Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNouvelle-Aquitaine201817 – Charente-MaritimeSaintes – Église Saint-Eutrope

2018
17 – Charente-Maritime

Saintes – Église Saint-Eutrope

Opération préventive de diagnostic (2018)
Responsable d’opération : Adrien Montigny

Entrées d’index

Année de l'opération :

2018

Numéro d’opération :

206840

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Montigny A., Miailhe V., Vequaud B. 2019 : Nouvelle-Aquitaine, Charente-Maritime (17), Saintes, église Saint-Eutrope, rapport de diagnostic archéologique, Poitiers, Inrap, 140 p.

Texte intégral

1Ce diagnostic archéologique s’inscrit dans un vaste projet de réhabilitation et de mise en valeur de l’église Saint-Eutrope classée au titre des monuments historiques dès 1840, érigée en basilique depuis 1886 et inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco. Ce projet est mené par Christophe Amiot, ACMH, et le cabinet d’architectes Sunmetron, chargés par la ville de Saintes de l’étude et du diagnostic sanitaire de l’édifice. C’est dans ce cadre que la commune de Saintes a fait une demande anticipée de diagnostic archéologique.

2L’emprise de ce diagnostic correspond à l’emplacement de l’église construite dès la fin du xie s. par les moines clunisiens ainsi qu’à une partie de ses abords au nord du chevet et de la nef. Cette église est érigée dans un quartier périphérique de la cité de Saintes, Mediolanum, à l’emplacement d’une basilique fondée dès le vie s. sur l’emplacement présumé du tombeau de Saint-Eutrope.

3Ce diagnostic concernait une emprise de 1 782 m2. L’implantation des dix-neuf sondages a été faites en fonction des questionnements des différents intervenants sur le site, et plus particulièrement des demandes du cabinet Sunmetron, et des contraintes techniques.

4Les problématiques de ces différents sondages sont spécifiques à chaque secteur d’intervention. Pour des raisons techniques, ce diagnostic a été subdivisé dès la phase de terrain en trois secteurs distincts : les abords nord du chevet, la crypte et la nef.

5Les dix-neuf sondages réalisés lors de ce diagnostic, représentant une surface d’environ 155 m2, ont ponctuellement permis d’atteindre le terrain naturel et de mettre en évidence la présence de nombreuses structures archéologiques dont les datations s’échelonnent de l’antiquité tardive au xixe s. (fig. 1).

Fig. 1 – Plan de l’église Saint-Eutrope et localisation des sondages et des principales structures archéologiques

Fig. 1 – Plan de l’église Saint-Eutrope et localisation des sondages et des principales structures archéologiques

DAO : Inrap.

Les abords du chevet

6Ce secteur correspond à la portion d’emprise se développant au nord du chevet. Il s’agit actuellement d’un espace vert engazonné présentant une légère pente descendant vers la rue Saint-Eutrope. La prescription ne concerne pas la totalité de cet espace mais seulement une bande de terrain longeant le chevet, trois sondages perpendiculaires à l’église y ont été réalisés.

7Du point de vue archéologique, les seules connaissances antérieures à la réalisation du diagnostic provenaient de l’iconographie concernant ce secteur, confirmée pour certains aspects par les découvertes faites dans les années 1970 et 1980.

8Ces trois sondages, bien que limités, ont permis d’appréhender l’occupation de ce secteur et de répondre aux questionnements qui ont guidés leur implantation. Il n’a malheureusement pas été possible, car cela aurait été trop destructeur, d’atteindre le terrain naturel de manière à observer l’intégralité de la séquence stratigraphique.

9L’un des premiers constats qui s’impose est celui d’une très bonne conservation des vestiges sur la totalité de l’emprise jusqu’au contact des fondations du chevet de Saint-Eutrope. Effectivement, il s’avère qu’à l’exception de quelques réseaux les terrassements dans ce secteur sont restés très limités et qu’aucun système de drainage de l’édifice roman n’a été fait de ce côté. Au contact de l’église, ce sont plusieurs niveaux de sépultures qui sont conservés y compris un niveau de sarcophages antérieurs à l’édifice du xie s. Leur présence a par ailleurs empêché de poursuivre le sondage plus profondément. En conséquence, ce diagnostic n’a pas permis de documenter les deux mètres séparant le fond du sondage 2 et le niveau de sol de la crypte.

10Si la présence d’une nécropole du haut Moyen Âge était connue par l’historiographie du site et les observations réalisées en 1981, ce diagnostic permet de mieux en estimer l’étendue et l’état de conservation. En effet, les sondages 2 et 3 ont permis d’atteindre ce niveau de sarcophages parfaitement conservés à moins d’un mètre de profondeur. Leur densité apparaît également importante car, sur un même niveau, ces sarcophages ne laissent guère d’espace libre. Ainsi, sur moins de 10 m2, ce sont dix sarcophages qui ont été partiellement mis au jour.

11Une partie de ces sarcophages est scellée par un apport de calcaire compacté observé en partie nord du sondage 3 et peut-être dans sa partie sud. En revanche, ce niveau ne se retrouve pas sur les sarcophages perçus dans le sondage 2 situé au contact du chevet. Ce niveau est lui-même recoupé par au moins une sépulture en coffre.

12Plusieurs sépultures médiévales, postérieures à la construction du chevet, ont également été mises au jour dans chacun des trois sondages. Ces dernières apparaissent à des profondeurs d’à peine 30 cm. Il s’agit tout aussi bien de sarcophages et de coffres que d’inhumations en pleine terre. Si certaines d’entre-elles ont été partiellement détruites, elles présentent globalement un bon état de conservation. S’il est difficile de proposer une estimation de leur nombre sur l’emprise de ce secteur, ce sont au moins 24 sépultures attribuables à cette phase qui ont été perçues sur 33,50 m2 de sondage.

13La problématique du niveau de sol durant la période médiévale est à rapprocher de celle de la base de l’élévation de l’église. L’un des questionnements était effectivement celui de l’authenticité de la banquette qui marque la base de l’élévation du chevet roman. Si celle-ci apparaît être d’origine, elle a été fortement restaurée.

La crypte

14La crypte, ou église basse, a été conçue pour accueillir les pèlerins autour des reliques de Saint-Eutrope placées dans une chasse en pierre, à l’exception de son chef déposé dans un reliquaire de l’église haute.

15Cette remarquable crypte de la fin du xie s. est divisée en trois vaisseaux par des piliers massifs. Elle comporte un déambulatoire sur lequel s’ouvre trois chapelles rayonnantes dont la chapelle d’axe romane a également été détruite au profit d’un agrandissement au xve s. Au xixe s., une nouvelle absidiole est construite au sein même de l’extension gothique en s’inspirant du plan des absides romanes voisines. Cette crypte est également dotée d’un vaste transept à absidioles orientées. Son accès actuel, résultant de la démolition de la nef, se fait par une porte percée en lieu et place d’une baie à l’extrémité nord du transept.

16Actuellement dans le déambulatoire et le transept, le sol de cette crypte est constitué d’une dalle de béton dont la présence n’est sans doute pas étrangère aux importants problèmes d’humidité du lieu.

17Dans ce secteur, les sondages ont été répartis dans toute la crypte à l’exception de la partie centrale du sanctuaire de façon à ne pas endommager le pavement de carreaux de terre cuite présent à cet endroit.

18Les questionnements liés au projet de restauration avaient essentiellement pour but d’identifier les niveaux de sols médiévaux et la présence éventuelle de structures recouvertes par les dalles de béton. Ponctuellement ils concernaient des points particuliers tel que le tracé roman de la chapelle axiale.

19L’une des données acquises durant ce diagnostic concerne la mise en évidence du substrat rocheux à très faible profondeur sous le sol actuel de la crypte. Celui-ci a été fortement décaissé et aplani pour la construction de l’édifice roman. Dans les collatéraux, ce substrat a de nouveau été entaillé à une période antérieure à des travaux attribuables au xiiie s. Plusieurs niveaux de piétinement montrent que la circulation s’est faite, au moins de façon ponctuelle.

20Les structures archéologiques se sont avérées relativement peu nombreuses mais réparties en différents points. Plusieurs sépultures ont ainsi pu être mises en évidence au niveau de la croisée et au niveau de la chapelle axiale. En ce qui concerne la croisée, l’une de ces sépultures a livré un éperon en alliage cuivreux comportant des traces de dorures. Une sépulture située dans la chapelle axiale a malheureusement été perturbée et seuls des ossements déplacés ont été mis au jour dans une fosse creusée dans le calcaire. Rappelons que la partie centrale de la crypte, ne faisant pas partie de la prescription, accueillait également au moins une tombe. C’est en effet à cet endroit que le sarcophage dit de Saint-Eutrope a été mis au jour en 1843.

21Les sondages 7 et 8 n’ont pas permis de retrouver avec certitude le tracé de la chapelle axiale romane. Néanmoins, les quelques structures présentes et les différences altimétriques du niveau d’apparition du substrat permettent de supposer que ce tracé devait être proche de l’actuel notamment en ce qui concerne son extrémité orientale.

L’actuel parvis : la nef et ses abords

22Le secteur de la nef, détruite au début du xixe s., a fait l’objet de neuf sondages de dimensions très variables destinés à documenter au mieux cette partie de l’emprise. Ces sondages ont aussi bien été réalisés au niveau de l’actuel parvis, sondages 13 à 18, que dans « l’avant-crypte », sondages 10 à 12. Leur répartition a suivi au maximum les demandes des architectes mais diverses contraintes et questionnements archéologiques ont néanmoins participé à ce positionnement.

23Les différents sondages réalisés apportent chacun leurs informations qui mises en perspective permettent de dresser un schéma général, certes incomplet, de ce secteur du site allant de périodes antérieures à la construction de la nef jusqu’aux projets de réaménagement qu’il a connu au xixe s. Ils montrent également l’extrême sensibilité archéologique de ce secteur où des vestiges, notamment des sépultures, apparaissent immédiatement sous l’actuel revêtement de sol.

24Le substrat n’a été atteint que dans les sondages réalisés à l’intérieur de « l’avant crypte ». Partout ailleurs, les sondages se sont arrêtés bien plus haut, d’environ 2 m, pour des raisons techniques ou du fait de la présence de vestiges ne pouvant être fouillés dans le cadre de ce diagnostic.

25L’élément le plus ancien ayant pu être observé correspond à un mur perçu au niveau du sondage 17 et dont les caractéristiques incitent à y voir une construction de l’antiquité tardive. Aucun sol associé à ce mur n’a été observé en raison de la présence de sarcophages empêchant de mener les investigations plus profondément.

26Ces trois sarcophages, orientés nord-sud et est-ouest, ont conservés leur couvercle présentant une légère bâtière. Pour ce qui a pu en être observé ils paraissent semblables aux éléments les plus anciens mis au jour au nord du chevet et qui étaient associés à du mobilier des viiie et ixe s.

27Un deuxième ensemble de sépultures antérieures à l’église romane a été perçu au nord de la nef au niveau du sondage 15. À cet endroit deux sépultures associées à du mobilier du xe s. ont été mises au jour. Ces sépultures anciennes sont recouvertes par des apports successifs de niveau de circulation pouvant correspondre à de la voirie comme en témoigne la présence d’ornières. Le principal intérêt de ces niveaux repose sur le fait qu’ils sont également antérieurs à la nef romane.

28Toujours au nord de la nef les sondages ont livré un grand nombre de sépultures, en pleine terre, coffres ou sarcophages, médiévaux ou modernes dès 20 cm de profondeur. Leur densité témoigne de l’importance de ce cimetière qui devait occupait tout l’espace du parvis au nord de la nef. Il est même probable qu’il se développait plus au nord mais qu’il a été progressivement tronqué.

29Concernant la nef romane, le diagnostic a permis de mieux appréhender son état de conservation (fig. 2). Au regard des différents sondages les maçonneries sont a minima conservées au niveau d’apparition de la banquette intérieure.

Fig. 2 – Partie inférieure de la colonne engagée du mur gouttereau sud de la nef (sondage 17)

Fig. 2 – Partie inférieure de la colonne engagée du mur gouttereau sud de la nef (sondage 17)

Mire de 1 m.

Cliché : Inrap.

30Le plan général de cette nef étant déjà connu par différents documents, il n’y a guère eu de surprise sur cet aspect. Les seuls éléments qui méritent d’être mentionnés concerne la porte perçue au niveau du sondage 14 ainsi que l’absence de colonne ou de pilastre dans l’angle nord-ouest. La présence d’une porte au niveau du mur nord n’est pas toujours indiquée sur les plans anciens de l’édifice.

31Les sondage 13 et surtout 15 ont permis de montrer que la nef était fortement encaissée par rapport au niveau de sol extérieur notamment sur son côté nord. Au sud, l’agencement de la porte s’ouvrant vers l’espace claustral semble montrer un moindre encaissement sauf si elle s’accompagnait d’un escalier côté cloître.

32Les principaux apports du diagnostic au sujet de cette nef sont sans doute les données concernant l’évolution des niveaux de sols perçus au niveau des bas-côtés ainsi que les données altimétriques collectés au niveau de « l’avant crypte ». Les bas-côtés ont en effet été fortement rehaussés sans qu’il soit encore possible de savoir si le vaisseau central a subi la même évolution. Les différents plans anciens permettant de réfléchir à l’organisation planimétrique de cette nef et à sa relation avec la crypte et le chevet correspondent à un état après rehaussement des sols.

