Navigation – Plan du site
1989

Lille – Château de Courtrai, rue de Tours

Responsable(s) des opérations : Gilles Blieck
Notice rédigée par : Gilles Blieck

Entrées d’index

Chronologique :

Moyen Âge*, Temps Modernes

Nature des opérations :

Sauvetage programmé (SP)
Haut de page

Texte intégral

Date de l'opération : 1989 (SP)
Inventeur(s) : Blieck Gilles

1Cette intervention avait pour but de reconnaître une partie des dispositions primitives de l’enceinte et les transformations subies au fil du temps [ (Fig. n°1 : Plan général. Localisation des zones fouillées), site C].

2Une courtine a été mise au jour sur une longueur de 26 m. Épaisse de 7,50 m à la base, elle était conservée sur une hauteur variant de 0,50 m à 4,75 m. Sa maçonnerie est constituée d’un massif de blocage compris entre deux parements en moyen appareil, et liée par un mortier verdâtre. Deux matériaux ont été employés : la craie locale, largement majoritaire, et le grès, exclusivement réservé à l’empattement taluté du mur, là où il baignait dans l’eau du fossé.

3Une galerie (ou gaine) voûtée en berceau était ménagée dans l’épaisseur du mur qu’elle parcourait dans toute sa longueur. Elle desservait notamment une latrine de plan rectangulaire (2,60 m x 1,50 m) également ménagée dans l’épaisseur du mur. L’une de ses faces portait encore le départ d’un arc longitudinal qui supportait vraisemblablement une superstructure en bois. De section rectangulaire, un conduit horizontal couvert de dalles de grès devait permettre à son contenu de s’écouler dans le fossé.

4Selon toute logique, la mise en eau de ce dernier a eu un effet inverse de celui escompté et a conduit à l’abandon de la latrine une fois celle-ci comblée. Son remplissage a livré un volumineux matériel archéologique.

5Une tour circulaire devait offrir un diamètre d’environ 13 m dans l’œuvre ; seul a été mis au jour un tronçon de sa partie saillante qui ne subsistait plus qu’en fondation. On peut lui restituer une hauteur approximative de 30 m, la courtine s’élevant aux environs de 20 m.

6Une partie de la courtine s’est écroulée à une époque tardive. La réfection à laquelle ce sinistre a donné lieu se place probablement entre 1577 et 1617, moment où trois des faces du château ont été intégrées à l’enceinte de la ville. Elle a occasionné la suppression du fruit de la base du mur, le bouchage de la galerie et l’arasement presque total de la tour.

7Un épais remblai de terre est venu renforcer la maçonnerie au même moment, sans doute pour accroître ses capacités de résistance à l’artillerie.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Plan général. Localisation des zones fouillées

Fig. n°1 : Plan général. Localisation des zones fouillées

Auteur(s) : Roumégoux, Yves. Crédits : GI, 1997 - CNRS Editions, 1998 (1997)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Plan général. Localisation des zones fouillées
Crédits Auteur(s) : Roumégoux, Yves. Crédits : GI, 1997 - CNRS Editions, 1998 (1997)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/10166/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Gilles Blieck, « Lille – Château de Courtrai, rue de Tours », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nord-Pas-de-Calais, mis en ligne le 01 mars 1997, consulté le 15 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/10166

Haut de page

Responsable d'opération

Gilles Blieck

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals