Navigation – Plan du site

AccueilRégionsOccitanie199012 – AveyronRivière-sur-Tarn – Grotte des Fées

1990
12 – Aveyron

Rivière-sur-Tarn – Grotte des Fées

Sauvetage urgent (1990)
Responsable d’opération : François Rouzaud

Texte intégral

Date de l'opération : 1990 (SU)
Inventeur(s) : Rouzaud François

1Le Spéléo-Club des Causses (Millau) a entrepris l'exploration systématique et la topographie exhaustive de toutes les cavités du massif karstique du Puech de Suèges, culminant à 870 m d'altitude, butte témoin jadis rattachée au causse Méjan. Son versant sud est formé par une falaise verticale haute d'environ 90 m.

2La grotte des Fées qui s'ouvre au premier tiers de la falaise n'est accessible qu'en escalade artificielle. Les principaux témoignages archéologiques ont été immédiatement reconnus par les membres du SCC qui ont prévenu G. Costantini qui,s'étant rendu sur place, a pu constater que l'essentiel des vestiges datait de l'Âge du bronze final et gisaient en surface des différentes galeries. Une fouille de sauvetage a été conduite par François Rouzaud et F. Pons, en collaboration avec les inventeurs.

3Quelques vestiges préhistoriques (céramiques, charbons, ossements humains et animaux, etc.) étaient régulièrement présents dans toute la cavité qui se développe horizontalement sur une centaine de mètres et s'achève par un puits profond d'une dizaine de mètres. Au fond de ce dernier, furent retrouvés les restes d'au moins trois individus dont l'un demeurait,pour partie, en connexion anatomique.

4Le point le plus remarquable est la présence, dès les premiers mètres, dans la partie obscure, de nombreuses traces d'aménagement bien conservées (Fig. n°1 : Plan de la section D indiquant les vestiges en place et les indices de fréquentation anthropique) : cuvettes creusées dans le sédiment meuble, trous de poteau, etc. ; et surtout des empreintes calcitées de « gouttières » en bois, vraisemblablement destinées à la gestion de l'eau qui s'écoule depuis la voûte et les parois (récupération, transport, stockage).À proximité de ces exceptionnels témoignages, aucune concrétion, quel que soit son diamètre, n'a été laissée intacte par les hommes de l'Âge du bronze. Cette destruction systématique pourrait avoir pour but la récupération rationnelle de l'eau qui s'écoulait de la voûte car plusieurs de ces empreintes sont situées sous les fissures les plus actives. Les éléments qui subsistent sont calés avec des concrétions brisées et, dans un cas, avec une poterie.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Plan de la section D indiquant les vestiges en place et les indices de fréquentation anthropique

Fig. n°1 : Plan de la section D indiquant les vestiges en place et les indices de fréquentation anthropique

Auteur(s) : Rouzaud, François. Crédits : GI 1997 ; CNRS Éditions 1998 (1990)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Plan de la section D indiquant les vestiges en place et les indices de fréquentation anthropique
Crédits Auteur(s) : Rouzaud, François. Crédits : GI 1997 ; CNRS Éditions 1998 (1990)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/10348/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Rouzaud, « Rivière-sur-Tarn – Grotte des Fées » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Occitanie, mis en ligne le 01 mars 1997, consulté le 05 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/10348

Haut de page

Auteur

François Rouzaud

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

François Rouzaud

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search