Navigation – Plan du site

AccueilRégionsHauts-de-France198962 – Pas-de-CalaisArras – Baudimont IV, 53 rue Baud...

1989
62 – Pas-de-Calais

Arras – Baudimont IV, 53 rue Baudimont

Sondage et sauvetage urgent (1989)
Responsable d’opération : Alain Jacques

Texte intégral

Date de l'opération : 1989 (SU) ; 1989 (SD)
Inventeur(s) : Jacques Alain

1Dans la partie sud de la parcelle 79a [ (Fig. n°1 : Localisation des zones fouillées), site D], la fouille a révélé une construction rectangulaire de grande dimension (le macellum).

2L’édifice, construit au début du IIe s., repose tout entier sur un puissant hérisson de grès informes disposés de chant sur plusieurs épaisseurs. Le sol est constitué d’un épais revêtement de béton. La largeur actuellement reconnue du bâtiment est de 21 m et sa longueur peut être estimée à 60 m. Les murs en grès font 1,20 m d’épaisseur et sont profondément ancrés dans le substrat crayeux. Le bâtiment n’ayant pas été conçu d’un seul jet, les fouilles ont pu montrer qu’il avait subi plusieurs remaniements au cours de son existence.

3Trois états de sol sont attestés : le sol le plus récent peut être mis en liaison avec certaines transformations et ce, malgré le mauvais état de conservation des vestiges. Il est composé de quatre grandes salles ordonnées selon un axe nord-sud.

4À l’intérieur de la salle 1, de 14,60 m sur 13 m, le sol était recouvert de carreaux de terre cuite de 0,40 m x 0,30 m. La deuxième salle, plus petite que la première, était dallée de la même façon. Elle présente un plan basilical avec une nef de 8,80 m de largeur encadrée de deux bas-côtés de 2 m. Des peintures murales et des plaques de marbre devaient en décorer les murs. La troisième est dotée,dans chacun de ses angles, d’un bassin semi-circulaire de 5 m x 2,50 m, avec un fond en mosaïque constitué de tesselles blanches. Ces bassins (d’une profondeur de 0,30 m, avec un joint en béton) assuraient l’étanchéité entre le fond et la paroi. Des canalisations en bois permettaient le fonctionnement de ces derniers.

5La quatrième partie de l’édifice est un ajout, postérieur au IIe s., qui ne présente pas les mêmes caractéristiques de construction. Elle est fondée moins profondément que le reste du bâtiment ; son sol intérieur était recouvert d’une mosaïque à tesselles noire et marron. Engagée sous la berme, elle n’a pu être fouillée que partiellement.

6Un sondage réalisé en 1990 dans la parcelle voisine a fait apparaître la limite nord du bâtiment. Cet ajout vient empiéter sur une partie d’une voie secondaire perpendiculaire au decumanus, il ne laissa que le trottoir pour la circulation. Quant à la destination de cet édifice, sa superficie, l’agencement intérieur et le soin apporté à sa décoration (peintures murales et marbres) évoquent les plans des marchés couverts bien connus dans le monde romain.

7Ce plan peut être utilement comparé à celui de Rouen, découvert rue des Fossés Louis VIII (Halbout, 1989). Sa position à proximité de l’artère principale de la ville est également un élément qui va dans le sens de cette identification. Si le plan de cet édifice ne trouve pas de comparaisons exactes dans les trente cas de macella répertoriés dans le monde romain, la définition qu’en donne C. Deruyht correspond précisément à ce bâtiment. Il se pourrait cependant que l’on soit en présence d’une basilicavestariae (réservée au commerce de la laine et de l’étoffe), ce qui ne saurait étonner dans une ville où la principale richesse fut le commerce du drap.

8Cependant, la présence d’ossements d’animaux présentant des traces de découpes bouchères, posés directement sur les sols comme dans les macella de Wroxeter ou d’Alba-la-Romaine, à l’exception de tout autre détritus, ainsi que la proximité de la grande boucherie fouillée en 1988, ferait davantage penser à un macellum.

Le mobilier

9• céramiques : un vase à bustes ;

10• sigillée : forme Chenet 72, décor à la barbotine et à relief d’appliques figurant un chien portant un collier, courant vers la gauche, Léda et le cygne, ainsi qu’un guerrier à deux lances ; un vase sur forme Drag. 43 à décor de feuilles d’eau ; un mortier sur forme Drag. 45 à mufle de lion ;

11• autres objets : une intaille en cornaline décorée du profil de Méduse ; une tablette à fard en marbre ; une gourde en fer ; un pied de coffret en bronze en forme de patte de lion ;

12• peintures murales : effondrées sur le sol, elles portaient un décor de guirlandes végétales sur fond blanc, bleu, rouge, disposées suivant les tracés préparatoires curvilignes dessinés au compas.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Localisation des zones fouillées

Fig. n°1 : Localisation des zones fouillées

Auteur(s) : Jacques, Alain. Crédits : GI, 1997 - CNRS Editions, 1998 (1997)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Localisation des zones fouillées
Crédits Auteur(s) : Jacques, Alain. Crédits : GI, 1997 - CNRS Editions, 1998 (1997)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/10117/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Jacques, « Arras – Baudimont IV, 53 rue Baudimont » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Hauts-de-France, mis en ligne le 01 mars 1997, consulté le 19 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/10117

Haut de page

Auteur

Alain Jacques

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Alain Jacques

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search