Navigation – Plan du site
1991

Sévérac-le-Château

Auberoques-Lauzounes, Escouledou, Les Fonds, Roumagnac
Responsable(s) des opérations : Claude Dubois
Notice rédigée par : Claude Dubois

Entrées d’index

Nature des opérations :

Prospection (PR)
Haut de page

Texte intégral

Date de l'opération : 1991 (PR)
Inventeur(s) : Dubois Claude

1Le projet autoroutier de l'A 75 comprend, mis à part le tracé principal, un certain nombre de « barreaux de liaison » qui, pour celui qui nous concerne directement correspond à la jonction entre la future autoroute et la route nationale 88 vers Séverac.

2Dans un premier temps, l'ensemble du projet y compris la bande autoroutière a été couvert par prospections aériennes, puis reconnu au sol. Ce n'est qu'après un changement d'emprise, que les premiers sondages ont été entrepris dans les secteurs directement menacés.

3Auberoques-Lauzounes

4Dans des labours, on note la découverte de tegulae et d'un peson qui sont les indices d'un gisement d'époque gallo-romaine, maintenant hors emprise.

5Escouledou

6Il s'agit d'une prairie en pente qui borde la rive sud du ruisseau du Merdans et qui présente de nombreux pierriers qui pouvaient être interprétés comme des tumulus. Les sondages n'ont livré aucun vestige archéologique.

7Les Fonds

8Repéré par « sondage mécanique » dans la plaine sur l'emprise de l'autoroute A 75 (1,5k m de long sur 60 m de large), ce gisement a pu être évalué tant sur son implantation (850 m2 à 900 m2) que sur sa chronologie. Il semble s'agir d'une aire empierrée à l'aide de blocs paraissant posés à plat et de chant sur le substrat argileux. Le mobilier archéologique recueilli au contact de ce vaste aménagement difficilement interprétable correspond à des fragments d'amphores vinaires italiques Dr. 1A.

9Ce gisement est donc plus ancien que celui reconnu précédemment en bordure d'un chemin où il s'agissait d'une fosse comblée durant le Haut Empire (Gallia, 1986 : 315).

10Roumagnac

11L'affleurement de deux dalles a favorisé un sondage qui a permis la découverte d'un coffre, sans doute intégré à l'origine dans un tumulus presque totalement arasé : conservé sur une hauteur comprise entre 0,35 m et 0,45 m il est encore composé d'un amoncellement de pierres dont les limites n'ont pu être précisées. Le coffre (0,70 m de long pour 1 m de large) est constitué de deux pierres plates de forme vaguement triangulaires (hauteur 0,65 m et 0,42 m) fichées verticalement dans le substrat rocheux et calées à l'aide de pierrailles.

12Mis à part quelques fragments de céramiques non tournées, attribuables à l'époque protohistorique, rien d'autre ne vient compléter la chronologie de cette sépulture dont les restes osseux et le dépôt funéraire sont également manquants.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Claude Dubois, « Sévérac-le-Château », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 01 mars 1997, consulté le 03 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/10318

Haut de page

Responsable d'opération

Claude Dubois

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals