Navigation – Plan du site
1991

Béthune – Parking Georges Clémenceau

Responsable(s) des opérations : Véronique Deloffre
Notice rédigée par : Véronique Deloffre

Texte intégral

Date de l'opération : 1991 (SP) ; 1991 (SU)
Inventeur(s) : Deloffre Véronique

1Le projet de parking place Georges Clemenceau, sur deux niveaux de sous-sol, au déboucher de la rue d’Arras, a nécessité une intervention archéologique de trois mois sur cette zone de fortifications et, plus précisément, d’ancienne porte de la ville médiévale.

2Pour résumer le plan évolutif général, la porte d’Arras (ou encore porte des Fers) est constituée du passage proprement dit, flanqué de deux tours cylindriques présentant un aménagement du corps de garde et d’officiers à l’intérieur de la ville. L’avant-fossé, enjambé par un pont (pont-levis et pont-dormant) est alimenté en eau, en amont, par un système d’écluses et de dérivation de la Blanche. Une barbacane ferme la défense. Deux dispositifs successifs protègent l’entrée plus en avant. Deux systèmes de galeries souterraines permettent une circulation dans la porte depuis le fossé. Les principaux éléments constitutifs de l’étude archéologique concernent la partie nord-est de la porte, c’est-à-dire immédiatement au nord de la voirie.

3La fouille a donc remis au jour la tour nord de la porte d’Arras (Fig. n°1 : Vue de la tour nord de la Porte d'Arras). Conservée sur une hauteur d’environ 6,50 m, depuis la base du fossé, la tour présente un plan circulaire (8 m de diamètre extérieur, 4 m de diamètre intérieur au niveau de l’arase).

4Les différents niveaux d’occupation ou les remblais de construction, qui furent préservés des réaménagements, sont datés des XIVe s. et XVe s., principalement par le mobilier céramique. Les ouvertures sur le fossé sont doubles. Une chambre de tir est ménagée sur le palier avant l’entrée dans une salle voûtée. Un escalier est aménagé à l’extérieur. Il prend naissance au fond du fossé et fait partie intégrante de la construction de la tour.

5Les étapes de construction suivantes, outre certaines modifications dans l’agencement de la tour nord de la porte, reflètent pour l’essentiel les recherches d’une défense liée aux progrès de l’artillerie. Un important massif de pierres, épais de plus de 3 m, est construit sur le flanc nord de la tour. Une chambre de tir est aménagée dans la maçonnerie. Il apparaît qu’à un moment, après la construction des tours de la porte (vraisemblablement au cours de la seconde moitié ou à la fin du XIVe s.) et avant un réaménagement d’ensemble au début du XVIe s., on ait installé, à la porte d’Arras, une terrasse doublant en quelque sorte le mur d’enceinte et permettant d’utiliser des armes à feu. Ce qui laisse supposer un exemple de fausse-braie associée à un moineau ou caponnière, sorte de casemate assez basse qui s’implante au fond du fossé. Une chambre de tir est aménagée dans l’épaisseur du massif. Sur plan en « X », ce type d’embrasure à la française semble être mis au point vers 1472 (château de Dijon, Côte-d’Or) pour rapidement se généraliser à partir de cette date. Des travaux sont attestés sur la courtine au XVe s. La fondation du mur repose sur les marches de l’escalier extérieur de la tour. Des remblais de terre viennent alors contrebuter la maçonnerie.

6Le XVIe s. voit s’amorcer une période de grands travaux sur les ouvrages de fortification de la ville. Elle est marquée par une profonde modification de la défense de la porte avec la construction d’un imposant bastion.

7Le mur, appareillé en grès, vient se poser contre le mur du rempart. L’angle est renforcé par une tour polygonale pleine. Deux contreforts, ajoutés par la suite, devaient assurer la liaison du bastion dans les terres. L’ouvrage avance ainsi de14 m au devant de la porte, dans le fossé. L’intérieur de cet espace pouvait donc être remblayé afin d’y ménager une plate-forme ou un cheminement, et le premier système de défense (caponnière) est abandonné. Le fossé est remblayé de matériaux de démolition dans la seconde moitié du XVIIe s. À cette même période, d’autres aménagements plus importants concernent l’agencement en sous-œuvre d’un système de communications souterraines : une galerie inférieure qui permet depuis le fossé d’accéder dans la tour sud ; une galerie supérieure qui permet depuis la salle inférieure de la tour nord d’accéder à la tour sud sous le passage.

8En 1792, les tours sont rasées au niveau du rez-de-chaussée. À leur emplacement, on construit un pavillon. La fouille n’a révélé que peu d’éléments sur cet édifice qui reposait directement sur les substructions plus anciennes. Les années 1870 marquent une profonde restructuration de la ville de Béthune et plus particulièrement de sa périphérie, consécutivement au déclassement de celle-ci comme place-forte. Si de nombreux terrains et des bâtiments sont vendus ou démolis, le pavillon de l’Artillerie et celui du Génie situé à la porte d’Arras restent encore durant quelques années la propriété de la ville. En 1873, le pavillon du Génie est remis au domaine. En mai 1874, les fossés de cette partie de la ville sont déjà comblés et débute la démolition du pavillon.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Vue de la tour nord de la Porte d'Arras

Fig. n°1 : Vue de la tour nord de la Porte d'Arras

Auteur(s) : Deloffre, Véronique. Crédits : GI, 1997 - CNRS Editions, 1998 (1997)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Vue de la tour nord de la Porte d'Arras
Crédits Auteur(s) : Deloffre, Véronique. Crédits : GI, 1997 - CNRS Editions, 1998 (1997)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/10075/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Véronique Deloffre, « Béthune – Parking Georges Clémenceau », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nord-Pas-de-Calais, mis en ligne le 01 mars 1997, consulté le 07 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/10075

Haut de page

Responsable d'opération

Véronique Deloffre

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals