Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNouvelle-Aquitaine201724 – DordogneMoulin-Neuf – Les Chaumes

2017
24 – Dordogne

Moulin-Neuf – Les Chaumes

Opération préventive de diagnostic (2017)
Responsable d’opération : Christophe Fourloubey

Entrées d’index

Année de l'opération :

2017

Numéro d’opération :

027109

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Un diagnostic archéologique a été mené en réponse à une demande préalable d’extension de carrière au lieu-dit Les Chaumes. De nombreux indices archéologiques ont été mis au jour dans le secteur à l’occasion des travaux de réalisation de l’A89.

2Les 77 117 m2 prescrits ont été sondés par l’ouverture de 88 tranchées. Le substrat, toit gravelo-sableux de la terrasse alluviale Fw1, a été systématiquement recherché. Si bien que la profondeur des sondages est de 3,20 m en moyenne.

3Le site est presque parfaitement plat, mesuré en moyenne à 37,5 m NGF. Il occupe un petit promontoire constitué par un cône colluvial, séparé du flanc méridional de la vallée de l’Isle par la petite vallée du ruisseau « Le Courbarieu ».

4Les différents sondages révèlent que la couverture fine de la terrasse est constituée par deux ensembles sédimentaires : un ensemble d’origine détritique au sommet, un ensemble de pseudogleys palustres à la base. L’ensemble colluvial supérieur est marqué par la superposition de trois horizons Bt, et par différentes troncatures caractérisées par des faciès de résidualisation granuleux et/ou sableux. L’ensemble alluvial inférieur est caractérisé par une accumulation, parfois très marquée, d’oxydes ferro-manganiques. Il n’existe aucune couverture holocène : le sol actuel lui-même correspond à un remaniement du Bt supérieur.

5Des vestiges lithiques (dolérites, quartzites et silex noirs du Sénonien) remontant au Paléolithique inférieur et/ou moyen ont été découverts dans chacun de ces deux ensembles pédosédimentaires. Répartis en nappes lâches sur au moins sept unités archéologiques (inégales) superposées, ils occupent presque toute l’emprise diagnostiquée.

6Le plus profond d’entre eux, NA3, repose seulement 0,10 à 0,25 m au-dessus du toit de la grave, entre les cotes -2,85 et -3,10 m, dans des argiles palustres attribuées au stade isotopique 9 (337-300 kY BP) si l’on se réfère au schéma régional actuel. Il ne compte qu’une douzaine d’objets, recueillis sur cinq tranchées éparses autour du chemin forestier qui sépare l’emprise en deux parties. La plupart sont des galets transformés, le plus marqué étant un silex exploité dans un système à surfaces de débitage alternées.

7Environ 0,50 m au-dessus de NA3, entre -2,30 et -2,60 m selon les endroits, le niveau NA2b occupe un horizon alluvial compact, grêlé de concrétions ferro-manganiques, qui remonte au stade isotopique 8 (300-243 kY BP). Il est le plus riche de tous : 75 objets répartis sur 12 tranchées, mais qui pour 41 d’entre eux proviennent des tranchées contiguës TR27 et TR28 au nord-ouest de l’emprise des futurs travaux. Les nucléus et éclats en silex témoigne de systèmes de production relativement variés : conceptions Levallois (n = 10), discoïde (n = 3) et SSDA (n = 4), mais aussi façonnage (n = 4). L’outillage (n = 7) compte un racloir sur éclat préférentiel, une encoche, un denticulé, deux macro-outils, et deux éclats à retouche partielle.

8Un niveau relativement pauvre (NA2c) existe à mi-chemin entre NA2b et NA3, dans un horizon bien distinct qui lui aussi remonterait à l’OIS8. Il n’est représenté que sur la tranchée TR34, par quatre silex taillés dont un nucléus SSDA unipolaire et un éclat possiblement de plein débitage Levallois.

9L’ensemble colluvial lié à la mise en place du cône détritique renferme au moins quatre autres niveaux. Le plus profond d’entre eux est NA2a, dans la partie inférieure de l’horizon IIIBt attribuée au stade isotopique 7 (243-191 kY BP). Il est presque au contact de NA2b : seulement une trentaine de centimètre en moyenne les sépare. Une dizaine d’objets (sur huit tranchées éparses), dont un éclat Kombewa, deux percuteurs et trois éclats Levallois, s’y rattachent. Selon toute probabilité, le racloir à talon aminci qui représente à lui seul l’unité UA1< (décrite au sud-ouest, un peu à l’écart des autres indices) appartient à ce même niveau.

10Au-dessus, l’unité UA1r réunit des objets provenant des différentes lentilles résidualisées qui tronquent çà et là les IIBt et IIIBt, résultats de processus de ruissellement habituels sur les cônes de déjection. L’ensemble serait daté des stades isotopiques 6 et 7 (243-130 kY BP), marquant la fin du Pléistocène moyen. Les 21 vestiges lithiques inclus dans ces différents horizons (généralement entre les cotes -1,30 et -1,80 m) sont si variés qu’il n’existe pas deux objets pour témoigner d’un seul et même système technique de production : un seul pour le Levallois, un seul pour le discoïde, un seul pour le SSDA, un seul pour le façonnage (un biface), etc. et même un cas de débitage laminaire (un grattoir). Un racloir simple, un denticulé et un éclat à retouche partielle complètent l’outillage.

11Deux éclats de silex sans caractère particulier flottent au-dessus de l’ensemble UA1r, dans le IIBt à fragipan qui daterait des stades isotopiques 5 et 6. Nous les avons regroupés dans l’unité UA1>.

12Enfin, un ensemble superficiel (UA0) mal caractérisé, qui consiste surtout en quelques manuports récoltés sur le toit de l’horizon IBt (OIS 2-4) dans la tranchée TR7, clôt la séquence archéologique des Chaumes vers la cote -0,50 m.

13Les caractères typotechnologiques des mobiliers sont relativement constants sur toute la séquence stratigraphique, alors même que celle-ci couvre au moins 100 millénaires. Le trait technologique dominant de l’industrie en silex est le SSDA : un débitage peu rétrospectif, unipolaire alterné, conduit sur une ou deux surfaces sécantes non hiérarchisées. Mais des conceptions plus élaborées, comme le façonnage et le débitage Levallois, apportent une certaine variété à l’assemblage. La touche apportée par les racloirs en renforce l’identité, évoquant les industries des autres sites actuellement référencés sur les flancs méridionaux des terrasses perchées Fv ou Fw de l’Isle : Les Tares et Petit Beaufort à Sourzac, La Croix de Canard et Petit-Bost à Neuvic.

14Un protocole simple de datations TL et OSL sur le niveau archéologique le plus ancien (NA3) a été exceptionnellement lancé pour étayer la séquence alluviale et chronostratigraphique locale, et pour situer l’industrie lithique des Chaumes dans la chronologie du Paléolithique inférieur et du début du Paléolithique moyen en Aquitaine septentrionale. La chronostratigraphie régionale semble a priori admise ; mais il existe une incertitude dans le calage chronologique proposé pour les dépôts palustres reposant sur la terrasse alluviale, dont l’âge pourrait s’étendre sur une fourchette comprise entre 300 et 424 millénaires (stades isotopiques 9 à 11).

15Le protocole TL, qui s’appuyait sur l’étude d’un silex chauffé, est rapidement devenu caduc : le silex n’a pas été chauffé à une température suffisante. Le protocole OSL, incertain en regard de l’âge attendu et des limites de la méthode, doit fournir un résultat prochainement.

16L’industrie des Chaumes serait ainsi la plus ancienne trace (ou l’une des plus anciennes) de peuplement humain dans la vallée de l’Isle. Elle est aussi la plus occidentale de toutes ces occupations du Paléolithique inférieur, puisque les sites connus jusqu’à aujourd’hui sont confinés aux premiers contreforts du Massif Central, entre Mussidan et Neuvic-sur-l’Isle, soit une trentaine de kilomètres plus à l’est.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Fourloubey, « Moulin-Neuf – Les Chaumes » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nouvelle-Aquitaine, mis en ligne le 27 août 2021, consulté le 17 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/101563

Haut de page

Auteur

Christophe Fourloubey

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Christophe Fourloubey

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search