Navigation – Plan du site
1991

Tincques – Château de Pénin

Responsable(s) des opérations : Guy François
Notice rédigée par : Guy François

Entrées d’index

Nature des opérations :

Sondage (SD)
Haut de page

Texte intégral

Date de l'opération : 1991 (SD)
Inventeur(s) : François Guy

1Pénin se présente comme une bourgade caractéristique des plateaux d’Artois, où le village communique avec un ensemble complexe sous terre : des caves appareillées, accès à des boves à-même la craie brute, de là, accès aux carrières ; de même, communication par puits externes ou puits de caves aux dites carrières. Dans de nombreux villages, celles-ci sont réhabitées et aménagées en refuge dans les périodes de troubles ou de grands froids.

2L’enquête dans le village et la visite systématique ont livré de nombreuses caves, boves et puits avec galeries murages, affaissements, à des profondeurs respectables. Le château n’y échappe pas : il y a sous le sol de la commune une organisation souterraine complexe qui est pour l’association Sub Artesia un cas de figure dans la typologie des souterrains d’Artois. Le but avoué des recherches dans l’enceinte du château de Pénin est d’accéder à l’espace souterrain du village.

3Le château de Pénin, aujourd’hui devenu ferme, fut construit du XVIe s. au XVIIe s. Le déblaiement a révélé sous l’ensemble des tours du XVIe s. un ensemble de caves sur plusieurs niveaux : on y trouve du matériel qui s’étale de la fin XVIIIe s. au XXe s. (guerre 1914-1918 : occupation militaire, cantonnement).

4Sous le corps de logis du XVIe s. on peut lire, dans une vaste cave en berceau, les réaménagements architecturaux qui ouvrent cet espace sur la partie du XVIIe s., restructurant l’espace du XVIe s. vers une petite cavette aux trois-quarts remblayée, sous la cour. Dans l’épaisseur d’un mur appartenant aux tours du XVIe s., un espace creux en grande partie remblayé et s’enfonçant sous le niveau du rez-de-chaussée livre du matériel du XXe s. (1914-18). Son approche indique qu’il s’agit des « retraits » du XVIe s.

5Par ailleurs, sous le corps de logis du XVIIe s. apparaissent deux caves (aujourd’hui séparées), symétriques, voûtées d’arêtes à pilier central de remploi (XIIe-XIIIe s.). L’enquête révèle que dans la première d’entre elles, un murage occulte l’entrée aujourd’hui effondrée d’une cavette, sous la cour, qui contenait un des puits du château.

6Dans la seconde, deux murs tardifs enferment un quart de la structure, s’appuyant sur le pilier central : dans la pièce créée, une entrée de galerie descendante a été remblayée aux quatre-cinquièmes ; son débouchage montre dans la craie vive une cave en prolongement dont la voûte s’est affaissée (cause probable du remblaiement de la fin des XIXe s. et XXe s.) et une bove perpendiculaire à droite. Au fond, un espace redonne un accès vertical (ancienne « cage d’escalier ») remontant vers le potager.

7En fait, nous retrouvons une logique de cuisines en sous-sol (les deux caves à pilier central, séparées par les vestiges du « bloc cheminée » du château du XVIIe s.) et un niveau plus bas, les anciennes caves qui correspondaient directement avec le verger et le potager.

8Sous la « stabulation libre » actuelle, apparaît un ensemble plus ancien (encours d’étude) : une vaste galerie voûtée, à cinq cavettes latérales droites de facture du XIVe s. ou du XVIe s.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Guy François, « Tincques – Château de Pénin », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nord-Pas-de-Calais, mis en ligne le 01 mars 1997, consulté le 04 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/10083

Haut de page

Responsable d'opération

Guy François

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals