Navigation – Plan du site

AccueilRégionsHauts-de-France199062 – Pas-de-CalaisZouafques – Hameau de Wolphus

1990
62 – Pas-de-Calais

Zouafques – Hameau de Wolphus

Sauvetage programmé (1990)
Responsables d'opération : Jean-Claude Routier et Pierre Demolon

Texte intégral

Date de l'opération : 1990 (SP)
Inventeur(s) : Routier Jean-Claude ; Demolon Pierre

1Le site, sur l’emprise TGV [TGV Nord, (Fig. n°1 : Localisation des zones fouillées), site P] correspond à une villa gallo-romaine de taille moyenne (150 m à 200 m de longueur), dont le bâtiment principal de la pars urbana a été fouillé. Cet édifice, de 30 m de long sur 13 m de large, a été fondé au Haut-Empire (IIe s.). Il possède une belle cave de craie taillée, installée dans l’une de ses deux ailes d’angle au Bas Empire (IIIe s.). Outre le caractère singulier de cette structure maçonnée en grand appareil et voûtée à l’origine en berceau, l’intérêt majeur du site réside dans son contenu archéologique qui atteste la réoccupation de la villa durant le IVe s. et jusqu’au Ve s. après J.-C.

2L’abondant numéraire recueilli (cent quarante-huit monnaies) - d’où ressort la prédominance des monnaies d’origine constantinienne - amène à supposer un début de comblement de la cave entre 355 et 370 (en l’absence d’émissions valentiniennes), ce qui apparaît compatible avec la richesse et la variété du mobilier céramique : bols Chenet 320 à molettes (groupes 2-3 de Hübener). La découverte de plusieurs objets souvent associés à un contexte de troubles (umbo de bouclier, éperon, haches, couteaux, plaque-boucle réniforme à tôle d’argent) suggère une présence militaire à cette époque sous la forme de petits groupes germaniques, d’anciens barbares passés au service de Rome pour surveiller les endroits stratégiques situés aux frontières de l’Empire.

3Zouafques se situant au carrefour de deux voies importantes (Boulogne-Cassel et Thérouanne-Sangatte), on peut admettre l’idée que ce site participait à la défense du territoire de la Gaule septentrionale au IVe s.

4Dans un second temps, la cave fut réutilisée comme espace artisanal,vraisemblablement en fosse-cendrier desservant des fours (déchets de combustion, scories de fonderie, creusets) ; cette activité s’est poursuivie dans le dernier quart du IVe s. (présence de bol Chenet 342 et de deux monnaies avec terminus post quem de 379 et 388).

5Zouafques s’intègre donc parfaitement dans la catégorie des établissements romains tardifs, toujours occupés à la fin du IVe s. sous forme d’installation secondaire dans un cadre ruiné ou semi-ruiné comme c’est le cas des deux tiers des villae connues pour le nord de la Gaule.

6Enfin, une présence plus tardive sur le site se lit à travers les décors de molette sur terre d’Argonne datés du premier quart du Ve s. (groupe 6 de Hübener, phase 1 de Bayard).

7On peut donc penser, avec raison, que l’abandon du site est lié à la grande vague d’invasions de 406-407.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Localisation des zones fouillées

Fig. n°1 : Localisation des zones fouillées

GI, 1997 - CNRS editions, 1998 (1997)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Localisation des zones fouillées
Crédits GI, 1997 - CNRS editions, 1998 (1997)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/10175/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude Routier, Pierre Demolon, « Zouafques – Hameau de Wolphus » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Hauts-de-France, mis en ligne le 01 mars 1997, consulté le 24 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/10175

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Routier

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Jean-Claude Routier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Pierre Demolon

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search