Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNouvelle-Aquitaine201879 – Deux-SèvresNiort – Port-Boinot

2018
79 – Deux-Sèvres

Niort – Port-Boinot

Opération préventive de diagnostic (2018)
Responsable d’opération : Annie Bolle
Notice rédigée avec Florian Blanchard

Entrées d’index

Année de l'opération :

2018

Numéro d’opération :

206733

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Bolle A. 2018 : Nouvelle-Aquitaine, Deux-Sèvres, Niort, Port-Boinot, rapport de diagnostic archéologique, Poitiers, Inrap, 121 p.

Texte intégral

1Le diagnostic archéologique concerne le terrain occupé par l’ancienne chamoiserie Boinot et dernièrement par le CNAR (Centre national des arts de la rue). Deux phases principales d’occupation sont observées : l’une est antique, la seconde, attendue est moderne et contemporaine, associée aux moulins qui se succèdent du xviie au xxe s. Les plans indiquent une extension des constructions au sud du moulin à partir du xxe s., pour finalement occuper tout l’espace disponible, répondant ainsi à la très forte activité de l’usine Boinot.

2La découverte majeure de ce diagnostic concerne l’occupation antique, localisée au nord et à l’est du terrain et divisée en deux parties par le creusement du bief du moulin moderne. Les structures sont datées du dernier quart du ier s. avant notre ère, jusqu’au milieu du iie s. La présence de mobilier des iie et ier s. avant notre ère suggère toutefois une occupation gauloise.

3La tranchée au nord du bief livre des structures dont l’interprétation reste délicate dans le cadre d’un diagnostic : un bâtiment est édifié sur une épaisse plate-forme. Il est bordé à l’est par un espace couvert, sur le sol duquel se trouvent plusieurs fosses. À l’est, des blocs monumentaux constituent les bordures d’un égout. L’occupation semble brève, entre le ier s. et la première moitié du iis.

4Au sud du bief moderne, les structures antiques comprennent un fossé comblé dans le dernier tiers du ier s. avant notre ère (-30 à 0). Un bâtiment lui succède dans le courant du ier s. Il est bordé à l’est par un chemin dirigé vers la Sèvre, en un point où de nombreuses monnaies ont été trouvées au xixe s., suggérant un franchissement du fleuve. Le bâtiment est détruit vers le milieu du iie s. Plusieurs sculptures ont été disposées à l’intérieur, contre son mur nord.

5Les fragments sculptés correspondent à au moins trois déesses-mères et à une statue interprétée comme Epona. Elles ont été décapitées, les attributs brisés intentionnellement, désacralisant les divinités avant leur dépose rituelle, orientées face à l’est, dans l’édifice abandonné.

6La présence de ces divinités suggère que le site du Port Boinot ait abrité un sanctuaire édifié en bord de Sèvre et en périphérie de la ville. Ces caractéristiques le rapprochent du sanctuaire du Pain Perdu, également localisé en bord de Sèvre, mais à l’opposé de l’agglomération antique. L’abandon précoce de ces deux sites, vers le milieu du iie s., interroge quant à l’évolution urbaine de la ville antique de Niort encore largement méconnue.

Trois nouvelles divinités dans la cité des Pictons

7La première déesse-mère est vêtue d’une longue tunique, assise dans un fauteuil à haut dossier cintré. Bien que très abîmée, la deuxième représentation est plus originale car il s’agit d’un groupe associant deux déesses vêtues d’une longue tunique tombant sur des pieds chaussés. Elles sont assises l’une à côté de l’autre comme le montre le positionnement des pieds. Ce groupe peut être rapproché de nombreux autres à Poitiers et Saintes. On remarquera que, dans les deux cas, les attributs et tous les éléments participant à l’identité des déesses ont été méthodiquement détruits.

8La statue d’Epona est très fragmentaire, la partie supérieure du corps a disparu et des parties sont manquantes. On reconnaît un personnage féminin aux pieds chaussés et vêtu d’une longue tunique et d’un manteau. Elle est accompagnée d’un cheval portant lui-même une corbeille ou un panier. La composition se rattache à une petite série de témoignages où Epona est à côté de son cheval et dont l’aire de diffusion se limite quasi-exclusivement à la partie septentrionale de la province d’Aquitaine (Poitiers, Saintes, Néris-les-Bains). En plus de cette composition rare, elle constitue l’un des plus imposants témoignages du culte d’Epona connu à ce jour en Gaule.

9La présence d’Epona et de trois déesses-mères sur le même site témoigne de l’importance du site de Port Boinot dans le paysage religieux local. Ces divinités illustrent aussi les relations privilégiées qu’entretient le site avec Poitiers et les autres agglomérations où ces déesses tiennent une place particulière. Ainsi, cette découverte de trois nouvelles divinités lors du diagnostic archéologique vient renouveler et enrichir notre connaissance du panthéon régional et ouvrir une fenêtre sur l’histoire romaine de Niort.

Fig. 1 – Plan général des tranchées et des vestiges

Fig. 1 – Plan général des tranchées et des vestiges

DAO : V. Miailhe, Bambagioni.

Fig. 2 – Epona, exposition au musée d’Agesci, 2018

Fig. 2 – Epona, exposition au musée d’Agesci, 2018

Cliché : L. Lamy.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général des tranchées et des vestiges
Crédits DAO : V. Miailhe, Bambagioni.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/102334/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Fig. 2 – Epona, exposition au musée d’Agesci, 2018
Crédits Cliché : L. Lamy.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/102334/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie Bolle, Florian Blanchard, « Niort – Port-Boinot » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nouvelle-Aquitaine, mis en ligne le 29 août 2021, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/102334

Haut de page

Auteurs

Annie Bolle

Inrap

Articles du même auteur

Florian Blanchard

Université de Bretagne Occidentale

Haut de page

Responsable d’opération

Annie Bolle

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search