Navigation – Plan du site
1989

Boulogne-sur-Mer – Rue Saint-Martin

Responsable(s) des opérations : Olivier Nilesse
Notice rédigée par : Éric Belot

Texte intégral

Date de l'opération : 1989 (SU)
Inventeur(s) : Nilesse Olivier

1Les fouilles réalisées rue Saint-Martin [ (Fig. n°1 : Localisation des zones fouilées), site B], sur l’emplacement de la future « Résidence Hautefeuille » (sous la direction d’Olivier Nilesse avec le soutien du Cercle archéologique de la Côte d’Opale) ont fait apparaître, sur le côté sud-oriental de la Haute-Ville, la voie périphérique dallée du camp de la flotte de Bretagne ainsi qu’une tour interne quadrangulaire de la muraille du Haut-Empire.

2Cette tour est analogue à celle qui fut découverte en 1978, à l’opposé, sur le tronçon nord-occidental de la courtine du camp de la Classis Britannica, à l’issue des fouilles de sauvetage dites du Palais de Justice. Par ailleurs, ont été dégagés les vestiges d’une tour quadrangulaire interne datant du Bas-Empire, appuyés sur ceux de la tour du Haut-Empire. Cette structure de l’Antiquité tardive devait être mise en rapport avec la seconde courtine (Bas-Empire), protégeant la Haute-Ville.

3Les fouilles du Palais de Justice (1978) avaient fait apparaître des bâtiments quadrangulaires jouxtant la muraille romaine tardive, qui peuvent également être interprétés comme des tours internes quadrangulaires. Elles viennent ainsi renouveler la connaissance du rempart antique de la ville haute de Boulogne-sur-Mer.

4Le « nettoyage profond » (par le Service des espaces verts municipal) du talus engazonné extérieur à la muraille du XIIIe s., a fait apparaître en 1986 les vestiges arasés de deux tours externes hémicirculaires médiévales, sur la section d’enceinte reliant le château comtal à la porte de Calais. Une brève observation menée par Claude Seillier, avant que le Service des espaces verts ne remaçonne rapidement l’ensemble a permis de constater que le blocage interne de ces tours démantelées était lié au mortier de tuileau caractéristique des structures romaines.

5On peut donc en déduire que les constructeurs médiévaux ont non seulement enchâssé les vestiges de la muraille romaine tardive sous les maçonneries du XIIIe s. mais ont également occulté celles des tours, le flanquement externe du Moyen Âge pouvant ainsi rappeler celui de l’Antiquité tardive. Cependant, se pose désormais le problème du rapport existant (au Bas-Empire) entre les tours internes quadrangulaires observées rue Saint-Martin et rue Saint-Jean et les tours externes hémi-circulaires.

6En conclusion, on peut supposer deux états de construction de l’enceinte antique, mais il conviendrait d’étudier de façon plus approfondie les données archéologiques recueillies et de publier les résultats des fouilles concernées, en particulier celles de la rue Saint-Jean, menées en 1978.

7Eric Belot

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Localisation des zones fouilées

Fig. n°1 : Localisation des zones fouilées

Auteur(s) : Belot, Éric. Crédits : GI, 1997 - CNRS Editions, 1998 (1997)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Localisation des zones fouilées
Crédits Auteur(s) : Belot, Éric. Crédits : GI, 1997 - CNRS Editions, 1998 (1997)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/10100/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Éric Belot, « Boulogne-sur-Mer – Rue Saint-Martin », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nord-Pas-de-Calais, mis en ligne le 01 mars 1997, consulté le 26 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/10100

Haut de page

Responsable d'opération

Éric Belot

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals