Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNouvelle-Aquitaine201817 – Charente-MaritimeLa Rochelle – 5 rue des Augustins

2018
17 – Charente-Maritime

La Rochelle – 5 rue des Augustins

Fouille préventive (2018)
Responsable d’opération : Bastien Gissinger

Entrées d’index

Année de l'opération :

2018

Numéro d’opération :

206775

Nature de l'opération :

fouille préventive
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Département de la Charente-Maritime

Gissinger B. 2016 : La Rochelle, Ancien couvent des Augustins ; 5, rue des Augustins, rapport de diagnostic archéologique, La Rochelle, SAD de la Charente-Maritime, 266 p.

Texte intégral

1Dans le cadre d’un projet d’aménagement immobilier au sein de la cour Saint-Michel jouxtant l’ancien couvent des Augustins, une emprise de 295 m2 a fait l’objet d’une prescription. Le diagnostic avait été réalisé en 2016 sur toute l’emprise du couvent, démontrant la présence d’éléments médiévaux denses sous l’actuel complexe moderne remontant au xviie s.

2La fouille s’est déroulée dans un contexte contraint et exigu, au cœur de l’hyper-centre historique rochelais, et de la première enceinte médiévale du xiie s. L’intervention a été réalisée par une équipe de 8 archéologues au sein d’une cour accessible par un couloir aux dimensions réduites. L’extraction et l’évacuation des sédiments se sont donc révélés être des opérations délicates. L’utilisation même d’un engin mécanique, bien que de petit tonnage, était problématique dans la mesure où elle devait intervenir sur un terrain parsemé de caves et de voûtes, dont certaines n’étaient pas connues.

3La fouille a livré les restes, imposants et massifs, d’une maison d’habitation médiévale dont le mobilier a permis de recaler la construction autour du xive s. Les dimensions totales sont inconnues car seule une portion de la maison est effectivement présente sur l’emprise. La largeur des maçonneries, de plus d’1 m en général, permet d’envisager la présence d’espaces voûtés en rez-de-chaussée, reposant eux-mêmes en un endroit sur une cave encore accessible.

4Les façades adjacentes conservent les traces des étages de cette construction, qui mesurait près de 12 m de hauteur et comprenait trois niveaux. L’ensemble était en premier lieu composé d’un corps de logis au nord, qui donnait sur la rue, probablement située au même emplacement qu’aujourd’hui. Une cour s’étendait tout de suite au sud, et la présence d’un corps de logis au sud de la parcelle, reliée par des extensions gagnant peu à peu sur l’espace de la cour - subdivisée de nombreuses fois - est attestée en limite d’emprise.

5Des constructions en terre et bois viennent s’accoler, notamment au début de période moderne, alors que les espaces intérieurs sont à leur tour subdivisés. La maison initiale, vaste et probablement élitaire, semble alors séparée en lots distincts. De nouvelles ouvertures sont créées pour l’accès aux espaces de cour, qui voient la création de deux latrines distinctes, l’une fouillée, l’autre délaissée pour des raisons de sécurité suite à l’effondrement partiel d’une voûte au décapage. Un incendie ravage partiellement les lieux dans les dernières décennies du xviie s., laissant des traces sur un sol de probable cuisine pavé en galets, et sur les sols de cour alentours. À partir de là, le délabrement gagne les lieux qui, au xviiie s, nécessitent des réparations parfois importantes d’après les inventaires après-décès. Au xixe s. ils deviennent progressivement insalubres et sont abandonnés quelques temps avant leur destruction et remplacement par l’édifice actuel en 1898.

6Le mobilier témoigne lui aussi d’un habitat médiéval aisé, peut-être aristocratique, et d’une mutation sociale progressive des occupants, illustrée par le morcellement des espaces intérieurs et extérieurs. Cette construction a ainsi pu être appréhendée de sa création à sa destruction, sur près de six siècles.

Fig. 1 – Vue partielle de la fouille en cours d’exploration

Fig. 1 – Vue partielle de la fouille en cours d’exploration

Cliché : B. Gissinger (SAD 17).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue partielle de la fouille en cours d’exploration
Crédits Cliché : B. Gissinger (SAD 17).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/104039/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 359k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bastien Gissinger, « La Rochelle – 5 rue des Augustins » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nouvelle-Aquitaine, mis en ligne le 31 août 2021, consulté le 01 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/104039

Haut de page

Auteur

Bastien Gissinger

Service d’archéologie départementale de la Charente-Maritime

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Bastien Gissinger

Service d’archéologie départementale de la Charente-Maritime

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search