Navigation – Plan du site
1990

Arras – Rue d’Amiens

Responsable(s) des opérations : Alain Jacques
Notice rédigée par : Alain Jacques

Entrées d’index

Chronologique :

Temps Modernes

Nature des opérations :

Sondage (SD)
Haut de page

Texte intégral

Date de l'opération : 1990 (SD)
Inventeur(s) : Jacques Alain

1Les fouilles menées à l’emplacement de l’officine des demoiselles Delemer ont permis de définir avec précision l’évolution d’un corps de logis utilisé comme atelier, dès 1772, pour la production porcelainière. Le bâtiment [ (Fig. n°1 : Localisation des zones fouillées), site K], réalisé en moellons et en grès, présente une forme rectangulaire de 10,35 m x 6,10 m.

2Des contreforts implantés régulièrement viennent soutenir les murs. Sur la paroi nord s’ouvre une porte de 1,40 m de large, pour 1,60 m de hauteur. Les piédroits de cette ouverture présentent encore les traces du système de fermeture. Cette salle était voûtée en plein cintre et soutenue par des colonnes en grès à chapiteaux moulurés.

3Sous le pavement du XVIIIe s.,constitué de briques, ont été mises au jour les traces d’une construction antérieure en bois. Ce bâtiment était doté de foyers plats et d’un puits à eau. Le mobilier issu des niveaux d’occupation permet de situer son édification dans le courant du XIIIe s. Sous les bâtiments médiévaux, des restes gallo-romains ont été reconnus sous la forme d’un mur de soutènement des terres, installé vers le milieu du Ier s. de notre ère.

4Ces travaux antiques de rehaussement,dans le val marécageux du Crinchon, sont probablement à l’origine du choix de l’emplacement retenu par les constructeurs médiévaux pour implanter, dès le XIIIe s., le bâtiment avec ses contreforts. Il faut encore évoquer la possibilité d’identifier cette construction aux greniers à grains du chapitre, connus pour avoir été en activité dans ce secteur. Elle devient ensuite refuge pour l’abbaye d’Etrun.

5Dans la cour située devant le bâtiment,un moulin à broyer se présente sous la forme d’un anneau de 4,10 m de diamètre et de 0,35 m de profondeur. Les parois en sont garnies de briques et de moellons calcaires. Des plots triangulaires réalisés en brique servent de fixation à l’axe de la meule. Le chemin de roulement qui longe le manège est constitué de briques, de cazettes ainsi que de céramiques pilées. Large de 0,70 m, il présente de nombreuses traces de rechapage.

6Trois structures quadrangulaires légèrement excavées (0,30 m à 0,50 m de profondeur) permettent de retracer le parcours et le traitement des argiles avant leur utilisation dans les moules.

7La première fosse, probablement destinée au stockage, avait des parois réalisées en clayonnage. Située à l’extérieur des bâtiments, elle était protégée par un appentis qui prenait appui contre le mur de parcelle.

8La seconde fosse, implantée à l’arrière des bâtiments, dans les jardins, était dépourvue de couverture et donc soumise aux intempéries. Elle évoque les structures destinées au pourrissement des terres.

9Quant à la troisième fosse, qui se situe à l’intérieur des bâtiments, dotée d’un système d’écoulement des eaux, elle pouvait servir soit au malaxage, soit à la décantation des argiles. Il n’a pas été reconnu de canalisation qui aurait permis une arrivée continue de l’eau. Cela peut expliquer en partie la position de ce bac près du puits retrouvé dans la cour. Ce dernier, conçu dès le XVIIe s., présente un diamètre de 1,30 m pour une profondeur de 6 m. Il a été obturé par des blocs de grès landéniens dans le courant du XIXe s.

10Il n’a pas été retrouvé d’autres témoignages caractéristiques (tours,fours...) des activités qui se sont déroulées en ces lieux pendant plus de seize ans. Seules plusieurs cazettes brisées rappellent leur utilisation comme dégraissant pour les pièces d’enfournement. Il apparaît encore que l’abandon du site en tant que porcelainerie fut suivi le 22 juillet 1790 d’une démolition rapide du bâtiment, ce que semble corroborer la découverte d’une monnaie de 1790, en parfait état de conservation, sur le sol de l’atelier.

11Enfin, la fouille du dépotoir de tessons ne permet pas de mener une analyse très poussée de la production puisqu’il n’y a pas d’autres éléments de comparaison et qu’il est difficile de le dater précisément. On peut simplement noter que les tessons recueillisse rapportent essentiellement à des assiettes. Les plus courantes sont ornées du motif à la ronce.

12Signalons une remarquable concentration des marques représentées qui tendraient à désigner trois décorateurs principaux, si le dépotoir est homogène : AR ; AR/P et AR/I ; trois pièces sortent de cette nomenclature : deux AR/IO et un AR/L. Il en est de même pour les sigles en creux (deux voire trois mouleurs). Cavrois (1990) indique par ailleurs que « des masses de débris de porcelaines furent enfouies, soit dans le jardin, soit dans la cour où l’on en rencontre chaque fois que l’on creuse le sol ». La fouille nous révèle, en outre, que les soeurs Delemer ont également fabriqué des faïences, tout comme Peterinck à Tournai. Quatre tasses dont trois à l’état de biscuit sont les témoins d’une activité dont on ne peut mesurer l’importance. Ces éléments sont-ils les indices d’une simple tentative avortée ou constituent-ils les ratés d’une production ayant été commercialisée ? On notera que les fouilles de la Grand’Place, à Arras, à l’emplacement du dépotoir du magasin de faïences « Au lion de faïence », ont livré des chopes typologiquement très proches et comportant la même inscription :« Buvé... ». Seule la graphie varie quelque peu : « Buvez tout », suivi d’un prénom. Ces pièces sont-elles arrageoises ?

13En l’absence de toute étude sur les faïences communes du Nord de la France, cette interrogation ne peut que demeurer au stade des présomptions.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Localisation des zones fouillées

Fig. n°1 : Localisation des zones fouillées

Auteur(s) : Jacques, Alain. Crédits : GI, 1997 - CNRS Editions, 1998 (1997)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Localisation des zones fouillées
Crédits Auteur(s) : Jacques, Alain. Crédits : GI, 1997 - CNRS Editions, 1998 (1997)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/10146/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Alain Jacques, « Arras – Rue d’Amiens », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nord-Pas-de-Calais, mis en ligne le 01 mars 1997, consulté le 13 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/10146

Haut de page

Responsable d'opération

Alain Jacques

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals