Navigation – Plan du site
1989

Cauterets

Vallée du Marcadou
Responsable(s) des opérations : Stéphane Lévêque
Notice rédigée par : Stéphane Lévêque

Entrées d’index

Nature des opérations :

Prospection (PR)
Haut de page

Texte intégral

Date de l'opération : 1989 (PR)
Inventeur(s) : Lévêque Stéphane

1A partir d’un projet de création d’un sentier pédestre à l’intérieur de la zone centrale du Parc national des Pyrénées occidentales, il a été possible d’évaluer la potentialité archéologique du secteur de haute montagne (1860 m), considéré jusqu’alors comme recélant des sépultures datées de la phase de transition Bronze-Fer.

2À partir d’un maillage de prospection lié à la variabilité de la nature du terrain, plus de soixante-quinze structures en pierres sèches ont pu être recensées. Elles se répartissent selon des critères architecturaux différents mais en rapport direct avec des habitats temporaires d’estives :

3• trente-six cabanes quadrangulaires, circulaires ou sub-circulaires, d’une surface au sol de 10 m2 à 15 m2;

4• six abris (7 m2 à 8 m2) accolés pour la plupart à des parois rocheuses ;

5• quatorze enclos quadrangulaires (de 30 m2 à 24 m2), (Fig. n°1 : Enclos (structure 62)) et huit autres enclos associés à une ou plusieurs cabanes ;

6• huit structures de nature indéterminée.

7L’observation précise des conditions de leur destruction, sans doute naturelle (espace vide d’éboulis au centre des cabanes), amène à évoquer un aménagement mixte : élévation de base constituée de pierres utilisées sans taille et sans liant, servant de support à une paroi et à une toiture. Elles sont montées en matériaux périssables (bois et végétaux). Les points de comparaison chronologiques sont encore difficiles à établir puisque, à part les recherches conduites sur le site d’Enveigt dans les Pyrénées orientales (Gallia Informations, 1987-1988 : 268), datant ces structures entre le XIVe s. et la fin du XIXe s., rien ne vient confirmer une telle datation. Tout au plus, peut-on préciser, à partir de données d’archives, l’octroi de zones d’estives dès le XIIe s. et des restrictions interdisant en 1614 les constructions permanentes (convention passée entre les vallées de Baïgorry et d’Erro).

8La nature différente de plusieurs aménagements (blocs formant coffres et cercles de pierres) suggère néanmoins la présence, toujours en haute altitude, de nécropoles protohistoriques qu’il serait tentant d’assimiler, par exemple, à celle fouillée récemment à Garin en Haute-Garonne (Gallia, 1980 : 477-478).

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Enclos (structure 62)

Fig. n°1 : Enclos (structure 62)

Auteur(s) : Lévêque, Stéphane. Crédits : GI, 1997 - CNRS Editions, 1998 (1997)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Enclos (structure 62)
Crédits Auteur(s) : Lévêque, Stéphane. Crédits : GI, 1997 - CNRS Editions, 1998 (1997)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/10269/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Stéphane Lévêque, « Cauterets », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 01 mars 1997, consulté le 05 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/10269

Haut de page

Responsable d'opération

Stéphane Lévêque

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals