Navigation – Plan du site
2008

Nouaillé-Maupertuis – L'abbaye (rue de l'Abbaye, place Raoul du Fou)

Responsable(s) des opérations : Fabrice Mandon
Notice rédigée par : Fabrice Mandon

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 204525

Date de l'opération : 2008 (SD)

1La campagne de fouilles consiste en différentes tranchées et sondages réalisés depuis août 2007 sur le tracé d’un futur réseau d’assainissement qui traversera l’ensemble de l’abbaye bénédictine de Nouaillé-Maupertuis (hors cloître et bâtiments conventuels) (Fig. n°1 : Plans phasés du XIe s. au début du XVe s.) .

2La fouille située à hauteur de la plus ancienne porte de l’abbaye (au nord-est) a mis en évidence une occupation du haut Moyen Âge (bâti en pierre effondré, structures en bois, faune et céramiques abondantes) recoupée par le cimetière des laïcs qui apparaît au XIe  s. (développement du bourg, construction de l’actuelle église abbatiale) pour disparaître dans le courant du XIIIe  s. voire dès le XIIe  s. à l’époque de la construction de l’église paroissiale Saint-Martial dans le bourg et de la reconstruction de la  chapelle Notre-Dame de Montvinard (d’origine carolingienne, isolée à l’est du bourg), accompagnées toutes deux d’un cimetière dévolu aux laïcs durant le Moyen Âge et l’époque moderne. Les sépultures se recoupent rarement et certaines étaient signalées par un bloc sommaire dressé au pied de la tombe. La plupart des tombes présente un coffrage anthropomorphe. Une maçonnerie mal datée, calée entre les inhumations qu’elle épargne et un important décaissement réalisé à la fin du Moyen Âge, se situe dans le prolongement du dernier tronçon connu de l’enceinte (XIIe  s.-XVe  s.). À la fin du Moyen Âge, le mur a été renforcé à l’ouest, alors qu’une cave était aménagée à l’est (logis des officiers, XVIe  s.). L’étude de cette zone se poursuivra en 2009 afin de déterminer le tracé primitif de l’enceinte : porte en chicane dès l’origine ou enceinte venant se greffer sur un bâtiment préexistant, avec adjonction plus tardive du logis des officiers, accolé à l’extérieur de l’enceinte. Des datations par radiocarbone seront effectuées pour préciser la chronologie. À partir de la fin du XVe  s. (vraisemblablement dès le XIIIe  s.), le secteur entouré de servitudes et de logis (officiers claustraux et officiers de justice) a perdu toute vocation funéraire (fosse contenant le squelette entier d’un jeune bovidé). Une importante fosse dépotoir semble liée au saccage de l’abbaye par les protestants en 1569.

3Un deuxième sondage a été effectué au pied du clocher-porche de l’église, en travers de la rue qui traverse l’abbaye et longe les bâtiments conventuels. Une succession de bâtiments s’étalant du IXe  s. au XVIIe  s. a été mise en évidence. Les premières constructions en pierres (associées à de petites latrines au Xe  s.) ont été en grande partie détruites aux XIe  s.-XIIe  s. À cette époque commence un déplacement en plusieurs étapes du bâti vers l’ouest, coïncidant avec la construction de l’actuelle église (première moitié du XIe  s.) puis du clocher-porche devant l’ancienne façade (fin du XIIe  s.). Les structures sont variées (murs en moellons, en moellons et pierres de taille, en bois sur sablière, avec plancher, sol de terre battue ou cailloutis) et associées à une voirie qui accompagne leur déplacement vers l’ouest. Avant 1420, un imposant portail est construit en travers de la rue pour séparer la mense abbatiale de la mense conventuelle. Au XVIIe  s., la rue est pavée et les bâtiments sont implantés à leur emplacement actuel. L’étude est encore en cours et la fonction de ces différentes constructions semble délicate à cerner (structures d’accueil pour les phases anciennes ?) d’autant que nous n’avons aucune certitude quant à l’emplacement de l’église carolingienne. Il faut noter l’absence d’inhumations au pied du clocher confortant l’idée d’un déplacement des sépultures de laïcs vers le bourg aux environs de 1200. Le mobilier trouvé en fouille est assez riche (faune, céramiques) avec notamment un important ensemble de vitraux présent dans l’ensemble de la stratigraphie, dès le premier niveau d’occupation des VIIIe  s.-IXe s. L’étude de la céramique des XIe  s. et XIIe  s. doit être approfondie (céramique à glaçure mouchetée verte, associée à des formes des Xe  s.-XIe  s., l’ensemble étant clairement antérieur à la fin du XIIe  s.).

4Un troisième sondage réalisé en 2008 dans la longueur de la rue a permis de compléter les observations. Une occupation des VIIe  s.-VIIIe  s., associée à une maçonnerie assez grossière a été repérée. Les murs carolingiens semblent s’adapter à cette première implantation. Les sols de mortier et les niveaux de démolition des nouvelles constructions sont recoupés par d’importantes tranchées (récupérations), l’ensemble étant directement recouvert par un chemin au XIe  s., serpentant entre les différents bâtiments construits à l’ouest de l’église. Un important bâtiment nord- sud du XIe  s. a été retrouvé dans l’axe de la rue. La poursuite de la tranchée vers le sud devrait permettre d’établir ces relations avec l’aile sud des bâtiments conventuels. Ce bâtiment est rapidement rasé et recouvert par le chemin, au XIIe  s., vraisemblablement lors de la construction de l’actuelle aile occidentale du cloître. Le mobilier est

5relativement abondant, avec notamment des plaquettes en os et un peigne (IXe  s.-Xe  s.) gravés (décor d’oscelles et d’entrelacs).

6Les travaux doivent encore se poursuivre sur l’abbaye (poursuite du sondage dans la rue, suivi des travaux d’assainissement, datations par radiocarbone, prospection géophysique).

7MANDON Fabrice

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Plans phasés du XIe s. au début du XVe s.

Fig. n°1 : Plans phasés du XIe s. au début du XVe s.

Auteur(s) : Mandon, FAbrice (DOC). Crédits : Mandon, Fabrice (2008)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Plans phasés du XIe s. au début du XVe s.
Crédits Auteur(s) : Mandon, FAbrice (DOC). Crédits : Mandon, Fabrice (2008)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/1021/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Fabrice Mandon, « Nouaillé-Maupertuis – L'abbaye (rue de l'Abbaye, place Raoul du Fou) », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Poitou-Charentes, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 04 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/1021

Haut de page

Responsable d'opération

Fabrice Mandon

DOC

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals