Navigation – Plan du site
1991

Villefranche-de-Rouergue

Responsable(s) des opérations : D Mailles

Texte intégral

Date de l'opération : 1991 (PI)
Inventeur(s) : Mailles D

1L'inventaire du canton de Villefranche-de-Rouergue entrepris dans le cadre d'une maîtrise portant sur l'occupation du sol au Moyen Âge vient compléter celui entrepris précédemment par Christian Bénévent sur le même secteur géographique.

2Il permet surtout de réactualiser nos connaissances sur la commune deVillefranche-de-Rouergue et de regrouper tout un ensemble de données jusqu'alors dispersées.

3Le secteur archéologique le plus intéressant se situe au sud du village, de part et d'autre de l'Aveyron à Saint-Mémory, La Madeleine. Sur la rive droite, un établissement gallo-romain (villa ? à galerie) dégagé partiellement en 1932-1938 se trouverait en face et à proximité d'un gué antique, sans que cela soit véritablement attesté. Ce gué, mentionné en 1253, a fait l'objet en 1987 d'un sondage où n'est apparu, au travers d'aménagements complexes (pilotis de bois maintenant une structure de roulement composée de dalles et de pavés plats, assis sur un remblai de galets et de sable, d'une largeur de 4 m) aucun indice prouvant son existence durant l'époque antique.

4C'est sur la rive opposée que se trouve l'ancienne église de Saint-Mémory (fondée en 767 ou vers 936) autour de laquelle ont été reconnues, à diverses reprises, des sépultures (sarcophages et fosses en dalles verticales) associées à des céramiques (pégaus) datés du Haut Moyen Âge (?) (Gallia, 1964 : 435) et qui en réalité correspondent à des inhumations médiévales.

5Plusieurs hameaux disparus (Aumière, Douymayrenc, Le Garriguet) après le XVe s. ont pu être localisés, comme au Pesquiés où des sépultures orientées est-ouest (en dalles calcaires verticales) et un pégau ont été trouvés à proximité d'une chapelle dédiée à Saint-Clair et mentionnée antérieurement à 1481. En dehors de Saint-Jean-d'Aigremont considéré comme oppidum (?) qui est le siège d'un village établi dans le cours du XIe s. et déserté avant 1399 (autour de l'église actuelle, sépultures dont une en sarcophage, pégau, mais aussi céramiques gallo-romaines) on ne peut guère signaler qu'une forte densité de mines argentifères.

6Exploitées dès le fin du IIe s. au début du Ier s. avant J.-C., à la Madeleine (Gallia, 1986: 315) mais aussi durant la période gallo-romaine (La Baume), elles sont bien souvent associées à des habitats médiévaux (La Baume, cité en 1317 et en 1336) avec une période d'activité jusqu'au XVIIe s. (Boscaut, Les Crozes).

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

« Villefranche-de-Rouergue », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 01 mars 1997, consulté le 01 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/10356

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals