Navigation – Plan du site
1990

Fourcés (Gers)

L’occupation du sol et le paysage en Gascogne antique et médiévale
Responsable(s) des opérations : Pierre Sillières
Notice rédigée par : Pierre Sillières

Entrées d’index

Chronologique :

Antiquité romaine, Moyen Âge

Nature des opérations :

Prospection (PR)
Haut de page

Texte intégral

Date de l'opération : 1990 - 1991 (PR)
Inventeur(s) : Sillières Pierre

1Cette prospection a été réalisée d’un programme de recherche sur « l’occupation du sol et le paysage en Gascogne antique et médiévale ». La cité d’Éauze, l’antique Elusa, est le territoire retenu pour cette étude qui a pour objet l’investigation de divers terroirs en mettant en oeuvre, à la fois, la prospection systématique au sol, la prospection aérienne et la toponymie.

2En 1989, une première recherche avait concerné la commune de Parlebosc dans les Landes, région de boulbènes froides et compactes formées sur les sables fauves du Bas-Armagnac : l’occupation romaine y apparaît très lâche puisque seuls trois sites de faible extension y ont été découverts et font penser à des établissements de charbonniers ou de bergers. Selon l’enquête toponymique et la prospection au sol, la mise en valeur de ces terres semble avoir été tardive, à partir desXIIe s. et XIIIe s. vraisemblablement.

3Fourcès, représente le deuxième volet de l’étude. Commune de 2370 ha, située à l’extrémité occidentale de la Ténarèze, petite région de la Gascogne entre le Haut et le Bas-Armagnac, elle s’étend sur une partie du bassin versant de l’Azoue, affluent de la Gélise. Le faciès géologique et pédologique est très différent de celui présent à Parlebosc puisque les terreforts argilo-calcaires sur les marnes et les calcaires du Miocène occupent plus de la moitié des surfaces. La présence humaine y est attestée par du matériel lithique dès le Paléolithique moyen.

4À l’époque romaine, la plupart des établissements sont situés sur les sols de terrefort. Trois villæ inédites y ont été découvertes, dont une très grande, celle du Mat (Fig. n°1 : Villa du Mat) qui occupe environ un hectare et a livré de nombreux éléments d’une somptueuse décoration. La villa de Saint-Martin possédait également des mosaïques et des placages de marbre. Cinq fermes et huit autres bâtiments de plus petite taille ont également été recensés. Tous ceux qui ont pu être datés sont apparus au cours du 1er s. après J.-C. En revanche, les zones de boulbènes, c’est-à-dire les pentes douces de la rive gauche de l’Auzoue, sont restées plus boisées.

5Au Moyen Âge, la densité de la population semble avoir augmenté puisque quatre ensembles constitués d’une église et d’une petite agglomération ont été reconnus ainsi que six églises avec leur cimetière et d’autres établissements isolés, en particulier deux maisons fortes (Fig. n°2 : Maison forte de Lasalle). Malgré les incertitudes de datation, inhérentes à la prospection de surface, il paraît y avoir continuité de l’occupation sur de nombreux sites : toutes les églises de la commune ont, par exemple, succédé à des établissements gallo-romains.

6Après deux enquêtes sur des terroirs très différents du point de vue pédologique (mais tous deux assez éloignés d’Elusa, le chef-lieu de la cité antique), la troisième zone de prospection concernera la commune d’Éauze.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Villa du Mat

Fig. n°1 : Villa du Mat

Auteur(s) : Petit, Catherine. Crédits : GI, 1997 - CNRS Editions, 1998 (1997)

Fig. n°2 : Maison forte de Lasalle

Fig. n°2 : Maison forte de Lasalle

Auteur(s) : Sillières, Pierre. Crédits : GI, 1997 - CNRS Editions, 1998 (1997)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Villa du Mat
Crédits Auteur(s) : Petit, Catherine. Crédits : GI, 1997 - CNRS Editions, 1998 (1997)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/10371/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. n°2 : Maison forte de Lasalle
Crédits Auteur(s) : Sillières, Pierre. Crédits : GI, 1997 - CNRS Editions, 1998 (1997)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/10371/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Pierre Sillières, « Fourcés (Gers) », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 01 mars 1997, consulté le 19 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/10371

Haut de page

Responsable d'opération

Pierre Sillières

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals