Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNouvelle-Aquitaine201724 – DordognePérigueux – Cathédrale Saint-Fron...

2017
24 – Dordogne

Périgueux – Cathédrale Saint-Front : sacristie, salle du calorifère

Sondage et relevé d’art rupestre (2017)
Responsable d’opération : Natacha Sauvaitre

Entrées d’index

Année de l'opération :

2017

Numéro d’opération :

027124
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Hadès

Texte intégral

1Dans le cadre des restaurations effectuées dans la cathédrale Saint-Front de Périgueux un décaissement nécessaire pour permettre la mise en place d’un monte-charge a permis de mettre en évidence a posteriori les remblais d’exhaussement de la reconstruction des bâtiments conventuels par l’architecte Rapine au début du xxe s. mais aussi de reconnaitre dans le soupirail l’existence d’une porte et d’une conduite en calcaire. Une visite des lieux, effectuée par le SRA (H. Gaillard), a permis de constater l’existence de parties médiévales sur le revers du mur sud de la salle du calorifère. Cette découverte a entraîné une intervention en urgence de la part de la société Hadès, mandatée par la CRMH, afin de procéder à l’enregistrement des données. L’opération a consisté à réaliser une analyse du bâti des murs de caves, complétée par des sondages ponctuels.

2Trois sondages ont été réalisés dans les caves, deux dans l’ancienne salle calorifère (SD 1 et SD 2) et un dans la cave nord (SD 3) (fig. 1). Le premier a permis de dégager la suite de la conduite. Cette dernière, difficilement datable, semble filer sous le mur sud. Le deuxième sondage, ouvert dans l’angle sud-ouest de la première salle (B), a permis de dégager la base du pilier supportant la retombée des deux grandes arcades du mur sud mais surtout révèle l’existence d’une maçonnerie, préservée sur trois assises et constituée de moellons liés à un mortier de chaux blanc (fig. 2). La découverte de deux tessons de sigillée, ramassés dans la couche la plus profonde, permet de rattacher cette maçonnerie à la période antique (Haut-Empire, ier-iie s.). L’objectif du sondage mené dans la cave nord était quant à lui de vérifier la mise en œuvre du mur ouest comportant en son sein les vestiges d’un contrefort roman. Nous avons pu constater l’existence d’éléments maçonnés en moellons calcaires, liés par un mortier sableux pulvérulent orangé, qui pourraient soit être antérieurs à la construction médiévale soit correspondre à sa fondation.

Fig. 1 – Plan des caves avec localisation des sondages

Fig. 1 – Plan des caves avec localisation des sondages

Levé topographique : S. Malpelat, complété par N. Sauvaître (Hadès).

Fig. 2 – Maçonneries en moellons mis au jour dans le sondage 2

Fig. 2 – Maçonneries en moellons mis au jour dans le sondage 2

Cliché : D. Delage (Hadès).

3L’analyse des élévations de l’ancienne salle du calorifère a permis de cerner plusieurs phases d’occupation notamment à travers la lecture du mur sud. La découverte d’un tambour de colonne, remployé dans les fondations, dans l’angle sud-ouest, confirme le bruit de fond d’une occupation du site dès l’Antiquité. L’étude du bâti révèle l’existence de deux grandes arcades de 3,60 m de large reposant sur un pilier central de 1,40 m de large (fig. 3). Cette construction est très proche des arcades présentes dans la confession sud datée du xiie s., aussi bien d’un point de vue formel que structurel. L’analyse démontre par ailleurs une contemporanéité entre les murs de l’ancienne salle du calorifère et cela malgré l’emploi d’un appareil différent, moellons allongés pour les murs ouest et nord, et pierres de taille pour le mur est. Il est ainsi possible de restituer l’existence d’une grande salle voûtée romane, orientée est-ouest, composée d’au moins deux vaisseaux de deux travées, bâtie entre les années 1120-1140. L’ensemble va subir des modifications au cours de l’époque moderne sans que l’on puisse en préciser la chronologie. Les grandes arcades vont être bouchées. Une nouvelle porte va être aménagée dans la grande arcade ouest avant d’être elle-même condamnée au profit de percement de baies. Ces dernières sont transformées par la suite en soupiraux sans doute lors des travaux de restauration effectués par l’architecte Rapine dans les années 1920.

Fig. 3 – Relevé orthophotographique du mur sud de la salle du calorifère

Fig. 3 – Relevé orthophotographique du mur sud de la salle du calorifère

Orthophotographie : S. Malpelat ; dessin : N. Sauvaître (Hadès).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan des caves avec localisation des sondages
Crédits Levé topographique : S. Malpelat, complété par N. Sauvaître (Hadès).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/101613/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 2 – Maçonneries en moellons mis au jour dans le sondage 2
Crédits Cliché : D. Delage (Hadès).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/101613/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1005k
Titre Fig. 3 – Relevé orthophotographique du mur sud de la salle du calorifère
Crédits Orthophotographie : S. Malpelat ; dessin : N. Sauvaître (Hadès).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/101613/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 661k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Natacha Sauvaitre, « Périgueux – Cathédrale Saint-Front : sacristie, salle du calorifère » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nouvelle-Aquitaine, mis en ligne le 27 août 2021, consulté le 06 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/101613

Haut de page

Auteur

Natacha Sauvaitre

Hadès

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Natacha Sauvaitre

Hadès

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search