Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNouvelle-Aquitaine201724 – DordognePérigueux – Rue André-Eymard, Cam...

2017
24 – Dordogne

Périgueux – Rue André-Eymard, Campniac 5

Fouille préventive (2017)
Responsable d’opération : Aurélien Sartou

Entrées d’index

Année de l'opération :

2017

Numéro d’opération :

027217

Nature de l'opération :

fouille préventive
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Éveha

Texte intégral

1La fouille de la rue André-Eymard a eu lieu préalablement à la construction d’un immeuble d’habitation HLM par Grand Périgueux Habitat au sein de la cité de Campniac. Il s’agit de la quatrième campagne de fouille préventive dans le cadre de ce programme de logements. Les précédentes ont eu lieu en 1992 et 1997. La campagne menée en 1997 a été effectuée quelques dizaines de mètres au sud de l’assiette du nouveau projet de construction. Un tronçon du cardo maximus et une partie d’un quartier le bordant à l’ouest avait été mis en évidence alors. Le tracé du cardo étant assuré, aucun diagnostic archéologique n’a été entrepris sur cette parcelle.

2La fouille couvre une surface de 325 m2 en partie couverte par une boulangerie construite dans les années 1950. Le sous-sol de cette boulangerie a fait disparaître une partie des vestiges qui couvrent tout de même une surface de 227 m2.

3Les vestiges mis au jour correspondent à un tronçon du cardo maximus bordé à l’est par un quartier à vocation artisanale, puis d’habitat, qui se développent entre la fin du ier s. avant notre ère et le iiie s. de notre ère (fig. 1).

Fig. 1 – Évolution de l’occupation du site

Fig. 1 – Évolution de l’occupation du site

DAO : Éveha.

4Les premières traces d’occupation datent de la période augustéenne où l’on note la présence d’un chemin creux bordé de fossés qui sera ensuite réaménagé en voie galetée. En parallèle, des bâtiments sur poteaux sont construits en bordure orientale du chemin. Un foyer et une fosse sont associés à ces constructions (fig. 2, A).

5Les constructions sur poteaux sont ensuite abandonnées et on observe la création d’un cheminement galeté dont l’orientation dévie vers le nord-est par rapport à l’axe du cardo qui peut continuer de fonctionner en parallèle (fig. 2, B).

6L’utilisation de ce cheminement sera de courte durée puisqu’un bâtiment sur sablière basse est implanté dans le galetage parallèlement au cardo.

7C’est probablement dans le courant du ier s. de notre ère que l’on observe une structuration du cardo et du quartier. Le cardo est rechapé et des fossés bordiers sont creusés. Un bâtiment sur solin est construit à l’est du cardo (fig. 2, C). Quatre pièces sont délimitées. Les deux pièces le long de la voie ont probablement une fonction artisanale comme semble l’indiquer la présence de nombreux foyers et de niveaux d’occupation riches en mobilier. Une des pièces en arrière reçoit un sol en béton alors que l’autre est occupée par une succession de foyers associés à des niveaux d’occupation.

8Dans la seconde moitié du ier s. de notre ère, le bâtiment sur solin est remplacé par un bâtiment maçonné constitué d’au moins trois pièces (fig. 2, D). Une grande pièce oblongue en façade présente deux stylobates centraux visant à supporter la charpente. La fonction de cette pièce semble encore liée à de l’artisanat. À l’arrière, deux pièces se développent. Le long du cardo, un trottoir couvert d’un portique est construit.

9L’apogée de l’occupation du quartier a lieu dans le courant du iie s. Les maçonneries sont reprises dès leur fondation, les sols sont rehaussés par l’apport de remblais importants. L’espace situé le long du cardo est divisé en trois espaces, deux pièces carrées séparées par un couloir. À l’arrière, ce sont au moins trois pièces qui sont créées (fig. 2, E). Toutes les pièces du bâtiment reçoivent des sols de béton et certains murs sont couverts d’enduits peints conservés à l’état de vestiges. La fonction artisanale des espaces semble disparaître au profit de celle d’habitation. Le portique sur le trottoir disparaît.

Fig. 2 – Plan général des vestiges mis au jour

Fig. 2 – Plan général des vestiges mis au jour

DAO : Éveha.

10Le site semble abandonné durant le iiie s. de notre ère. Les maçonneries sont presque entièrement récupérées jusqu’aux fondations. Le cardo continue d’être utilisé mais la création d’un grand fossé le long de la voie à la période moderne a fait disparaître l’ensemble des aménagements bordiers du cardo depuis le début du ier s. de notre ère.

11Jusque dans les années 1950, les terrains sont utilisés pour le maraichage ou comme jardins, préservant ainsi les vestiges antiques. La construction de la cité de Campniac entrainera un rehaussement des sols de près de 1 m.

12Les études en cours devraient permettre d’affiner le phasage de l’occupation de ce quartier périphérique de la ville antique de Vesunna le long de sa rue principale au débouché du gué de Campniac sur l’Isle.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Évolution de l’occupation du site
Crédits DAO : Éveha.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/101653/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Titre Fig. 2 – Plan général des vestiges mis au jour
Crédits DAO : Éveha.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/101653/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 471k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélien Sartou, « Périgueux – Rue André-Eymard, Campniac 5 » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nouvelle-Aquitaine, mis en ligne le 27 août 2021, consulté le 25 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/101653

Haut de page

Auteur

Aurélien Sartou

Éveha

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Aurélien Sartou

Éveha

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search