Navigation – Plan du site
1989

Simencourt – La Vieille Ville

Responsable(s) des opérations : Francis Perreau
Notice rédigée par : Francis Perreau

Entrées d’index

Chronologique :

Moyen Âge

Nature des opérations :

Sauvetage urgent (SU)
Haut de page

Texte intégral

Date de l'opération : 1989 (SU)
Inventeur(s) : Perreau Francis

1La motte de Simencourt est située à l’extrémité nord de la partie urbanisée de la commune. Une des parcelles jouxtant le tertre a été vendue fin 1988 et son nouveau propriétaire, désirant utiliser ce terrain pour y installer une caravane, l’a fait niveler. Ce faisant, la partie sud du tertre a été entamée, ce qui a conduit le Service régional de l’archéologie à autoriser une fouille de sauvetage.

2Ces travaux ont permis d’établir une coupe stratigraphique de 30 m de longueur sur une hauteur de 3 m, au plus haut point correspondant au sommet de la motte, et sur une profondeur de 3 m au fond du fossé. Compte tenu des conditions d’intervention, soulignons le fait qu’en plan le site n’a pu être exploré que sur une largeur de 2,50 m environ.

3Le premier état de la structure est représenté par un bâtiment érigé sur le sol, entouré d’un petit rempart de terre. On reconnaît les fondations d’un angle de bâtiment en bois sur sablière basse, sans doute à fonction domestique au vu des nombreux ossements d’animaux découverts dans la couche d’occupation.

4La céramique découverte, les éperons, fers à cheval, outils et un jeton de jeu en os permettent de dater de la fin du XIIe s. aux premières années du XIIIe s. l’occupation du site et de supposer l’aisance de ses occupants.

5La stratigraphie révèle un deuxième état immédiatement postérieur au premier, caractérisé par un conséquent apport de terre autour du bâtiment. Après destruction de celui-ci, on érige la motte elle-même à une époque non déterminée, les circonstances de la mise en œuvre de ce sondage n’ayant pas entraîné de fouille de la plate-forme sommitale.

6On sait par ailleurs que la seigneurie et sa motte ont été vendues en 1361 et que, dès 1352, ne subsistait qu’une grange « au lieu qu’on dit la motte », « grange nom de la motte servant à entasser le terrage ». Cette grange existe encore en 1419, mais disparaît avant 1579, voire 1511.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Francis Perreau, « Simencourt – La Vieille Ville », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nord-Pas-de-Calais, mis en ligne le 01 mars 1997, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/10138

Haut de page

Responsable d'opération

Francis Perreau

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals