Navigation – Plan du site
1990

Rocamadour

Le bourg
Responsable(s) des opérations : Daniel Schaad et Claire Soyer

Entrées d’index

Chronologique :

Moyen Âge*

Nature des opérations :

Fouille d'évaluation (EV)
Haut de page

Texte intégral

Date de l'opération : 1990 (EV)
Inventeur(s) : Schaad Daniel ; Soyer Claire

1En 1990, dans le cadre du projet de mise en valeur des abords de la cité médiévale de Rocamadour, ont été réalisés deux sondages d'évaluation. Ceux-ci avaient pour objectif de définir le contexte historique et topographique dans lequel les bâtiments de ceinture surplombant la vallée ont été construits et de vérifier l'importance des dépôts modernes qui pouvaient occulter la base des immeubles.

2Le premier sondage a été implanté en contrebas de la maison dite « La Louve », au pied d'un solide bâtiment à demi excavé dans le rocher qui, à l'origine, devait probablement supporter un ou deux étages. Le sondage a révélé que les bâtisseurs ont creusé une tranchée de fondation profonde de 4,10 m pour atteindre le rocher.

3La hauteur totale de l'édifice conservé est de 12,10 m mais avec une hauteur visible de 6,80 m environ seulement, lors de son utilisation. Le mobilier permet de dater l'édifice de la seconde moitié du XIVe s. Excepté le cône d'éboulis qui masque en partie la façade, l'épaisseur des sédiments modernes ne dépasse pas 0,60 m.

4Le second sondage a été effectué en contrebas de la Porte Hugon, non loin d'une maison forte appelée « La Carreta ». Il a mis en évidence des murs de terrasses et notamment, au niveau de la terrasse supérieure, un chemin d'accès longeant les murs de la ville. Cet aménagement est également daté de la seconde moitié du XIVe s. Le rocher n'a pas pu être atteint à cet endroit mais les couches les plus profondes qui ont pu être dégagées ont livré du mobilier des XIe s. et XIIIe s. et aussi quelques tessons probablement plus anciens.

5Cette opération d'évaluation a permis de déterminer la phase principale d'occupation et d'aménagement des abords de la cité. Il apparaît que le paysage actuel de Rocamadour, en dépit du fait que le profil des terrasses ait été émoussé, n'a guère changé depuis le Moyen Âge.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

« Rocamadour », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 01 mars 1997, consulté le 06 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/10419

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals