Navigation – Plan du site
1990

Rodez « Segodunum »

Les Jacobins, Raynaldi-Jaurès
Responsable(s) des opérations : Jean Catalo

Texte intégral

Date de l'opération : 1990 - 1992 (SP)
Inventeur(s) : Catalo Jean

1La rénovation du centre urbain de Rodez (création d'une médiathèque,de logements, d'un vaste parking souterrain) est à l'origine de la plus importante, mais aussi de la première opération archéologique de grande envergure faite au cœur de la ville [ (Fig. n°1 : Plan général),plan général, site j]. C'est, en effet, plus de 6 000 m2 qui ont pu être fouillés de mars 1990 à mars 1992. L'importance des moyens mis en œuvre, tant par les entreprises concessionnaires que par la municipalité de Rodez, a été à la mesure des découvertes exceptionnelles qui ont pu y être faites (Lucien Dausse, Philippe Gruat, Jean-Marie Pailler, Aquitania, 1990).

2La stratigraphie et l'ensemble des constructions mises au jour sur près de 3 m d'épaisseur établissent une continuité d'occupation étalée sur plus de vingt et un siècles.

3Fortement perturbés, les niveaux les plus anciens assez diffus, sont composés de structures creuses taillées dans l'argile stérile. Il s'agit le plus souvent de fosses (diamètre de 1 m pour une profondeur de 0,20 m) et de puits (diamètre de 1,45 m et de 1,30 m, pour des profondeurs de 1,45 m et 2,60 m) mais aussi, ce qui est une nouveauté, de plusieurs sillons parallèles espacés de 0,40 m à 1 m (0,03 m de profondeur) interprétés comme les traces d'un travail agraire. Elles seraient associées à un fossé marquant une limite parcellaire et à une rigole de drainage.

4Le matériel recueilli est surtout représenté par des amphores vinaires italiques Dr. 1A (dont deux estampillées ML, [D]IO[CL]/MES[OR]/P. MAR) et quelques Dr. 1B (type intermédiaire d'après le fouilleur), associées à des céramiques italiques à vernis noir campanienne A (Lamb. 5/7, 27a, 33b), B ou B-oïde (Lamb. 1,5/7, 10), C ou imitations (Lamb. 27c et 33), à des céramiques italiques d'importation et à des productions indigènes typiques (urnes peignées, terrines, etc.), à des monnaies (bronzes massaliotes) et à une fibule du type 4b ou 4c2 de la classification de M. Feugère. Cette première occupation doit être datée, semble-t-il, dans le Ier s. avant J.-C. car sous réserve d'une étude plus précise, elle présente des indices compris dans la première moitié du Ier s. et surtout plus anciens du IIe s. ou du début Ier s. avant J.-C. (Lamb. 10, par exemple).

5À l'époque augustéenne, ce quartier fait l'objet d'une première structuration urbaine avec la mise en place d'une trame de voirie orientée à 17 ° est, dont le cadre orthogonal reconnu de part et d'autre de cet axe par la présence de deux carrefours, détermine, sur le côté est un îlot de 47 m de côté. Dégagée sur près de 45 m de long, la voirie nord-sud,large de 7 m, est formée d'un agglomérat de petites dalles de gneiss associé à un cailloutis sur lequel se distinguent des recharges successives,mais surtout l'empreinte d'ornières.

6Deux bâtiments, inscrits chacun en bordure des carrefours, déterminent des emplacements rectangulaires(15 m x 6 m et 11,20 m pour le second) dont l'un se subdivise en trois pièces par l'adjonction de cloisons intérieures. Les techniques de construction utilisées sont rustiques : solin enterré (pierres liées par un mortier blanchâtre) sur lequel venait s'appuyer des sablières basses sans poteaux corniers. Le mode de construction de ces bâtiments en matériaux légers (parois de torchis, bois et enduit) ne paraît pas être associé à une couverture de tegulae, pourtant présentes dans le calage d'une sablière basse.

7Le mobilier archéologique mis au jour dans les niveaux de constructions de sdeux bâtiments est d'une très grande homogénéité d'après le fouilleur. Il s'agit de plusieurs monnaies (un as d'Auguste émis à Lyon en 107 avant J.-C., des frappes de Marseille ou de Nîmes, un bronze gallo-romain de Tatinos) et des fragments d'une fibule à ressort protégé du type 14b de M. Feugère, d'amphores (Dr. 1A récentes associées à des Dr. 1B),de céramiques italiques à vernis noir campanienne A (Lamb. 27c et 31), B ou B-oïde (Lamb. 5/7), C ou imitations (Lamb. 5/7, ou approchant les Lamb.  6,27, 31 et 33), mais également de céramiques arétines (Goud. 5, 7, 15, 24, 31) dont certaines sont estampillées (Menophilus esclave de MarcusPerenusTigranus et P. Hertorius).

8On y trouve aussi des fragments de lampes républicaines Dr. 2 et 3, des productions à engobe rouge pompéien, des céramiques à parois fines d'Acco ou du type d'Acco, des imitations de sigillées arétines proches des productions de Bram et du mobilier plus original à vernis non grésé, produit autant à La Graufesenque qu'à Lezoux (Drag. 29), qui comporte un décor à la molette. La très forte proportion de céramiques indigènes (44 %) est intéressante car elle associe des morphologies gauloises à des types plus particuliers au Rouergue (pichets arvernes à décor de chevrons) absents des milieux toulousains.

9Compte tenu des indices donnés par l'ensemble des céramiques provenant des couches d'installation (- 20 à  + 10) et ceux recueillis dans les niveaux de destruction (entre 20 et 50 après J.-C.), mais aussi de la durée d'utilisation de ces structures en torchis (de 25ans à 30ans), Jean Catalo situe l'installation de l'habitat dans le tout début de notre ère.

10La description de ce matériel appelle plusieurs remarques qui sont suggérées par l’hétérogénéité du mobilier archéologique provenant des couches d'installation (il y a eu nécessairement perturbations et mélanges avec les niveaux antérieurs). En effet, la présence dans des milieux augustéens du début de notre ère d'amphores Dr. 1A, de campaniennes A et C peut surprendre. De plus, les céramiques arétines anciennes et d'imitations supposent une occupation légèrement antérieure. Si la première trame urbaine est bien augustéenne, elle fait de toute façon suite à un habitat peut-être non structuré d'époque césarienne et des premiers temps de l'Empire romain à la fin du Ier s. avant J.-C.

11La démolition des bâtiments de la ville augustéenne, vers le milieu du Ier s. après J.-C., est à l'origine de la construction d'un vaste ensemble monumental (Fig. n°2 : Vue générale du forum dans sa partie sud avec du bas vers le haut : l’area, le portique et le seuil vers la zone méridionale, la boutique sud et la voirie) qui s'implante selon une orientation différente, 22 ° est, et qui assure la réorganisation complète de la trame urbaine. La zone fouillée correspond au quart sud-est du forum de Segodunum dont certaines parties ont conservé en place des niveaux stratigraphiques qui permettent de suivre son évolution architecturale jusqu'au Ve s.après J.-C.

12Le schéma d'implantation (Fig. n°3 : Plan d’interprétation du forum de Segodunum dans son état de la fin du I ers. après J.-C ) connu correspond à l'aile orientale dégagée sur plus de 80 m de long, qui forme un double portique contre lequel s'appuient une série de boutiques ouvertes à l'est, sur une voirie latérale orientée nord-nord-est–sud-sud-ouest. Cette vaste galerie (10,60 m de longueur), scindée en deux par un alignement de bases de piliers quadrangulaires (4,60 m d'entraxe), est fermée au sud par un mur perpendiculaire au travers duquel un seui lfacilite l'accès direct à la partie méridionale du forum, et qui, en se prolongeant vers l'ouest, détermine l'emprise de l'area. Ce double portique dont le sol est matérialisé par un simple lit de mortier blanc est limité sur son côté ouest par un mur stylobate de 2 m d'épaisseur (2,50 m en fondation) qui assure la séparation avec l'area et marque, à partir de cette constructionmassive, un décalage entre le niveau de circulation du portique, plus haut (0,10 m) que celui de l'area.

13Diverses considérations d'ordre architectural permettent au fouilleur d'interpréter ce plan comme le volume initial d'un cryptoportique dont l'aménagement n'a pas été poursuivi. L'aile orientale du portique est doublée en parallèle par une série de boutiques carrées (4 m x 4 m) ouvertes sur la voirie, alors qu'une pièce barlongue formant l'extrémité sud et deux exèdres semi-circulaires (18 m de longueur, 4 m de largeur) ont un accès vers la galerie.

14La complexité architecturale de cet ensemble, ainsi que les techniques utilisées pour sa construction permettent d'assurer qu'il s'agit d'un aménagement contemporain. Il est également en relation avec une voie relativement étroite (4 m),pavée de blocs parallélépipédiques jointifs,sur lesquels ont été observées des traces d'usures longitudinales. Elle est bordée sur le côté opposé par des bâtiments dont le plan permet de percevoir des voies perpendiculaires sur lesquelles des blocs semblent former un couloir de circulation piétonnier. Chacun de ces axes recouvre un système élaboré de réseau d'égout avec regard, dont les ruptures brutales de pente ne sont que des adaptations techniques dépendantes de la nature très tourmentée du relief.

15Taillés en pleine masse dans le rocher (1,80 m de largeur pour 0,80 m de profondeur), les égouts ont été bâtis par coffrage (1 m de hauteur pour 0,60 m de largeur), sans aménagement du fond compte tenu de l'imperméabilité du substrat. Le mur sud de l'area (Fig. n°4 : Vue de la zone sud de l’area avec la fondation du stylobate posée sur le substrat et le mur du II es. parallèle au stylobate à gauche )parementé de petits moellons de grés aux joints de mortier tirés au fer, est rythmé (entraxe de 4,25 m) sur sa face intérieure par une série de pilastres engagés (0,80 m de côté) à base monolithe chanfreinée, entre lesquels alternent une fois sur deux, deux blocs débordant espacés régulièrement. À 0,90 m de la base, un retrait du mur rompt l'élévation et permet d'assurer l'écoulement des eaux de pluie vers un caniveau constitué de blocs de grés (1 m de longueur pour un conduit de 0,20 m de largeur). Le revêtement de l'area est constitué de dalles rectangulaires de grès rouge, de dimensions variées, formant des alignements alternés larges et étroits. Ce dallage parfaitement horizontal est établi sur un puissant hérisson d eplaques de gneiss.

16En retrait d'une quinzaine de mètres par rapport au mur stylobate, ont été mis au jour les vestiges d'un édifice public délimité par un soubassement de 4,20 m de large qui forme un quadrilatère orienté parallèlement au portique, approchant les vingt mètres pour une longueur dégagée côté nord avoisinant 8 m. L'angle sud-est est prolongé par un mur plus étroit (2,40 m de largeur) dont l'extrémité, difficile à distinguer à cause des nombreuses perturbations modernes, ne semble pas aller au-delà de 4 m. Ce plan très particulier, en relation avec des soubassements importants, suggère à l'évidence la présence du podium d'un temple dont le blocage intérieur est formé d'un agglomérat de petits blocs noyés dans un mortier jaunâtre. On peut y reconnaître la partie orientale de la cella marquée au niveau de l'arasement du podium par l'empreinte de l'arrachement de blocs de grand appareil (longueur : 1 m à 1,50 m, largeur : 0,50 m, hauteur : 0,60 m-0,70 m) et par des blocs fixés verticalement qui assurent peut-être la présence de colonnes ou de piliers internes. L'espace intérieur du temple n'est pas construit mais remblayé de terre stérile qui montre un décalage d'altitude entre le niveau d'utilisation de la cella et celui de l'area (0,50 m).

17Le mur qui se prolonge vers le sud-ouest correspond à la fondation d'un escalier monumental débouchant sur un alignement de bases de piliers placées à 1,90 m en amont de la façade. Ces critères architecturaux appréhen dés lors de la fouille permettent de considérer qu'il s'agit d'un temple prostyle à podium ouvert vers le sud, dont l'accès est barré par une rangée de colonnes formant pronaos. Un système de drains taillés en tranchées autour du podium, permet d'évacuer l'eau vers le nord-est alors qu'un mur bâti en retrait du temple (9 m) et qui comporte deux exèdres (semi-circulaire et rectangulaire), peut délimiter le péribole du monument. Un second mur contemporain(?), inscrit dans l'espace intermédiaire ainsi délimité, est conservé en fondation. Recouvert par le dallage de l'area, sa fonction reste imprécise.

18Malgré un état de destruction très avancé par endroits, plusieurs modifications architecturales ont pu être observées durant les IIe s. et IIIe s. après J.-C. Il s'agit essentiellement des secteurs privés (boutiques et système de voirie) alors que le domaine public ne semble avoir subi que peu d'évolution. On note de multiples réaménagements dan les boutiques (traces d'effondrement de toitures), la construction d'une grande pièce qui empiète sur l'extrémité sud-ouest du portique avec surélévation du sol (elle ferme ainsi l'accès direct à la partie méridionale du forum) ainsi que la surélévation d'une exèdre avec réfection des enduits. La voirie latérale subit de profondes altérations: raccord d'un caniveau vers l'égout qui est surélevé, alors que la rue est elle-même remblayée ce qui rend un regard inaccessible et qui oblige à y installer une canalisation en bois.

19Vers le milieu du IIIe s., un mur ferme l'accès de la rue nord-sud et le revêtement de cet axe de circulation n'est plus constitué que de terre argileuse. À la fin du IIIe s., le secteur sud-est fait l'objet d'une destruction violente (mais est-elle limitée à cette seule partie ?), sans doute par incendie. Des remblais épais (0,40 m) marquent cet état qui paraît faire l'objet d'une reconstruction immédiate avec des réemplois de blocs issus des monuments antérieurs.

20Le mobilier archéologique provenant des niveaux stratigraphiques des Ier s.-IIIe s. après J.‑C. est abondant, particulièrement diversifié : sigillées sud-gauloises de La Graufesenque, Montans mais aussi de Banassac et de Lezoux pour les types tardifs, avec des productions provenant de l'officine encore mal connue d'Espalion (cf. infra), céramiques communes peintes en blanc (cruches, cruchettes) à décoration peinte de motifs géométriques, céramiques orangées sans doute des productions locales qui paraissent spécifiques à Segodunum, céramiques de traditions indigènes telles que des urnes peignées, sigillées claire B, etc. mais aussi quelques verreries (Morin-Jean 83 et 93, 14, 89) et objets de bronze.

21De nombreuses transformations qui semblent encore exclure les bâtiments publics(?), sont perceptibles dans la rue latérale (tranchées qui ouvrent des brèches dans l'égout et dans le mur de façade d'une boutique). Les boutiques sont alors transformées en pièces d'habitation avec foyers surélevés et sols de mortier établi sur d'épaisses couches de remblais où les formes de sigillées claire B dominent à plus de 45 %. On y remarque des lampes surmoulées signées OPPIRES, des fragments de statuettes blanches de l'Allier, mais aussi de la céramique métallescente, des céramiques communes, des monnaies (denier de Maximien, Claude II, imitation de Tétricus, d'Aurélien et de Delmatius).

22Au IVe s. et jusqu'au début du Ve s., l'espace public est investi par l'habitat. Des foyers s'implantent dans l'area, la boutique plus au sud est restructurée par l'adjonction d'un nouvel espace. Les céramiques sont moins abondantes, marquées surtout par la présence de poteries communes, maintenant majoritaires, de céramiques luisantes associées à des émissions monétaires parmi lesquelles se distinguent des imitations de Tetricus, des monnaies de Gallien, Constance et Constantin, des productions à décor estampé d'origine languedocienne datées de la seconde moitié du IVe s. à la fin du Ve s.

23À partir du Ve s., les traces d'occupation sont diffuses et il ne reste qu’à signaler l'implantation d'un habitat surcreusé au centre du portique (seconde moitié du VIe s.), avec des niveaux de sols successifs qui s'organisent contre un des piliers. La récupération des matériaux est alor sgénérale sur le forum avec l'épierrement du mur stylobate et de l'exèdre nord, mais également avec le déplacement des blocs de grand appareil du podium du temple, des encadrements de seuil, des piliers, etc.

24Curieusement, le mur sud du forum a été préservé ainsi que les dalles de l'area. Les vestiges subsistants sont alors recouverts par un remblai de terre au travers duquel ont été recueillis des séries céramiques à décor estampé, communes à lèvres en bandeau, des jattes et bols hémisphériques se rapprochant de la typologie de Rigoir, avec quelques décors à la molette et des fragments de vases biconiques gris décorés au poinçon, typiques du nord de la France au VIe s., le tout associé à des agrafes à double crochet et à des verreries datées de la première moitié du VIIe s. Tout ce contexte permet de justifier le début de l'abandon du forum pendant le Ve s. avec des phases d'habitat et surtout de récupération allant jusqu'au VIIe s. C'est d'ailleurs durant cette période qu'une tranchée large de 3 m à 4 m est creusée au nord du site, sur près de 55 m de long, avec un profil en « V » aménagé par deux paliers qui déterminent un conduit d'évacuation de 0,50 m à 0,70 m de largeur dirigé selon une pente ouest-est vers le débouché de l'égout antique.

25Deux puits contemporains distants de quelques mètres (10 m au sud de l'égout) présentent des aménagements particuliers liés pour l'un d'entre eux à la réutilisation des bois de charpente comme support du cuvelage constitué de blocs de gneiss. Les puits, profonds de 2,45 m et 3 m pour une section de 0,70 m-0,60 m, n'ont livré que quelques tessons de céramiques attribuables aux VIIe s et VIIIe s. L'analyse dendrochronologique (orme et chêne) et par radiocarbone donne une date calibrée comprise entre 425 AD et 625 AD pour les bois de charpente et entre 655 AD et 785 AD pour le bois d'abattage (orme) du second puits.

26Vers la fin du XIe s., le mur d'enceinte du castrum, repéré sur une trentaine de mètres de long (large de 1 m, avec des blocs de gneiss sans mortier) divise ce quartier en deux parties. Il marque alors, d'après Jean Catalo, non une véritable fortification,mais plutôt la limite de deux quartiers dont l'un est sous juridiction épiscopale et l'autre dépendant du bourg. Entre eux, s'inscrit un vaste « no man'sland ». Le mur de clôture de l'area est encore en élévation et a été intégré au tracé septentrional de l'enceinte du bourg.

27Dès lors, les traces de réoccupation se multiplient (fosses d'où provient un trésor monétaire, four, aménagements des surfaces) avec l'implantation, côté nord de l'enceinte, d'une vaste bâtisse dont le mobilier céramique (oules globulaires, dournes, marmites biansées, pégaus, etc.) situe une des périodes d'utilisation entre le XIIe s. et le XIIIe s.

28À la fin du XIIe s., on assiste à la fondation de l'hôpital de Notre-Dame-du-Pas dans l'espace compris entre la cité et le bourg. De cet édifice, dont l'essentiel se situe hors emprise de la fouille, seuls ont été reconnus les vestiges de la chapelle(?) construite au XIVe s. ainsi que deux sépultures isolées dont l'une au moins peut être datée vers la fin du XIIe s. Plus tardivement, ce secteur est surcreusé par un fossé (8 m de largeur, pour une profondeur de 3,50 m) qui a livré une forte densité de fragments de cuir (ceintures et fourreaux décorés, tombées de découpes, chaussures) associés à une terre riche en matières végétales et à des céramiques de la fin du XIVe s. (oules, marmites à anses rubanées verticales, couvercles, dournesà bec tubulaire, pégaus, poêlons,productions glaçurées plombifèrescorrespondant à des cruches hautes,vases à goulot tréflé parfois décorés de pastilles), parmi lesquelles se distinguent des céramiques plus originales provenant de la vallée du Rhône et deSaintonge.

29Tout cela s'insère dans un contexte connu où les sources écrites permettent de préciser que le creusement du fossé est décidé entre 1205 et 1208, qu'il est en partie terminé en 1211 et qu'en 1254, on parle encore du « fossé neuf », alors que la cité et le bourg sont réunis pour la construction d'une enceinte dont les différentes étapes de mise en œuvre sont comprises entre 1350 et 1355 et jusqu'en 1419-1426.

30L'espace ainsi récupéré fait alors l'objet de multiples réutilisations (habitats, fours, puits datés du début du XIIe s. - fin du XIIIe s.) dont la plupart sont détruites lors de la construction du couvent des Dominicains à la fin du XIIIe s. Cet édifice transformé en caserne après la Révolution a subi de nombreuses transformations jusqu'au XVIIIe s., date de sa destruction.

31Le plan révélé par la fouille a permis de repérer l'emplacement de la sacristie, de la salle capitulaire et celui très partiel de l'église construite en deux étapes, d'abord au XIVe s. (1349-1361 ?), puis au XVe s. (1375-1451). Elle est accolée sur son côté méridional à un cloître dont l'accès se fait par une des quatre chapelles construites au XVe s. Le grand cloître, avec des galeries couvertes de 4 m à 6 m de largeur, a été doublé côté ouest au XVe s. par un petit cloître réuni au XVIIe s. à l'occasion de la reconstruction de l'aile occidentale du couvent et a reçu une nouvelle entrée. Plusieurs chapiteaux du cloître ont été découverts hors de tout contexte stratigraphique. Trois d'entre eux ont un décor de motifs végétaux stylisés, assez classiques, alors que le quatrième est historié : il s'agit de la représentation de deux scènes de la vie de saint Thomas d'Aquin dont le traitement iconographique permet de l'attribuer à la seconde moitié du XIVe s.

32De nombreuses sépultures ont été mises au jour, essentiellement dans la salle capitulaire, dans la galerie méridionale, dans les chapelles et dans l'église. Ce sont le plus souvent des sépultures en cercueil dont les plus anciennes (galerie du cloître) sont rangées contre la paroi de l'église, tête au nord. Dans l'église, la trentaine de tombes reconnues sont orientées est-ouest, tête à l'ouest, selon des alignements perceptibles avec des réutilisations multiples, des superpositions, des ossuaires mais aussi des caveaux creusés dans les murs ou à l'intérieur des chapelles. Le mobilier associé se réduit à quelques chapelets, des bagues et une monnaie de la régence de Louis XIV, ce qui permet de suggérer une chronologie relative au XVIIe s. Un pèlerin de Saint-Jacques a été identifié grâce à la présence de coquilles et de six bourdonnets en os disposés en croix.

33À cette période, on situe l'implantation de nouvelles structures dans la zone de jardins dépendant de l'Hôpital-du-Pas. Il s'agit d'une cave pavée, avec escalier d'accès, et d'un puisard détruit au XVIIe s. par la construction d'un égout débouchant sur un bassin. Ce dernier, profondément remanié vers le milieu du XVIIIe s. (réfection du dallage et mise en place de deux rangées de quatre piliers), est transformé en lavoir sans doute au moment de l'implantation du séminaire en 1737, remplacé en 1878 par la place du Marché couvert et sa halle, utilisée comme garage à tramways avant sa démolition en 1920. En 1930, le centre de la place est excavé pour y implanter un grand réservoir d'eau.

34Ainsi s'achèvent vingt et un siècles d'occupation continue qui renouvelle l'histoire archéologique de Rodez (Segodunum). Les spectaculaires résultats qu'on ne pouvaient prévoir, mériteront d'être intégrés dans une réflexion plus aboutie sur l'urbanisation de la ville antique et sur son intégration à un schéma directeur déjà perceptible dans les traces fossiles reconnues sur les cadastres anciens. Le forum de Segodunum et la restitution qui en découlera est sans aucun doute l'élément majeur d'une recherche qu'il conviendra de replacer sur le plan national.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Plan général

Fig. n°1 : Plan général

GI 1997 ; CNRS Éditions 1998 (1997)

Fig. n°2 : Vue générale du forum dans sa partie sud avec du bas vers le haut : l’area, le portique et le seuil vers la zone méridionale, la boutique sud et la voirie

Fig. n°2 : Vue générale du forum dans sa partie sud avec du bas vers le haut : l’area, le portique et le seuil vers la zone méridionale, la boutique sud et la voirie

Auteur(s) : Llech, Laurent. Crédits : Gi 1997 ; CNRS Éditions 1998 (1990)

Fig. n°3 : Plan d’interprétation du forum de Segodunum dans son état de la fin du I ers. après J.-C

Fig. n°3 : Plan d’interprétation du forum de Segodunum dans son état de la fin du I              ers. après J.-C

GI 1997 ; CNRS Éditions 1998 (1990)

Fig. n°4 : Vue de la zone sud de l’area avec la fondation du stylobate posée sur le substrat et le mur du II es. parallèle au stylobate à gauche

Fig. n°4 : Vue de la zone sud de l’area avec la fondation du stylobate posée sur le substrat et le mur du II              es. parallèle au stylobate à gauche

Auteur(s) : Llech, Laurent. Crédits : GI 1997 ; CNRS Éditions 1998 (1990)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Plan général
Crédits GI 1997 ; CNRS Éditions 1998 (1997)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/10241/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Titre Fig. n°2 : Vue générale du forum dans sa partie sud avec du bas vers le haut : l’area, le portique et le seuil vers la zone méridionale, la boutique sud et la voirie
Crédits Auteur(s) : Llech, Laurent. Crédits : Gi 1997 ; CNRS Éditions 1998 (1990)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/10241/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. n°3 : Plan d’interprétation du forum de Segodunum dans son état de la fin du I ers. après J.-C
Crédits GI 1997 ; CNRS Éditions 1998 (1990)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/10241/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Fig. n°4 : Vue de la zone sud de l’area avec la fondation du stylobate posée sur le substrat et le mur du II es. parallèle au stylobate à gauche
Crédits Auteur(s) : Llech, Laurent. Crédits : GI 1997 ; CNRS Éditions 1998 (1990)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/10241/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

« Rodez « Segodunum » », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 01 mars 1997, consulté le 02 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/10241

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals