Navigation – Plan du site

AccueilRégionsHauts-de-France198959 – NordTracé du train à grande vitesse «...

1989
59 – Nord

Tracé du train à grande vitesse « TGV Nord », section Artois

Prospection et sondage (1989)
Yves Desfossés

Texte intégral

Date de l'opération : 1989 (SD) ; 1989 (PR)

1Le TGV Nord traverse, entre Bapaume et Lille, les collines de l’Artois, rencontrant successivement le Cambrésis, la Gohelle puis le Mélantois.

2Le tracé du TGV Nord en Artois (Fig. n°1 : Localisation des zones fouillées)possède une longueur totale de113 km. Sur toute la longueur du tracé, le substrat rencontré est le plus souvent constitué de formations limoneuses quaternaires, exception faite de quelques plateaux où la craie sénonienne affleure.

3Au Sud de la Scarpe, les formations quaternaires sont des lœss weichséliens, d’épaisseur variable, surmontant des formations anté-weichséliennes beaucoup plus épaisses. En septembre 1988 l’équipe de prospecteurs, Yves Desfossés et Jean-Claude Routier, prenait donc connaissance du tracé précis des voies et de l’emprise des travaux.

Les données d’archives

4L’étude du fichier archéologique pour les communes concernées par le tracé, a été complétée par un dépouillement bibliographique des ouvrages mentionnés et des synthèses sur l’archéologie régionale. En règle générale, le contexte archéologique semble réduit dans la mesure où peu de prospections sont menées dans la région pour les périodes récentes et parce que les gisements paléolithiques sont rarement affleurants.

5Suite au dépouillement d’archives, sept sites ont été retenus :

6• Riencourt-lès-Bapaume, « les Osiers » (1972, fouille A. Tuffreau) où le site n’était séparé du tracé que par l’autoroute A1, et son extension sous l’emprise connue de manière approximative ;

7• Mory, « la Voie Saint Georges » : vicus en partie fouillé dans les années soixante lors de la construction de l’autoroute A1 ;

8• Hénin-sur-Cojeul, « le Faubourg Saint-Quentin » (information J. L. Marcy) où de nombreux silex paléolithiques ont été découverts dans la coupe de chemin surplombant le Cojeul ;

9• Fresnes-lès-Montauban, « le Motel » (information P. Demolon) où des cercles funéraires ont été repérés par photographie aérienne ;

10• Izel-lès-Esquerchin, « le Chemin d’Esquerchin » : fouille de structures médiévales par P. Demolon, à proximité de l’emprise ;

11• Henin-Beaumont, « le Vingt-Huit » : fouilles d’ateliers de potiers par P. Leman et P. Demolon, site recouvert par une zone de dépôt de schiste ;

12• Cysoing, « les Voyettes » : présence d’une voie romaine (chaussée Brunehaut).

La prospection pédestre

13L’ensemble des parcelles accessibles (cultures) concernées par le tracé du TGV ont fait l’objet d’un passage aller et retour par les deux chargés d’étude. L’ensemble de l’emprise ayant une largeur moyenne de 50 m, on considère que le tracé a été couvert par bandes de10 m de large. Les zones les plus larges (passages en déblais) ont été prospectées suivant le même maillage, les passages étant alors multipliés. Les zones forestières et les friches industrielles ont été délaissées (passage rapide) ; elles ne concernaient qu’une longueur de 6 km. Seule la recherche de microtopographies a été menée sur de tels terrains.

14Suite à une prospection pédestre, vingt-sept présomptions de nouveaux sites furent retenues. Il est évident que ces découvertes de surface sont souvent le résultat de la destruction par les labours du site sous-jacent, si tel il y a, et se doivent d’être confirmées par des sondages mécaniques.

15Parallèlement, une série de survols aériens a été effectuée à diverses périodes de l’année, sans résultat notoire exceptée la localisation plus précise sur l’emprise TGV du site d’enclos de Fresnes-lès-Montauban et de Hénin-Beaumont, « le Pourcheau », avec un petit bâtiment de l’époque romaine situé juste hors de l’emprise.

Les campagnes de sondage

16Suite aux faibles résultats obtenus au cours de la prospection pédestre, on constate une nouvelle fois que seuls les sondages sont à même d’apporter des résultats intéressants et fiables. Outre les sites déjà repérés qu’il convenait de vérifier et dont l’extension réelle devait être évaluée, il fut décidé de procéder à des « sondages structuraux » dans des zones vierges de toute découverte.

17L’ensemble des vallées et des rebords de plateau avoisinants, propices à une implantation humaine, a été retenu pour la deuxième phase de la prospection. À ceux-ci s’ajoutaient de vastes étendues sans coupures hydrologiques (plateaux). Seuls quelques terrains situés au Transloy, à Fampoux, Mercatel, Seclin et Bouvines n’ont pu être sondés pour des raisons d’accessibilité en phase de diagnostic.

18Ils ont été repris en phase de fouille (Le Transloy) et en phase de surveillance de travaux (Fampoux), mais sans succès, la série lithique du Transloy se révélant même être « d’importation ». Le site a également subi des apports considérables de terre végétale à la fin de la première guerre pour reniveler le terrain (apports d’origine inconnue).

Les sondages structuraux

19Ils concernent le passage des vallées de la Sensée, de la Scarpe, de la Deûle et de la Marque. Les tranchées réalisées sur ces coupures du paysage sont respectivement longues de 1800 m, 970 m, 460 m et 900 m.

