Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNouvelle-Aquitaine201724 – DordogneMontignac-sur-Vézère – Saint-Pierre

2017
24 – Dordogne

Montignac-sur-Vézère – Saint-Pierre

Opération préventive de diagnostic (2017)
Responsable d’opération : Vanessa Elizagoyen
Notice rédigée avec Serge Vigier

Entrées d’index

Année de l'opération :

2017

Numéro d’opération :

027142

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Le diagnostic de quatre jours, réalisé sur le terrain de M. Régner, au lieu-dit Saint-Pierre, à proximité immédiate de la Vézère, a été effectué dans des conditions loin d’être idéales. Malgré les difficultés, il apporte de nouvelles données précieuses qui viennent amender notre connaissance archéologique de la plaine du Chambon.

2Premièrement, des indices très forts d’une occupation datée de la Préhistoire sont apparus, entre 0,70 et 0,90 m de profondeur. Celle-ci est attribuée au Paléolithique supérieur, et peut-être plus précisément au Magdalénien. Mis en relation avec les vestiges découverts sur la parcelle mitoyenne au nord l’an passé (Tregret 2016), ces éléments lithiques abondants et homogènes montrent l’attrait de cette zone de confluence au Paléolithique récent. Les pièces sont présentes dans presque la totalité des tranchées. Elles sont colluvionnées dans les horizons supérieurs tandis qu’un niveau archéologique est résidualisé à la base des limons de débordement. Appartenant à ce dernier, un amas de débitage a été identifié, sur la frange occidentale du terrain concerné, dans la tranchée 5.

3Un hiatus chronologique s’ensuit. En effet, aucun témoin du Néolithique ou de l’âge du Bronze n’apparaît, même si nous ne pouvons totalement exclure qu’une des structures à la chronologie indéterminée puisse s’y rattacher.

4La nouveauté amenée par le diagnostic conduit à Saint-Pierre est la mise en évidence de structures en creux attribuées à la Protohistoire ancienne, tel ce probable silo enregistré en limite occidentale du terrain, dans la tranchée 5, ou cette fosse identifiée dans la tranchée 7, au centre de la parcelle. Elles affleurent entre 0,55 et 0,70 m de profondeur. Cette période chronologique n’avait jusque-là pas encore été identifiée sur la plaine du Chambon.

5Comme nous l’évoquions à l’instant, des vestiges découverts conservent, à l’issue de l’opération, une chronologie indéterminée. Certains sembleraient pouvoir être rapprochés de l’occupation la plus récente du site, datée de l’Antiquité, tandis que les autres pourraient plutôt dater de la Protohistoire. Le manque d’éléments discriminants parmi le mobilier n’est ici pas compensé par l’attribution des structures à des niveaux encaissants en raison des difficultés de lecture de ces dernières.

6Un fragment d’amphore italique républicaine résiduel dans les limons colluviés de la tranchée 6 évoque une fréquentation du secteur au second âge du Fer, à l’instar de ce qui a pu être observé sur toutes les parcelles ayant fait l’objet d’opérations d’archéologie préventive sur la plaine du Chambon.

7Enfin, le dernier indice archéologique de poids affleure sous la couche colluviée supérieure, voire directement dans les labours. Il est relatif à une occupation datée de l’Antiquité et plus particulièrement du Haut-Empire. Il est défini par deux locus.

8Le premier forme un espace linéaire de 20,6 m de large, orienté nord-est – sud-ouest repéré dans les trois tranchées centrales de la parcelle et se poursuivant en direction de la rivière vers le sud. Un empierrement marque ces installations à l’est. Il est souvent mis à mal par les labours, ce qui en produit une vision lacunaire. Malgré tout, son observation dans les tranchées 4, 7 et 8 nous amène à consigner que sa largeur maximale est d’environ 6 m et qu’il peut être scindé en deux ou trois entités : une couche d’élément jointifs en pierre et graviers, d’une largeur maximale de 4 m, bordée sur un ou ses deux côtés, sur une largeur de 0,90 à 1 m, d’éléments en pierre plus massifs, également jointifs, parfois superposés, et montrant de forts effets de parois traduisant sans doute leur inscription dans un creusement. Nous sommes tentés d’interpréter cet empierrement, bien que mal conservé, comme un segment de voirie. Contre cet aménagement à l’est, l’arase d’un mur perpendiculaire pourrait traduire à cet emplacement la présence d’un bâtiment.

9Exactement parallèle à cet empierrement et à une distance d’environ 20 m à l’ouest, un fossé, également observé dans les trois tranchées centrales, marque la limite des aménagements inclus dans la bande linéaire à l’ouest. Seul un fragment de tegula a été prélevé dans cette structure, que nous sommes tentés de mettre en relation avec l’empierrement oriental.

