominé par le renne et le cheval) et le bas (riche en rhinocéros) du remplissage. Cette dernière observation est également à la base d’une proposition d’association de la base de l’US 17 avec du Châtelperronien, tandis que le haut correspondrait à une occupation aurignacienne. Cette hypothèse sera testée à l’issue de la fouille de l’US 17 en J4 et K5 et en confrontant les datations en cours par le radiocarbone de fragments osseux provenant de toute la hauteur du remplissage ainsi qu’en poussant l’analyse taphonomique des vestiges osseux permettant de démêler les rôles des agents anthropiques, fauniques et gravitaires dans la constitution de cet assemblage.

7L’US 18 n’a été fouillée que sur quelques centimètres cette année dans le carré K5 I-II, son sommet ayant été exposé en J3 et J4 I-II. Le contact sédimentaire discordant entre les US 17 et 18 et les changements de composition archéologique nous ont permis de modéliser cette transition et d’en évaluer la topographie. Le sommet de l’US 18 présente un pendage net vers le nord et l’aval et des degrés de recristallisation différents qui diminuent à mesure de l’éloignement avec la paroi rocheuse de la falaise. Les vestiges lithiques cotés en K5 reflètent la même composition typotechnologique que celle déjà identifiée en K4 et J5. Au moins deux composantes chronoculturelles (Moustérien et Châtelperronien) mélangées de façon homogène sont présentes au sein d’un même niveau. En outre, cette zone de fouille a livré deux fragments de littorine, retrouvés in situ, dont un présente les stigmates d’une perforation intentionnelle.

8Outre la poursuite de la fouille des niveaux supérieurs en J-345 et K-45, plusieurs travaux nous semblent nécessaires lors de la campagne 2018. Tout d’abord, le prélèvement et la fouille du placage de sédiment résiduel présent dans la carrière. Vu la difficulté de fouiller cette zone, nous proposons un prélèvement en bloc, suivi d’une fouille en laboratoire avec échantillonnage à visées chronologiques et géochimiques. Enfin, un sondage additionnel dans le talus de la coupe frontale nous semble utile à la vérification de l’hypothèse d’une vidange des niveaux paléolithiques de KLM dans le talus.

Haut de page

Bibliographie

Bachellerie F., Morin E., Crèvecoeur I., Gravina B., Mallol C. et al. 2013 : La Roche à Pierrot (Saint-Césaire, Charente-Maritime), rapport d’opération de fouille programmée, Poitiers, SRA,119 p.

Bachellerie F., Morin E., Crèvecoeur I., Gravina B., Mallol C. et al. 2014 : La Roche à Pierrot (Saint-Césaire, Charente-Maritime), rapport d’opération de fouille programmée, Poitiers, SRA, 123 p.

Crèvecoeur I., Bachellerie F., Morin E., Rougier H., Todisco D. et al. 2015 : La Roche-à-Pierrot (Saint-Césaire, Charente-Maritime), rapport d’opération de fouille programmée, Poitiers, SRA, 169 p.

Crèvecoeur I., Bachellerie F., Michel A., Lacrampe-Cuyaubère F., Flas D. et al. 2016 : La Roche-à-Pierrot (Saint-Césaire, Charente-Maritime), rapport d’opération de fouille programmée, Poitiers, SRA,191 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Illustration par relevé photogrammétrique de l’état de la zone JK-345 en début et en fin de la campagne de fouille 2017
Légende Les différences de profondeur sont traduites en nuancier de couleur par sous-carré.
Crédits DAO : Get in Situ.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/100538/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 2 – Logs stratigraphiques de correspondance entre la coupe sagittale en KLM (J4 III) et la grande coupe sagittale de F. Lévêque (J5 IV) pour les faciès lithostratigraphiques, nos unités stratigraphiques (US) et les couches décrites par F. Lévêque
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/100538/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 750k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Crèvecoeur, « Saint-Césaire – La Roche-à-Pierrot » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nouvelle-Aquitaine, mis en ligne le 26 août 2021, consulté le 16 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/100538

Haut de page

Responsable d’opération

Isabelle Crèvecoeur

CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search