Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNouvelle-Aquitaine201840 – LandesSaint-Geours-de-Maremne – Bellocq...

2018
40 – Landes

Saint-Geours-de-Maremne – Bellocq, une fenêtre sur l’occupation des sols dans les Landes du Tardiglaciaire à l’Antiquité tardive

Fouille préventive (2018)
Responsable d’opération : Vanessa Elizagoyen
Notice rédigée avec Fabrice Marembert et Serge Vigier

Entrées d’index

Année de l'opération :

2018

Numéro d’opération :

027396

Nature de l'opération :

fouille préventive
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1L’emprise (8 800 m2 fouillés sur une surface totale de 10 000 m2) occupe un plateau marqué par la confluence de plusieurs affluents de l’Adour et par une zone humide. Elle est encadrée par deux chemins apparaissant sur la carte d’état-major de 1820, non loin de l’ancienne route reliant Bordeaux à Bayonne.

2Du point de vue géologique, au Tertiaire, elle s’apparente à une dépression environnée de dunes. C’est durant le Quaternaire que sa morphologie évolue : les dunes sont érodées, des cours d’eau incisent l’espace qui devient un plateau. Une zone humide persiste sur sa partie orientale.

3Au Paléolithique moyen, des indices matériels attestent d’une fréquentation des lieux. Au Tardiglaciaire, entre 11 000 et 9 000 ans avant le présent, différentes occupations de plein air sous forme de petites concentrations lithiques de quelques mètres carrés ont été découvertes sur les bords de la zone humide. Elles se caractérisent par un débitage de projectiles en silex et de nombreux vestiges brûlés.

4La zone humide se colmate progressivement. Elle piège une véritable stratigraphie, c’est-à-dire une succession de niveaux archéologiques qui ne se sont pas conservés sur le reste de l’emprise.

5Au Bronze moyen (entre -1600 et -1400, Bronze moyen 2), des populations s’établissent sur le plateau. Des aires de stockage sont localisées d’après les vases de type silo découverts. Elles sont à mettre en relation avec des pratiques agricoles.

6Durant le premier âge du Fer (phase initiale, entre - 700 et - 600), des pratiques agricoles et pastorales sont à nouveau décelées mais cette fois-ci au travers de structures beaucoup mieux conservées, avec un assemblage qui regroupe du bâtiment sur poteaux ayant brûlé (présence de nombreux éléments de torchis mis au jour), des plaques foyères et des silos. L’étude en cours s’attache à préciser leur articulation fonctionnelle. Le mobilier céramique, avec la présence notable de plusieurs éléments de faisselle, confirme la vocation de cette petite unité d’habitation.

7Un horizon plus récent, matérialisé par un dépotoir probablement daté du second âge du Fer, achève de colmater l’ancienne zone humide.

8Après un important hiatus couvrant les deux premiers siècles de notre ère, quelques indices évoquent une occupation difficile à caractériser au cours du Haut Empire.

9Au cours des ive-ve s. apr. J.-C., des populations s’établissent à nouveau sur le plateau. Le bourg qu’ils y bâtissent s’étend sur l’intégralité de la surface fouillée et se prolonge au-delà vers le nord. De nombreux bâtiments sur poteaux en matériaux périssables montrent des orientations régulières. Des aménagements en bois (stabilisations/confortements/accès) sont en relation avec la présence d’un cours d’eau au sud. Parmi les activités pratiquées par les habitants de Bellocq durant l’Antiquité tardive, la métallurgie du fer se distingue. Ainsi, des déchets caractéristiques de la forge ont été mis au jour, ainsi que ceux caractérisant probablement la réduction du minerai de fer. Le mobilier associé forme des assemblages homogènes de céramique essentiellement locale. Il est difficile d’évaluer pour l’heure la date d’abandon du site. On peut cependant s’interroger sur les nombreuses traces d’incendie relevées sur les vestiges d’époque romaine. De la fin de l’Antiquité à l’époque moderne, aucun indice d’occupation n’est plus relevé sur la parcelle.

10L’importance de la fouille de Bellocq à Saint-Geours-de-Maremne est indiscutable. Elle réside dans la découverte d’un site sur lequel les vestiges témoignent d’occupations jusqu’à lors inédites dans cette aire géographique, sur une surface significative.

Fig. 1 – Vue générale du chantier

Fig. 1 – Vue générale du chantier

Cliché et DAO : W. O’yl (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue générale du chantier
Crédits Cliché et DAO : W. O’yl (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/102209/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vanessa Elizagoyen, Fabrice Marembert et Serge Vigier, « Saint-Geours-de-Maremne – Bellocq, une fenêtre sur l’occupation des sols dans les Landes du Tardiglaciaire à l’Antiquité tardive » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nouvelle-Aquitaine, mis en ligne le 29 août 2021, consulté le 05 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/102209

Haut de page

Auteurs

Vanessa Elizagoyen

Inrap

Articles du même auteur

Fabrice Marembert

Inrap

Articles du même auteur

Serge Vigier

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Vanessa Elizagoyen

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search