33La présence de sépultures attribuables à l’époque moderne n’est en rien surprenant à l’intérieur de l’église, notamment dans la nef qui accueille la paroisse. Ces sépultures, qui n’ont été que sommairement observées, présentent des états de conservation relativement bon.

34Pour ce qui en a été vu, il s’agit d’individus déposés tête à l’ouest dans des cercueils. Ces sépultures clairement attribuables à cette période ont été atteintes au niveau des sondages positionnés dans le collatéral sud. Les sépultures mises au jour au niveau de « l’avant-crypte » n’ayant pas pu être datées, elles n’ont pas été intégrées à cet ensemble moderne.

35Plusieurs sondages ont également permis de mieux comprendre les aménagements commencés en 1853 pour créer un accès à la crypte. De nombreuses lacunes liées à son inachèvement subsistent toutefois. C’est tout particulièrement le cas de la relation directe avec la crypte. Les quelques éléments mis en évidence semblent témoigner d’une volonté de conserver un système relativement complexe pouvant s’inspirer de ce qui existait auparavant.

36En conclusion, les dix-neuf sondages réalisés lors de ce diagnostic ont ponctuellement permis d’atteindre le terrain naturel et de mettre en évidence la présence de nombreuses structures archéologiques dont les datations s’échelonnent de l’antiquité tardive au xixe s.

37Des sarcophages attribués au haut Moyen Âge ont été observés en différents points de l’emprise de diagnostic. Ces données, jointes aux observations plus anciennes, témoignent de de l’importance de cette nécropole d’au moins un demi hectare et qui présente un très bon état de conservation. En l’état actuel, il apparaît que sa principale source de destruction correspond à la construction de la crypte romane. Il est pour le moment impossible de savoir si cette nécropole se développait également au sud de l’église.

38Le long du mur nord du chevet des sépultures en coffres et en sarcophages apparaissent sous 25 cm de terre végétale et sont présentes sur plusieurs épaisseurs. Ces sépultures appartiennent tout aussi bien à la nécropole, antérieure à la construction de l’église romane, qu’au cimetière associé à cette dernière. Leur niveau d’apparition n’a pas permis d’observer l’intégralité de la séquence stratigraphique de ce secteur. Néanmoins, l’observation de la base du mur nord du chevet a permis de constater que le niveau de sol actuel est proche de celui de l’époque romane. À noter également dans ce secteur la présence d’une imposante maçonnerie qui n’a pas pu être clairement datée mais qui est antérieure à des sépultures en coffre. Cette construction est peut-être à associer à un édifice circulaire visible sur plusieurs plans anciens.

39Dans la crypte le substrat rocheux est apparu directement sous la dalle de béton qui en forme le sol actuel. Là aussi quelques fosses de sépultures ont été observées. Il convient également de mentionner la présence de nombreuses traces plus ténues témoignant de travaux effectués dans la crypte à plusieurs périodes. Divers creusements sont vraisemblablement à mettre en relation avec ces chantiers.

40L’actuel parvis a bien entendu livré des vestiges de la nef disparue au début du xixe s. Ces vestiges permettent principalement de dresser un état de la conservation des élévations arasées mais dont le plan général était connu grâce à différents documents. Ponctuellement, ces vestiges de la nef se situent à moins de 30 cm de profondeur.

41Ces sondages ont permis de mieux appréhender cette nef notamment en montrant qu’elle était encaissée de près de 2 m par rapport aux niveaux extérieurs. Les sondages effectués dans le bas-côté sud ont quant à eux montré la présence d’importants remblais de l’époque moderne qui sont sans doute liés à une modification des relations entre la nef, la crypte et le chevet.

42Comme bien souvent sur ce type de site, le diagnostic apporte de très nombreuses informations mais surtout de nouveaux questionnements. Ces derniers pourront difficilement trouver réponse sans de plus amples investigations archéologiques.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan de l’église Saint-Eutrope et localisation des sondages et des principales structures archéologiques
Crédits DAO : Inrap.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/104144/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Titre Fig. 2 – Partie inférieure de la colonne engagée du mur gouttereau sud de la nef (sondage 17)
Légende Mire de 1 m.
Crédits Cliché : Inrap.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/104144/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 667k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adrien Montigny, « Saintes – Église Saint-Eutrope » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nouvelle-Aquitaine, mis en ligne le 31 août 2021, consulté le 22 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/104144

Haut de page

Auteur

Adrien Montigny

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Adrien Montigny

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search