Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNouvelle-Aquitaine2017Projets collectifs de rechercheDynamiques d’occupation et d’expl...

2017
Projets collectifs de recherche

Dynamiques d’occupation et d’exploitation du sel dans les golfes charentais, du Néolithique à l’âge du Fer

Projet collectif de recherche (2017)
Responsable d’opération : Vivien Mathé
Notice rédigée avec Vincent Ard

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Université de La Rochelle

Texte intégral

1Ce projet collectif de recherche intitulé « Dynamiques d’occupation et d’exploitation du sel dans les golfes charentais, du Néolithique à l’âge du Fer », ouvertement pluridisciplinaire, aborde les dynamiques de peuplement littoral et d’exploitation du sel depuis le Néolithique jusqu’à la conquête romaine à travers un bilan et une cartographie critiques des données disponibles, un approfondissement des connaissances sur des sites-clés et leur environnement et un renouvellement des connaissances par de nouvelles prospections pédestres, aériennes, géophysiques et LiDAR.

2Pour mener à bien ce projet, nous avons choisi deux marais charentais actuels, les marais de Rochefort et de Brouage, qui constituaient, avant leur colmatage par le bri, de profondes baies marines. Le golfe de Rochefort a été choisi tout naturellement du fait de sa très grande richesse en sites de briquetage de l’âge du Fer, unique à l’échelle nationale. Il présente également un fort potentiel concernant les occupations néolithiques dans sa partie sud notamment, en particulier le long de la basse vallée de la Charente, autre secteur clé pour ce projet. La possibilité de mettre en évidence des structures liées à l’exploitation du sel dès le IVe millénaire est très stimulante car il s’agirait d’une première pour la façade atlantique et plus largement pour l’Europe de l’ouest. L’emprise géographique du projet couvre également le golfe de Brouage, situé plus au sud, moins documenté pour les périodes anciennes mais qui fait l’objet d’un PCR sur les occupations médiévales et modernes traitant notamment des thématiques d’exploitation du sel. Il s’agit en particulier d’aborder la transition entre une exploitation ignigène du sel et la mise en place des marais salants à l’Antiquité, cette dernière période constituant encore un hiatus documentaire concernant cette exploitation.

3En 2017, un accent particulièrement fort a été à nouveau mis sur le volet « inventaire et cartographie des sites ». Plusieurs actions ont été menées en parallèle.

4L’année 2016 avait permis de structurer le WebSIG, de le mettre en forme et d’y inclure les données de base. Cette année, cet outil a été complété par plusieurs couches d’informations et par les données issues des travaux des membres du PCR. En parallèle, pour plus d’une centaine de sites, les fiches de site ont été complétées par des données issues de la documentation accessible au SRA de Poitiers. La sélection des sites a été collégiale, s’appuyant notamment sur l’expérience des archéologues et des prospecteurs. Ce travail est long et fastidieux, mais il apparaît indispensable pour avoir une vision aussi claire que possible de l’évolution de l’occupation de la zone d’étude entre le Néolithique et la fin de l’âge du Fer.

5Au terme de l’année 2016, suite à un important travail réalisé à partir des collections du musée de la Vieille Paroisse, un inventaire complet des communes et lieux-dits ayant livré des indices d’occupations humaines entre le Néolithique et l’âge du Fer aux alentours de Rochefort avait été établi. En 2017, nous avons confronté les indices de sites issus de cet inventaire avec ceux recensés dans la base Patriarche. Ce travail de comparaison devrait, dans les prochaines années, nous permettre de compléter la base Patriarche avec les indices de sites non référencés ainsi que de collecter un maximum d’informations sur les sites archéologiques rentrant dans le cadre du PCR. Les fiches de sites récoltées seront alors intégrées au WebSIG.

6En mars 2017, J. Pénicaud a soutenu un mémoire de Master 1 portant sur l’étude du matériel lithique du site de La Garenne (Saint-Hippolyte). Il a entre autres montré une utilisation spécifique des diverses sources de silex : le Turonien était employé pour le façonnage des haches et le Santonien réservé au débitage d’éclats. Cet étudiant a enchaîné dans le cadre de son Master 2 sur l’analyse de deux collections de matériaux lithiques issues des fouilles du Pontet (Saint-Nazaire-sur-Charente) de 2016 et d’Ors (Château-d’Oléron) de 2017. Cette étude, actuellement en cours, permettra peut-être de démontrer si les industries lithiques ont des traditions différentes entre les faciès maritime et continental du Peu-Richard. Outre l’industrie lithique, la malacofaune et les restes osseux d’animaux du site du Pontet ont vu leur étude débuter en 2017. Si l’examen de la malacofaune n’a commencé que trop récemment pour livrer ses premiers résultats, l’étude des restes osseux a pour sa part fourni quelques informations qu’il reste à compléter. La faune est caractérisée par la prédominance de restes de grands mammifères, à 95 % des animaux domestiques. Contrairement à d’autres sites de la même époque tels Chenommet (Charente), les restes de chien sont quasiment absents.

