Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNouvelle-Aquitaine201817 – Charente-MaritimeLa Rochelle – Quais Maubec, Duper...

2018
17 – Charente-Maritime

La Rochelle – Quais Maubec, Duperré et Durand, réhabilitation du Vieux-Port

Opération préventive de diagnostic (2018)
Responsable d’opération : Bastien Gissinger

Entrées d’index

Année de l'opération :

2018

Numéro d’opération :

206939

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Département de la Charente-Maritime

Gissinger B. 2018 : La Rochelle, Réhabilitation du Vieux-Port. Quais Maubec, Duperré, et Durand, rapport de diagnostic archéologique, La Rochelle, SAD de la Charente-Maritime, 368 p.

Texte intégral

1L’opération de diagnostic de la tranche 2 du Vieux-Port en vue de son réaménagement a livré des éléments archéologiques nombreux. Ici se trouve parfaitement illustré l’intérêt de corréler étroitement documentation historique et vestiges. En effet, sans la lecture approfondie des sources historiques, l’intérêt des découvertes aurait sans doute été considérablement atténué, alors qu’à l’inverse, l’archéologie éclaire et corrige, complète formidablement les données des archives, en particulier cartographiques.

2Les entités archéologiques sont nombreuses, pour une surface par endroits supposée perturbée par les réseaux et surtout l’aménagement du port au xixe s., surtout au regard de la faible superficie ouverte (3 %). Mais les profondeurs importantes, malgré les contraintes techniques et logistiques induisant l’indispensable sécurisation des espaces de travail, ont livré des séquences stratigraphiques importantes.

3Sur les quais du Port, les niveaux médiévaux se rencontrent entre 1,50 m et 2 m de profondeur, jamais au-dessus. Ils affleurent davantage autour du canal Maubec, par exemple dans la tranchée 15.

4La plus grande partie des vestiges découverts est cependant attribuable aux périodes modernes.

5Les aménagements liés à l’hydraulique, à la gestion du canal Maubec, de son débit, à l’amélioration du Port, par exemple son désenvasement, étaient connus et accessibles (galeries voûtées canalisant la Verdière, galerie des chasses, pont-écluse). Moins connue était la date de comblement des douves de la Verdière (xiiie-xive s.), ou la succession des niveaux de port entre le Moyen Âge et nos jours. Des constructions inconnues sont apparues (tranchée 06, 07), attribuables à la période moderne. Elles empiétaient sur l’espace portuaire gagné sur l’ancien canal de la Verdière, devenant souterrain au xviiie s.

6On connait mieux également l’aspect des quais Maubec au xviiie s., avec un mur de soutènement massif mis au jour, et les tranchées de fondation des quais du xixe s. sur le quai Durand.

7La langue de terre et le bâtiment qui y était construit, appelé « La poterie », ont été totalement détruits par les travaux liés à la construction de la galerie des chasses au xixe s.

8La question des fortifications est également mieux cernée grâce à cette opération. Le rempart et son tracé est appréhendé quai Durand, indiquant la présence d’un décrochement par rapport au tracé supposé de cette partie du rempart du tout début du xiiie s. enserrant le faubourg Saint-Nicolas. La position d’une tour, probable élément de la « porte de Fer » permettant de communiquer entre le quartier du Perrot et le Port dès le xiiie s., a été partiellement repéré, à un emplacement où elle servait de paroi à une cave.

9Sur le canal de la Verdière, comblé au xiiie-xive s., une portion de courtine quasiment exempte de fondation reliait manifestement l’enceinte du Perrot à la tour de la Gourbeille du xiie s.

10La présence de l’habitat civil est partout attestée. Les pâtés de maison, détruits vers le milieu du xviiie s., sont bâtis dès le xvie s. contre le mur du rempart de l’enceinte du Perrot. Des maisons encadrant l’accès est du pont Saint-Sauveur ont été mises au jour quai Durand. L’une est dotée d’une cheminée. L’autre d’un escalier à vis permettant l’accès à un espace qui servit de forge durant la période moderne. Un chaudronnier est déjà mentionné au xvie s. dans cette maison d’après les sources, ce qui permet d’envisager une réelle continuité de l’activité artisanale. En 1740, le pont est détruit de même que les maisons attenantes et de nouveaux quais sont construits.

11Une autre maison est bâtie, sur les fondations de l’ancienne chapelle Saint-Michel de l’église Saint-Sauveur, de l’autre côté du pont, dès la fin du xvie s. Reprise au xviie s., la maison est détruite au début du xxe s. L’archéologie a permis de préciser l’enchainement de ces étapes, tout en démontrant que dès l’origine de l’église gothique, succédant à un édifice roman dont subsistent des restes maçonnés en position secondaire, la rue bordait cette chapelle, servant de parvis tout en permettant l’accès au pont.

12L’ensemble de ces éléments mis bout à bout ne permet pourtant que de soulever un tout petit angle du voile qui recouvre l’histoire de ce quartier emblématique rochelais.

Fig. 1 – Maçonnerie M144, élément de porte fortifiée servant de paroi de cave (tranchée 03)

Fig. 1 – Maçonnerie M144, élément de porte fortifiée servant de paroi de cave (tranchée 03)

Cliché : B. Gissinger (SAD 17).

Haut de page

Bibliographie

Gissinger B., Moreau M., Normand E., Pouponnot: G. et al. 2017 : La Rochelle : quels chantiers !, catalogue de l’exposition présentée au Musée des Beaux-Arts de La Rochelle, La Crèche, La Geste éditions, 230 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Maçonnerie M144, élément de porte fortifiée servant de paroi de cave (tranchée 03)
Crédits Cliché : B. Gissinger (SAD 17).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/104034/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 755k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bastien Gissinger, « La Rochelle – Quais Maubec, Duperré et Durand, réhabilitation du Vieux-Port » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nouvelle-Aquitaine, mis en ligne le 31 août 2021, consulté le 17 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/104034

Haut de page

Auteur

Bastien Gissinger

Service d’archéologie départementale de la Charente-Maritime

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Bastien Gissinger

Service d’archéologie départementale de la Charente-Maritime

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search