Navigation – Plan du site
1990

Bruniquel

Cimetière du hameau de Saint-Maffre
Responsable(s) des opérations : Edmée Ladier
Notice rédigée par : Edmée Ladier

Entrées d’index

Chronologique :

Moyen Âge

Nature des opérations :

Fouille d'évaluation (EV)
Haut de page

Texte intégral

Date de l'opération : 1990 - 1991 (EV)
Inventeur(s) : Ladier Edmée

1L’église de Saint-Maffre, bâtie vers 1083 par les abbés de Moissac, est flanquée au sud et à l’est d’un cimetière dont l’extension vers le nord avait provoqué, en 1985, la découverte fortuite de trois sarcophages. Une première intervention de sauvetage a abouti à la découverte, entre 1985et 1987, de vingt-cinq sépultures médiévales, dont certaines du Haut Moyen Âge, sur une surface de 56 m2 (Gallia Informations, 1989 : 165).

2En 1990-1991, un nouveau secteur de 90 m2 dans le prolongement ouest du premier chantier a fait l’objet d’un décapage mécanique préalable. Une étendue de 60 m2 a pu être fouillée intégralement, elle a livré une centaine de sépultures : elles sont organisées en deux catégories principales dont la distribution préférentielle est repérable tant en plan qu’en stratigraphie :

3• dans la partie orientale du secteur fouillé, les tombes profondément enfouies (1,50 m à 1,80 m sous la surface actuelle du sol) se caractérisent par le creusement de grandes fosses dans la terrasse alluviale de l’Aveyron qui contiennent le plus souvent des inhumations multiples; elles coexistent avec des tombes individuelles non construites à l’exception, sur quelques exemplaires, d’une logette céphalique sommaire en pierres brutes ;

4• la partie occidentale est marquée par l’absence de ces types de sépultures, et par l’existence de sarcophages trapézoïdaux en grès (six exemplaires) ainsi que de tombes à entourage de moellons ou de pierres posées de chant, munies, le plus souvent, d’une couverture de dalles de calcaire incluant parfois des fragments de sarcophages.

5Les positions relatives des sépultures indiquent que les tombes en sarcophage et en terre libre ont précédé les tombes construites, et la densité de ces dernières s’accroît à mesure de leur proximité avec le chevet de l’église de la fin du XIe s. À quatre exceptions près, les corps sont orientés tête à l’ouest. 27 % des sujets sont des enfants ou des adolescents dont les bras sont le plus souvent allongés le long du corps, au contraire des adultes dont les mains sont généralement ramenées sur la poitrine ou sur le ventre.

6Si des fragments de tegulae ou de placages de marbre recueillis en position résiduelle témoignent de la proximité d’un habitat gallo-romain, l’absence quasi totale de mobilier accompagnant les tombes ne permet pas de préciser les datations proposées pour celles-ci à l’occasion de la première campagne (VIe s. au XIIe s.).

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Edmée Ladier, « Bruniquel », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 01 mars 1997, consulté le 07 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/10359

Haut de page

Responsable d'opération

Edmée Ladier

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals