Navigation – Plan du site
1991

Ardres – Maison de Retraite

Responsable(s) des opérations : Yves Roumégoux et Ludovic Debs
Notice rédigée par : Yves Roumégoux et Ludovic Debs

Texte intégral

Date de l'opération : 1991 (SU) ; 1991 (SD)
Inventeur(s) : Roumégoux Yves ; Debs Ludovic

1A l’occasion du projet de construction d’une nouvelle maison de retraite à Ardres, des fouilles ont permis de découvrir des structures liées à l’activité d’ateliers de potiers ainsi que des éléments des anciennes fortifications de la ville.

2Les ateliers de potiers semblent s’être établis en lisière immédiate du rempart médiéval, qui n’a pu être mis en évidence au cours de la présente campagne. Un grand bâtiment rectangulaire parallèle au rempart présentait, à une extrémité,une zone de rubéfaction intense bien délimitée pouvant correspondre à la sole d’un four dont les parois n’ont pas subsisté. Ce bâtiment a fait l’objet à plusieurs reprises de réparations et de modifications qui laissent supposer une certaine durée d’existence de cette structure.

3Aux alentours, le long du rempart médiéval, on a pu observer de nombreuses fosses dont les fonctions peuvent varier : fosses d’extraction de sable, fosses dont les parois régulières laissent supposer qu’elles ont comporté un cuvelage. Peut-être s’agit-il là de structures liées à l’activité des potiers : stockage et préparation des terres. Une excavation montrait en outre les restes d’une fondation maçonnée en pierre calcaire (peut-être une cave ?).

4Le remblaiement de ces fosses s’est effectué presque de manière systématique avec les rebuts de fabrication des ateliers de potiers : il s’agit pour l’essentiel d’une céramique commune gris-noir du début du XIVe s.

5Postérieurement à ces ateliers de potiers, on a construit, au cours de la première moitié du XVIe s., une enceinte bastionnée selon les nouveaux principes de fortification qui prenaient alors en compte l’usage de l’artillerie. On a pu dégager ici une partie du bastion Saint-André qui défendait le flanc nord de l’enceinte. Il est constitué d’un mur entièrement bâti en brique d’une épaisseur d’environ 3 m et présente à l’origine un plan à orillons,obturés par la suite pour aligner le flanc du bastion. Celui-ci a encore subi plus tard une nouvelle modification par la construction d’un parement de 2,40 m d’épaisseur destinée à doubler la maçonnerie initiale. À la suite du déclassement de la place-forte, les fortifications ont été dérasées au début du XIXe s.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Yves Roumégoux et Ludovic Debs, « Ardres – Maison de Retraite », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nord-Pas-de-Calais, mis en ligne le 01 mars 1997, consulté le 13 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/10109

Haut de page

Responsables d'opération

Yves Roumégoux

Articles du même responsable de fouilles

Ludovic Debs

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals