Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNouvelle-Aquitaine201733 – GirondeSaint-Émilion – Couvent des Corde...

2017
33 – Gironde

Saint-Émilion – Couvent des Cordeliers (phase 1)

Fouille préventive (2017)
Responsable d’opération : Natacha Sauvaitre

Entrées d’index

Année de l'opération :

2017

Numéro d’opération :

027154

Nature de l'opération :

archéologie du bâti, fouille préventive
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Hadès

Texte intégral

1Le projet de réhabilitation de la société Calès technologie (maitre d’ouvrage), mené sous la maitrise d’oeuvre par le cabinet Architecture patrimoine (D. Boullanger), a offert la possibilité d’étudier l’ancien couvent des Cordeliers. Afin de vérifier la nature et la chronologie des vestiges, mais aussi préciser la latitude dont peut disposer le projet architectural, des sondages préalables d’ampleur limitée ont été effectués manuellement et complétés par une étude du bâti.

2Seize sondages ont été réalisés dans un premier temps (fig. 1). Sur les cinq sondages ouverts dans le cloitre, un seul s’est avéré positif avec la découverte d’un sol carrelé (13 cm de côté par 3 cm d’épaisseur), situé à seulement quelques centimètres du niveau de circulation actuel. Aucun caniveau maçonné n’a été découvert en bordure du jardin du cloitre. Quatre sondages ont été ouverts le long du flanc nord de l’église. À part quelques niveaux de sols modernes et l’important apport de remblai constaté, aucune sépulture n’a été trouvée dans la cote préalable des travaux. Enfin, sept fenêtres archéologiques, réparties en fonction du cahier des charges, ont été entreprises dans l’église. Les trois sondages réalisés au niveau du choeur ont permis d’une part de dégager la fondation débordante du chevet à pan coupé et, d’autre part, de mettre au jour un mur arasé attestant que l’église primitive du xve s. était dotée d’un chevet plat. Les quatre sondages ouverts dans la nef confirment, quant à eux, l’existence de vestiges bâtis antérieurs à l’installation des Cordeliers (fig. 2). Une sépulture d’enfant aménagée dans les gravats liés à la destruction des anciennes maisons y a par ailleurs été dégagée attestant la présence d’inhumations contemporaines à l’occupation du site par les religieux.

Fig. 1 – Plan de localisation des sondages

Fig. 1 – Plan de localisation des sondages

Levé topographique : S. Malpelat, d’après le fond de plan de l’architecte D. Boullanger (Hadès).

Fig. 2 – Mur antérieur à l’édification de l’église et sépulture d’enfant aménagée dans les gravats

Fig. 2 – Mur antérieur à l’édification de l’église et sépulture d’enfant aménagée dans les gravats

Cliché : N. Sauvaître (Hadès).

3Le deuxième volet de cette intervention, concernant l’analyse du bâti de l’édifice de culte, a été effectué avec la collaboration d’Agnès Marin, archéologue, spécialiste du bâti, à partir des relevés par corrélation dense réalisés par Pascal Mora de la société Archéotransfert (fig. 3). La lecture attentive des élévations confirme que les murs latéraux de la nef s’appuient ou intègrent des maçonneries antérieures (xiiie-xive s.). La chapelle latérale sud constitue la partie la plus ancienne. Elle a été construite en intégrant les vestiges d’une maison bourgeoise dont la façade sur rue et l’extrémité occidentale du mur sud ont été conservées. Nous avons pu démontrer que l’église primitive a été bâtie en deux étapes délimitées par les lignes de suture visibles sur les murs nord et sud de la nef. Ces dernières indiquent des arrêts temporaires liés à l’organisation technique du chantier. Le mur nord de la chapelle a été démonté lors de l’avancée du chantier vers l’ouest et repoussé plus vers le sud avec l’aménagement de deux grandes arcades, le tout aligné sur le mur sud de la nef. La lecture du bâti, conforté par un sondage préliminaire, atteste que l’église primitive était dotée d’un chevet plat. La construction d’un chevet à pans coupés vouté d’une croisée d’ogives est intervenue dans un second temps (vers 1500) entraînant l’obturation de la baie aménagée dans le mur sud du choeur.

Fig. 3 – Analyse du bâti du mur intérieur sud de l’église

Fig. 3 – Analyse du bâti du mur intérieur sud de l’église

Orthophotographie : P. Mora (Archéotransfert), complétée par N. Sauvaître (Hadès)

4Les résultats obtenus lors de cette première phase d’intervention effectuée entre le 20 mars et le 28 avril 2017 apportent des éléments inédits à l’histoire de cet établissement religieux qui seront à n’en pas douter compléter par le suivi archéologique des travaux de restauration prévu courant 2018-2019.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan de localisation des sondages
Crédits Levé topographique : S. Malpelat, d’après le fond de plan de l’architecte D. Boullanger (Hadès).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/100959/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
Titre Fig. 2 – Mur antérieur à l’édification de l’église et sépulture d’enfant aménagée dans les gravats
Crédits Cliché : N. Sauvaître (Hadès).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/100959/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 881k
Titre Fig. 3 – Analyse du bâti du mur intérieur sud de l’église
Crédits Orthophotographie : P. Mora (Archéotransfert), complétée par N. Sauvaître (Hadès)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/100959/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Natacha Sauvaitre, « Saint-Émilion – Couvent des Cordeliers (phase 1) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nouvelle-Aquitaine, mis en ligne le 26 août 2021, consulté le 25 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/100959

Haut de page

Auteur

Natacha Sauvaitre

Hadès

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Natacha Sauvaitre

Hadès

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search