Navigation – Plan du site
1988

Territoires environnant la cité antique et médiévale de Saint-Bertrand-de-Comminges (haute-Garonne)

Vallée de Saint-Béat (haute vallée et rive gauche de la Garonne)
Responsable(s) des opérations : Gérard Pradalié et Raymond Sablayrolles

Texte intégral

Date de l'opération : 1988 - 1991 (PR) ; 1988 - 1991 (PA)
Inventeur(s) : Pradalié Gérard ; Sablayrolles Raymond

1D'emblée, on constate que la presque totalité des églises et chapelles de cette vallée comportent, dans leur bâti, de nombreux remplois antiques (auges cinéraires, autels votifs) qui, s'ils attestent une forte densité d'occupation, ne prouvent pas de facto l'existence d'un gisement, les éléments lapidaires ayant pu être déplacés.

2La plupart des informations dont nous disposons proviennent, pour une très grande part, des inventaires du XIXe s., d'études ou d'articles plus récents des années quarante et soixante qu'il convient de réactualiser en fonction d'attribution bien souvent erronées. À titre d'exemple, l'inscription à la déesse Horolatis ne provient pas d'Ore mais de Notre-Dame-d'Esputs à Chaum. En revanche, on relève que les divinités indigènes topiques mentionnées sur les autels votifs (Artahe, Idiatte) et aux montagnes divinisées à Saint-Pé-d'Ardet [Gallia, 7, 1949 : 134-136 ; 22, 1964 : 444] ; Erriape, Abellia, Ilumber, Fagus à Saint-Béat), s'associent bien souvent à des autels dédiés à JupiterOptimusMaximus (Saint-Pé-d'Ardet, Arlos), dont certains se trouvent parfois isolés comme à Marignac, Bagiry, Cierp-Gaud, etc.

3Si l'on sort de ce contexte du XIXe s. ou du début du XXe s. qui a privilégié ce type de découverte ayant fait l'objet d'une vérification systématique, les gisements réellement nouveaux sont peu nombreux :

4Plusieurs sites ont fait l'objet d'une réflexion plus critique : Saint-Pé-d'Ardet, où la quantité et la diversité des remplois (une vingtaine d'auges cinéraires et une cinquantaine de fragments, quinze autels votifs, éléments de sarcophages, etc.) suggèrent que l'église est installée à proximité immédiate d'une nécropole et de plusieurs sanctuaires, aux abords d'un petit vicus à vocation agricole. Saint-Béat, où l'existence de nombreuses carrières de marbre (Pène Saint-Martin, Cap del Mount et surtout celle de Rap où fut découvert en 1946 le sanctuaire des marbriers au dieu Eriapus), (Gallia, V,1947 : 474-475 et 41, 1983 : 483), à la fois proches de l'étranglement de la vallée de la Garonne qui constituait la voie principale de transport de matériaux, faisait supposer une communauté relativement importante. Saléchan où la présence de remplois en nombre (blocs de grand appareil, sarcophages, auges, autels) laisse présager l'implantation d'une nécropole toute proche à Saint-Julien, à Fronsac et Frontignan où la découverte de mosaïques est plus en rapport avec des vestiges d'habitats, etc.

5Concernant la période médiévale, les résultats sont plus complexes mais révélateurs dans certains cas d'une pérennité de l'occupation humaine. Ils sont marqués surtout par la présence d'édifices religieux dont certaines dédicaces relèvent du Haut Moyen Âge, mais également par la mise en évidence de plusieurs lieux de culte disparus mais retrouvés grâce à cette opération. Ainsi, si une grande majorité d'églises et de chapelles sont mentionnées dès 1369 (Saint-Barthélémy à Chaum, Saint-Félix à Frontignan-de-Comminges, Saint-Jacques à Lourde et Fronsac, Saint-Michel à Eup, Saint-Vincent au Mont-de-Galie, Saint-Béat, etc. ; plusieurs autres sont signalées et localisées durant le Xe s. (Galie, Marignac, Argut-Dessus, etc.), le XIe s. (Saint-Ciriaque à Saint-Béat) ou encore le XIIe s. (Saint-Jean-Baptiste à Ore, Saint-Michel-de-Bavart à Bezins-Garraux, Saint-Julien à Saléchan, Sainte-Marie-de-Cierp à Cierp-Gaud, etc.). La vérification des mentions se rapportant aux châteaux indique que certains, comme celui de Fronsac, sont connus dès la première moitié du XIIIe s., d'autres plus difficiles à dater (à Antichan-les-Frontignes, avec un seigneur mentionné au XIIe s., Galie et Marignac, mais aussi à Saint-Béat dès la fin du Xe s., avec des réaménagments successifs aux XVe s. et XVIe s.).

6On peut encore signaler des villages et hameaux dont des textes font état dans la fin du XIIe s. (Chaum), l'Échelle de Melles, avec une unique voie de 80 m taillée dans le rocher pour accéder au village, etc. et surtout la découverte de villages désertés à Eup (éminence rocheuse entourée d'une enceinte quadrangulaire, substructions, plate-forme aménagée fermée par un fossé), Lez (tour sur promontoire au nord du village, entourée d'une double enceinte, dominant un ensemble de terrasses elles-mêmes limitées par une enceinte côté nord et un fossé à l'est), Cierp-Gaud sur l'éperon du Rouziet (château de Montalar détruit à la fin du XVIe s., autour duquel ont été repérés de nombreux éboulis de murs), de Melles au château du Seriail (fortification utilisée encore au début du XVIIIe s.à l'occasion de la guerre de succession d'Espagne et dont toute une série de ressauts peuvent porter un habitat), et, pour l'époque moderne, le hameau de Ges de Tridos à Luscan où est signalée en 1369 puis en 1388 une église Saint-Lizier.

7Les exploitations minières (surtout de galène) sont importantes dans la vallée de Saint-Béat. On y distingue de nombreuses tranchées et grattages recoupés par des travaux modernes à Marignac, Val de Burat ; Melles, mines de Pale Bidou (1 750 m à 1 850 m) exploitées encore au XIXe s., mines d'Uls (constructions en ruines, scories, déblais où aucun vestige ne paraît antérieur au XVIe s.), vallée de Maudan et Hierles (fig.2), (1 360 m) avec des exploitations à ciel ouvert.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Mail du Pas. Voie antique entre Cierp et Le Rouziet

Fig. n°1 : Mail du Pas. Voie antique entre Cierp et Le Rouziet

Auteur(s) : Sablayrolles, Raymond. Crédits : Gi 1997 ; CNRS Éditions 1998 (1991)

Fig. n°2 : Melles, les Hierles.Traces d’exploitation minière (?)

Fig. n°2 : Melles, les Hierles.Traces d’exploitation minière (?)

Auteur(s) : Sablayrolles, Raymond. Crédits : Gi 1997; CNRS Éditions 1998 (1991)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Mail du Pas. Voie antique entre Cierp et Le Rouziet
Crédits Auteur(s) : Sablayrolles, Raymond. Crédits : Gi 1997 ; CNRS Éditions 1998 (1991)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/10413/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Titre Fig. n°2 : Melles, les Hierles.Traces d’exploitation minière (?)
Crédits Auteur(s) : Sablayrolles, Raymond. Crédits : Gi 1997; CNRS Éditions 1998 (1991)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/10413/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

« Territoires environnant la cité antique et médiévale de Saint-Bertrand-de-Comminges (haute-Garonne) », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 01 mars 1997, consulté le 14 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/10413

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals