Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNouvelle-Aquitaine201816 – CharenteAngoulême – Parvis de la cathédra...

2018
16 – Charente

Angoulême – Parvis de la cathédrale Saint-Pierre

Opération préventive de diagnostic (2018)
Responsable d’opération : Adrien Montigny

Entrées d’index

Année de l'opération :

2018

Numéro d’opération :

206919

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Montigny A. 2019 : Nouvelle-Aquitaine, Charente, Angoulême, Parvis de la cathédrale, rapport de diagnostic, Poitiers, Inrap, 50 p.

Texte intégral

1Cette intervention est liée au projet de restauration de la façade romane de la cathédrale Saint-Pierre à Angoulême, édifice classé au titre des Monuments Historiques par la liste de 1840. Ce projet de restauration est mené par Denis Dodeman, architecte en chef des Monuments Historiques (ACMH) et fait suite à plusieurs phases de travaux sur d’autres parties de l’édifice. Ce diagnostic concernait une emprise de 60 m2.

2Si le contexte archéologique de ce diagnostic est directement lié à la cathédrale d’Angoulême, il convient d’en resituer l’emprise dans un contexte plus large notamment du point de vue chronologique. Les terrains concernés par ce diagnostic se situent dans le secteur ancien de la ville dont les origines et le développement conservent encore de très grandes zones d’ombre.

3De par sa position privilégiée, le promontoire, sur lequel se situe le Vieil Angoulême, est occupé depuis le Néolithique. De même, pour la période protohistorique, plusieurs indices ont été observés lors des différents chantiers archéologiques réalisés sur le plateau d’Angoulême. La plus proche découverte clairement attestée pour cette période se situe à environ à 130 m à l’ouest.

4Concernant la période antique, la ville d’Angoulême n’est connue que de façon très parcellaire. Comme pour les périodes plus anciennes, cet état de connaissance repose sur des découvertes anciennes et quelques fouilles récentes. Ces différentes observations montrent que le plateau est occupé depuis l’époque augustéenne et qu’il le restera de façon continue. Les constructions attribuables au Haut-Empire restent pour le moment localisées dans les environs du Palais de justice et des Halles, c’est-à-dire à environ 300 m et 500 m à l’est de l’emprise de ce diagnostic. Ce n’est que tardivement qu’Iculisma est érigée au rang de civitas. La première enceinte dont la datation reste imprécise, entre le ive et le vie s., délimite une superficie de plus de 27 ha. L’emprise du diagnostic se trouve intra-muros et sur le front septentrional supposé de cette enceinte. Si les preuves archéologiques sont encore lacunaires, il est tentant de voir dans l’axe de la rue de Beaulieu, à moins de 100 m au nord de l’emprise, le tracé de l’ancien decumanus. Aux abords immédiats de ce diagnostic, les données archéologiques concernant cette période restent toutefois ténues.

5Durant le Moyen Âge, la ville d’Angoulême est réputée reprendre les limites du rempart antique et se développer, là où la topographie du promontoire le permet, vers l’est et le sud-est. Le secteur de ce diagnostic se trouve au cœur même de la cité et se situe sur une partie du groupe cathédrale. L’actuelle cathédrale d’Angoulême est un édifice donc la construction débute dès les années 1110 sous l’épiscopat de Girard II. Elle reprend pour partie l’emplacement d’édifices plus anciens dont le premier attesté dès la première moitié du ve s. sous le vocable de Saint-Saturnin. Ce premier édifice pour le moins endommagé, à la suite du siège de la ville par Clovis en 508, a probablement été reconstruit.

6Les deux sondages réalisés lors de ce diagnostic ont permis d’atteindre le substrat rocheux à des profondeurs très peu importantes allant de 40 cm à 95 cm. La puissance stratigraphique de cette emprise s’avère d’autant moins importante qu’il faut en déduire les 20 cm d’épaisseur de revêtement actuel. À cette faible épaisseur, il faut ajouter les destructions engendrées par l’installation de la conduite d’eau datant des années 1750, par les travaux de restauration de la façade, réalisés dans les années 1850, et enfin par les dégâts occasionnés par la mise en place d’un système d’éclairage par le sol.

7Malgré ces importantes perturbations, des lambeaux de maçonneries, pouvant appartenir à un édifice antérieur à l’actuelle cathédrale ou témoigner d’un changement de parti en cours de chantier, ont été perçus. Leur proportion et leur positionnement témoignent d’une construction conséquente qui semble présenter une organisation en rapport avec celle de la cathédrale romane. La question de leur interprétation comme participant à un état antérieur de cet édifice se pose.

8L’identification de la conduite d’eau construite dans les années 1750 accompagnée de la lecture de plans liés à sa construction permet de localiser la limite occidentale d’un élément architectural en avant de la façade romane. Les vestiges potentiels de cet élément qualifié de « gannes de Saint-Pierre » peuvent donc se situer immédiatement à l’ouest des sondages réalisés lors de ce diagnostic, c’est-à-dire sous les emmarchements de l’actuel parvis. Il est tout à fait envisageable qu’au moins les fondations de cette construction qui pose question soient encore en place au contact de la canalisation d’eau du milieu du xviiie s. Il faut toutefois rappeler qu’au xixe s. et durant une partie du xxe s. ce parvis était délimité par un muret surmonté d’une grille.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adrien Montigny, « Angoulême – Parvis de la cathédrale Saint-Pierre » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nouvelle-Aquitaine, mis en ligne le 30 août 2021, consulté le 18 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/103424

Haut de page

Auteur

Adrien Montigny

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Adrien Montigny

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search