Skip to navigation – Site map

HomeExcavations districtsNouvelle-Aquitaine201823 – CreuseMoutier-Rozeille – Saint-Hilaire

2018
23 – Creuse

Moutier-Rozeille – Saint-Hilaire

Fouille programmée (2018)
Archaeological project director: Jacques Roger

Editor's notes

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Full text

1Cette deuxième campagne de triennale 2017-2019 sur le site de l’ancienne église Saint-Hilaire à Moutier-Rozeille a poursuivi les objectifs fixés fin 2016, à savoir l’achèvement de la fouille des sépultures dans la zone du parvis à l’ouest et au niveau du cimetière sud, l’agrandissement du secteur du cimetière nord au nord-ouest et terminer le dégagement interne de la nef. Comme pour l’année 2017, la fouille en 2018 n’a pas apporté de grands bouleversements quant à la compréhension générale du site, même si la mise au jour de quelques structures modifie nos hypothèses de restitution des différents monuments, notamment ceux concernant l’extrémité occidentale de la nef mérovingienne.

2Pour la période gallo-romaine (état 2), seul le relevé d’un nouveau bloc antique permet d’apporter de nouvelles informations quant au mausolée funéraire. Retrouvé à la base du mur nord de la nef de l’église médiévale, le bloc BL 71 correspond à un chaperon de mur. Sa largeur, supérieure d’une dizaine de centimètres par rapport aux blocs de parements, ne permet pas de l’adapter aux maçonneries antiques encore en place. Il faut donc imaginer que cet élément soit placé sur un mur de clôture entourant tout ou une partie du mausolée, comme on peut le voir par exemple autour du mausolée nord du site des Cars à Saint-Merd-les-Oussines (19). Malheureusement, la fouille n’a pas permis de situer cette maçonnerie (pas de tranchée de fondation).

3Les questions relatives au plan général de l’église mérovingienne et des portiques latéraux englobant ou pas la nef restent encore en suspens. La présence de quelques pierres de format important et retrouvées à plat dans l’angle sud-ouest de la zone du parvis inciterait à penser que le mur sud du portique M. 39 se poursuit au-delà de la zone de fouille mais cette observation, tenue, mériterait qu’elle soit confortée par d’autres faits. Néanmoins, si tel est le cas, nous aurions alors un mur occidental au plus près de la limite du terrain marquée par une rupture de pente très nette.

4Toujours pour cette période, de nouvelles tombes ont été mises au jour, notamment à l’ouest du mur occidental de l’église médiévale, invitant peut-être à agrandir légèrement l’emprise supposée de la nef du haut Moyen Âge. À l’intérieur de celle-ci, on notera la présence d’une inhumation (Sp. 442) recouverte d’une portion de préparation de sol en mortier à base de chaux, semble-t-il récupéré sur un autre bâtiment. Des cas similaires ont déjà été observés sur les sites de la Courtine à Limoges (87) ou sur celui du prieuré Notre-Dame à Montluçon (03) pour ne citer que des exemples connus les plus proches. La fouille de la fosse sépulcrale taillée dans le rocher Sp. 455 permet ainsi de valider la présence, au cœur de la nef, d’une seconde inhumation mérovingienne orientée nord-sud. Ces dernières, seulement espacées d’un mètre, suggère l’existence d’une limite aujourd’hui disparue (mur, cloison, ... ?), divisant l’espace interne de la nef.

5Les données recueillies en 2018 sur l’église médiévale (état 4) et sur sa reconstruction à la fin du xve-début xvie s. (état 5) n’ont guère progressé par rapport à l’année précédente ; seule l’emprise totale du four à cloche est maintenant connue, sa fouille devant s’achever l’année prochaine. Quelques fosses au niveau du parvis ont été identifiées et sont à rattacher chronologiquement à la période médiévale ou moderne, leur fonction restant assez énigmatique. Comme les années passées, notre corpus de tombes modernes a augmenté avec la mise au jour d’une trentaine de sépultures supplémentaires, principalement trouvées dans les cimetières sud et nord.

6On signalera enfin l’absence de creusements sépulcraux dans l’angle nord-ouest du site, en raison du rocher affleurant à cet endroit. Ce constat semble indiquer une bonne connaissance du sous-sol par les fossoyeurs, et ce depuis fort longtemps. Seules quelques inhumations de très jeunes enfants ont été découvertes, ne nécessitant probablement pas une fosse aussi profonde que pour celle des adultes.

Fig. 1 – Vue depuis le sud-est du four à cloche (en cours de fouille) installé à l’intérieur de la nef médiévale

Fig. 1 – Vue depuis le sud-est du four à cloche (en cours de fouille) installé à l’intérieur de la nef médiévale

Mires de 0,50 et 1 m.

Cliché : J. Roger (SRA).

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 – Vue depuis le sud-est du four à cloche (en cours de fouille) installé à l’intérieur de la nef médiévale
Caption Mires de 0,50 et 1 m.
Credits Cliché : J. Roger (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/101963/img-1.jpg
File image/jpeg, 362k
Top of page

References

Electronic reference

Jacques Roger, “Moutier-Rozeille – Saint-Hilaire” [Note of archaeological project], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [Online], Nouvelle-Aquitaine, Online since 29 August 2021, connection on 05 December 2021. URL: http://journals.openedition.org/adlfi/101963

Top of page

About the author

Jacques Roger

Drac Nouvelle-Aquitaine (service régional de l’archéologie)

By this author

Top of page

Archaeological project director

Jacques Roger

Drac Nouvelle-Aquitaine (service régional de l’archéologie)

Project(s) supervised by this archaeologist

Top of page

Copyright

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search