10À l’intérieur de la bande ainsi délimitée, des vestiges très probablement diachroniques ont été reconnus. Lorsque nous nous consultons les documents produits à partir du relevé LiDAR obtenu dans le cadre de la recherche programmée de 2016 (Elizagoyen 2016), nous constatons qu’une anomalie linéaire diffuse apparaît, au centre de la bande linéaire définie lors du diagnostic. Cette anomalie se perçoit jusqu’en limite parcellaire au sud, tandis que vers le nord, elle remonte dans l’axe de l’agglomération secondaire des Olivoux. Son parcours est en tout point conforme à celui des aménagements du premier locus défini lors du diagnostic effectué en 2017 à Saint-Pierre. Sur la parcelle diagnostiquée en 2007 par A. Zobri au moulin du Touron (Zobri 2007), l’anomalie se confond avec un chemin apparaissant encore sur le cadastre napoléonien. L’anomalie diffuse apparaissant sur le LiDAR est donc assimilable à un chemin, figurant, pour sa partie septentrionale, sur le cadastre napoléonien. Cet état de chemin n’a pas été identifié lors du diagnostic mené à Saint-Pierre, pas plus qu’à l’occasion de celui de 2007, ce qui nous a conduits à nous interroger. Et, constatant lors de l’opération l’arasement important des vestiges antiques par le fait des labours récents, nous en avons déduits que le chemin figuré sur les images issues du relevé LiDAR avait lui-même été arasé et qu’il n’en subsiste plus qu’une anomalie topographique diffuse, une simple levée de terre que la morphologie et la conformité avec le plan cadastral ancien nous ont amenés à assimiler à un chemin. La distance entre ce chemin et le probable axe de voirie daté de l’Antiquité peut quant à elle renvoyer aux divagations habituelles de ce type de tracé au cours du temps.

11Si ces hypothèses sont retenues, nous nous trouvons, avec l’empierrement identifié dans le cadre du diagnostic, face à l’un des axes menant de l’agglomération jusqu’à la Vézère. L’aspect bi ou tripartite de l’aménagement arasé pourrait simplement illustrer la morphologie habituelle des voiries antiques, à savoir une bande de roulement (de 4 m de large ici) encadrée de fossés bordiers (d’environ 1 m de large chacun). Il s’agit là d’une découverte importante.

12Le second locus du Haut-Empire reconnu grâce au diagnostic se trouve au sud-ouest du terrain concerné, dans l’emprise de la tranchée 6 en dehors de laquelle il se poursuit vers l’est. Encore une fois, les vestiges apparaissent dans un état d’arasement relatif. Une paroi de terre appartient à une construction en matériaux périssables attribuée à l’état de cette phase d’occupation le plus ancien reconnu. Un empierrement se développant vers le nord pourrait constituer les vestiges d’un possible radier sur lequel des lambeaux de sol de calcaire de granulats de calcaire pourraient subsister. Un état d’occupation plus récent pourrait être matérialisé par un second empierrement à peu de distance au nord du précédent et stratigraphiquement postérieur. Pourrait-il avoir un fonctionnement contemporain de celui des deux trous de poteaux identifiés à l’ouest ?

13De façon plus générale, il convient de noter la non-conformité entre les orientations des aménagements de la tranchée 6 et la bande linéaire de vestiges formée par l’axe de voirie et le fossé repérés dans les tranchées 4, 7 et 8. D’autre part, les traces de chauffe figurant sur l’ensemble des vestiges du second locus se démarquent, nous amenant à nous interroger sur la possibilité d’un épisode d’incendie de cette occupation qui semble pouvoir être assimilée à un habitat en l’absence d’autres éléments caractéristiques.

14En définitive, le diagnostic conduit à Saint-Pierre sur le terrain de M. Régner s’avère extrêmement riche en résultats, avec la découverte d’un niveau archéologique du Paléolithique supérieur, de structures attribuées à la Protohistoire ancienne, d’éléments résiduels du second âge du Fer et enfin de deux locus datés de l’Antiquité et plus précisément du Haut-Empire, le premier correspondant à un axe de voirie peut-être bordé à l’est par une construction et le second par une unité d’occupation ayant peut-être connu un épisode d’incendie.

Fig. 1 – Plan topographique de l’opération au 1/625e

Fig. 1 – Plan topographique de l’opération au 1/625e

DAO : V. Pasquet (Inrap).

Haut de page

Bibliographie

Elizagoyen V. 2016 : Montignac, Auriac-du-Périgord, Les Farges, Aubas, Prospection thématique de la plaine du Chambon, rapport de prospection thématique, Inrap Grand-Sud-Ouest.

Tregret M. 2016 : Montignac, Saint Pierre (Dordogne, Nouvelle Aquitaine), RFO, Inrap Grand-Sud-Ouest.

Zobri A. 2007 : Montignac Le Moulin au Touron, rapport de diagnostic, Inrap Grand-Sud-Ouest.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan topographique de l’opération au 1/625e
Crédits DAO : V. Pasquet (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/101558/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vanessa Elizagoyen, Serge Vigier, « Montignac-sur-Vézère – Saint-Pierre » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nouvelle-Aquitaine, mis en ligne le 27 août 2021, consulté le 05 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/101558

Haut de page

Auteurs

Vanessa Elizagoyen

Inrap

Articles du même auteur

Serge Vigier

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Vanessa Elizagoyen

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search