7Le mobilier céramique du site d’estran de l’âge du Bronze de Piédemont (Port-des-Barques) a fait l’objet d’une étude préliminaire en 2017. L’objectif de ce travail était de mettre en évidence d’éventuels témoins matériels de l’exploitation ou de la consommation du sel au cours de l’âge du Bronze, témoins qui pourraient notamment prendre la forme de fragments de vases à sel ou de piliers à tête plate. La collection du site de Piédemont a été confrontée avec les indices d’activité saunière de la même période présents en Vendée et en Loire-Atlantique. Finalement, aucune trace d’activité saunière n’a pour le moment été détectée suite à ce nouvel examen des céramiques de Port-des-Barques.

8En 2017, le survol des anciennes limites côtières et des terres émergées des golfes de Rochefort et Brouage a permis de photographier deux sites supplémentaires, probablement protohistorique. D’autre part, deux sites ont fait l’objet de prospections géophysiques cette année. Sur le site de L’Houmée (Saint-Laurent-de-la-Prée), deux ateliers de sauniers laténiens ont pu être cartographiés (fig. 1). Ils sont associés à un habitat contemporain. Ces données ont pu être confrontées avec les résultats issus du diagnostic archéologique conduit par l’Inrap et dont Stéphane Vacher a achevé le conséquent rapport au cours du premier semestre (Vacher et al. 2017). Ce site s’avère être d’une très grande importance pour le PCR, tant par la durée de son occupation que par sa situation géographique.

Fig. 1 – Dynamiques d’occupation et d’exploitation du sel, prospections géophysiques sur le site de L’Houmée (Saint-Laurent-de-la-Prée)

Fig. 1 – Dynamiques d’occupation et d’exploitation du sel, prospections géophysiques sur le site de L’Houmée (Saint-Laurent-de-la-Prée)

DAO : V. Mathé (université de La Rochelle).

9Cette année, aucune nouvelle prospection n’a été menée sur le site du Pontet. Par contre, dans le cadre de sa thèse soutenue en décembre (Bruniaux et al. 2017), Guillaume Bruniaux a poursuivi le traitement et l’analyse des très nombreuses données acquises les années précédentes. Il a notamment mené une réflexion sur la possibilité d’estimer le potentiel archéologique d’un site à partir de la confrontation de photographies aériennes, de prospections géophysiques et d’un sondage archéologique.

10Enfin, une deuxième fouille programmée a été réalisée en lien avec ce programme de recherche. Sous la direction de Ludovic Soler, une dizaine de petits sondages répartis sur l’estran a servi à délimiter l’emprise de l’occupation néolithique conservée (2 600 m2) du site d’Ors. La fouille a permis de retrouver une structure en pierre sèche conservée par endroits sur quatre assises. Elle a révélé un important mobilier céramique, lithique et de faune situant l’occupation au Néolithique récent (Peu-Richardien).

Haut de page

Bibliographie

Bruniaux G., Mathé V., Lévêque F., Camus A., Ard V. 2017 : Data processing chain to high spatial resolution magnetic survey: application on the Neolithic site of Le Pontet (Charente-Maritime, France), Archaeological Prospection, 24, p. 1-14.

Vacher S., Baudry A., Deloze V., Giraud T., Landreau G., Mathé V., Soler L., Vacher C., Véquaud B. 2017 : Nouvelle-Aquitaine, Charente-Maritime, Saint-Laurent-de-la-Prée, Route impériale, extension du golf phases 1 et 2 - Les occupations entre terre et marais sur la presqu’île des Pierres Closes, rapport de diagnostic archéologique, Bègles, Inrap GSO, 600 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Dynamiques d’occupation et d’exploitation du sel, prospections géophysiques sur le site de L’Houmée (Saint-Laurent-de-la-Prée)
Crédits DAO : V. Mathé (université de La Rochelle).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/101094/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vivien Mathé, Vincent Ard, « Dynamiques d’occupation et d’exploitation du sel dans les golfes charentais, du Néolithique à l’âge du Fer » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nouvelle-Aquitaine, mis en ligne le 27 août 2021, consulté le 25 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/101094

Haut de page

Auteurs

Vivien Mathé

Université de La Rochelle

Articles du même auteur

Vincent Ard

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Vivien Mathé

Université de La Rochelle

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search