20Dans la mesure du possible, il a été réalisé des transects complets des vallées en recoupant les deux versants et une partie des rebords de plateau. Cela fut le cas pour la Sensée, la Scarpe et la Marque.

21Seul le versant sud de la Deûle a pu être sondé, les berges nord étant inaccessibles (friches industrielles, fermes et bois). Aucun site n’a été découvert.

Les résultats archéologiques

22Voir (Fig. n°2 : Tableau récapitulatif des résultats des prospections)

23• CROISILLES, « Vallée de la Sensée Sud » : des solins calcaires et de la céramique gallo-romaine ont été observés sur le rebord de plateau sur une longueur de 300 m (fouille : O. Nilesse) ;

24• CROISILLES, « Vallée de la Sensée Nord » : des traces d’occupation de l’Âge du Fer et de la période romaine à mi-pente du versant (fouille : O. Nilesse) ;

25• CYSOING, « les Voyettes » : le sondage réalisé à proximité de la « Chaussée Brunehaut » s’est révélé négatif, exception faite d’un petit four non datable ;

26• FAMPOUX, « le Petit Fampoux » : découverte de niveaux romains et protohistoriques sous colluvions en contrebas du versant sud de la Scarpe (fouille : A. Jacques) ;

27• FRESNES-LÈS-MONTAUBAN, « le Motel » : des enclos circulaires repérés par prospection aérienne et des structures romaines identifiées dans la tranchée de sondage réalisée au sud de la nécropole protohistorique (fouille : B. Masson) ;

28• FRESNES-LÈS-MONTAUBAN, « le Chemin des Vaches » : afin de mieux cerner l’extension réelle sur l’emprise du site du « Motel », une série de sondages complémentaires a été réalisée en direction du nord. Ces sondages ont permis la découverte de structures laténiennes et gallo-romaines (fouille : Y. Desfossés) ;

29• HÉNIN-BEAUMONT, « le Marais de l’Abiette » : des structures fossoyées sans matériel associé mais situées en contexte humide, avec possibilité de conservation de matières périssables (sondages complémentaires : P. Demolon) ;

30• HÉNIN-BEAUMONT, « le Pourcheau » : un site gallo-romain situé en périphérie de l’emprise et visible par prospection aérienne (bâtiment carré) ;

31• HÉNIN-SUR-COJEUL, « Faubourg Saint-Quentin » : une série de quatre sondages profonds a permis d’isoler un niveau rattachable au Paléolithique ancien ou moyen, contenant quelques silex taillés (fouille : B. Masson) ;

32• IZEL-LÈS-ESQUERCHIN, « le Chemin d’Esquerchin » : des vestiges du Haut Moyen Âge découverts par un sondage sous une épaisseur de colluvions (fouille : P. Demolon) ;

33• LETRANSLOY, « la Vallée de Quesne » : une série lithique protohistorique découverte en surface mais parcelle non sondée. L’évaluation réalisée par O. Nilesse en 1990 a révélé que la parcelle avait été remblayée après 1918 et que des silex étaient « d’importation » ;

34• MERCATEL, « la Briqueterie » : un site non sondé mais présentant en surface une concentration importante de tegulae et de céramique romaine, qui laisse supposer la présence d’un établissement antique en cet endroit (fouille : O. Nilesse) ;

35• MORY, « la Voie Saint Georges » : une partie du site ayant été détruite puis remblayée lors de la construction de l’autoroute A1, un sondage a eu pour but de délimiter précisément l’extension des vestiges encore existants et conservés sur une longueur de 200 m, au nord de l’ancienne voie romaine (fouille : O. Nilesse) ;

36• NOYELLES-GODAULT, « le Vingt-huit » : de rares vestiges gallo-romains découverts en sondage, la partie active du site (déjà fouillée) se trouvant sous 4 à 5 m de remblais schisteux au pied d’un terril (fouille : P. Demolon) ;

37• RIENCOURT-LÈS-BAPAUME, « Les Osiers » : un site non sondé car déjà prospecté en 1972 (fouille : A. Tuffreau et T. Ducrocq) ;

38• ROEUX, « Château d’eau » : nombreux vestiges lithiques et céramiques découverts dans la tranchée de sondage, mais sans structures identifiables. Site retenu du fait de la présence de céramique protohistorique bien conservée (fouille : L. Vallin) ;

39• SAINGHIN et BOUVINES, « la Marque » : un terrain humide situé de part et d’autre de la vallée de la Marque et présentant un fort potentiel archéologique (fouille : O. Nilesse) ;

40• SECLIN, « les Neuves Terres » : un site non sondé ayant livré un matériel gallo-romain en surface (fouille : O. Nilesse).

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Localisation des zones fouillées

Fig. n°1 : Localisation des zones fouillées

GI, 1997 - CNRS editions, 1998 (1997)

Fig. n°2 : Tableau récapitulatif des résultats des prospections

Fig. n°2 : Tableau récapitulatif des résultats des prospections

Auteur(s) : Desfossés, Yves. Crédits : GI, 1997 - CNRS Editions, 1998 (1997)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Localisation des zones fouillées
Crédits GI, 1997 - CNRS editions, 1998 (1997)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/10103/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre Fig. n°2 : Tableau récapitulatif des résultats des prospections
Crédits Auteur(s) : Desfossés, Yves. Crédits : GI, 1997 - CNRS Editions, 1998 (1997)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/10103/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Desfossés, « Tracé du train à grande vitesse « TGV Nord », section Artois » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Hauts-de-France, mis en ligne le 01 mars 1997, consulté le 21 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/10103

Haut de page

Auteur

Yves Desfossés

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search