Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNouvelle-Aquitaine201887 – Haute-VienneRoussac – La Gardelle, les Genets...

2018
87 – Haute-Vienne

Roussac – La Gardelle, les Genets, Landelle

Opération préventive de diagnostic (2018)
Responsable d’opération : Catherine Roncier

Entrées d’index

Année de l'opération :

2018

Numéro d’opération :

123550

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1En amont d’un projet éolien, un diagnostic archéologique a été mené sur quatre parcelles de la commune de Roussac (Haute-Vienne) aux lieux-dits Bagazeau (AD 125), les Genêts (AD 10), les Sauzades (AC 50) et la Gardelle (AC 108). Les surfaces diagnostiquées comprises entre 1,1 et 1,8 ha constituent des fenêtres d’observation intéressantes dans cette région peu explorée par l’archéologie préventive. La commune de Roussac est située à 30 km au nord de Limoges au sein de la zone des bas plateaux périphériques limousins. Occupant la frange nord-ouest du massif cristallin, elle occupe un plateau vallonné délimité à l’est par la vallée de la Couze et à l’ouest par celle de la Bazine, tous deux affluents de la Gartempe. Ce plateau est faiblement incliné vers le nord-ouest et drainé par le bassin versant de la Gartempe.

2Au total, trente-neuf tranchées ont été creusées représentant 4 681,22 m2 soit 8,67 % de l’ensemble de la surface prescrite. Deux indices de site ont ainsi pu être mis au jour. Sur la parcelle AD 125, une occupation protohistorique occupe l’extrémité nord-ouest d’un plateau qui s’abaisse progressivement vers l’ouest et le ruisseau de La Gardelle. Une grande fosse de 11 m de long et au moins 4,30 m de large a été identifiée sur la partie la plus haute du terrain. Traditionnellement appelées polylobées, ces fosses alvéolées sont souvent identifiées comme des fosses d’extraction de matières premières. Toutefois, un des lobes de cette fosse correspond clairement à une fosse-silo et un autre creusement non testé pourrait également s’en rapprocher. Des trous de poteau situés à proximité participent vraisemblablement d’aménagements périphériques. À quelque distance de cette fosse, des trous de poteau appartiennent probablement à des bâtiments. Ils sont situés sur le versant, là où la pente est douce et protégée des vents dominants. L’un d’eux, peut-être un bâtiment d’habitation, a subi un incendie ce qui a sans doute permis sa bonne conservation mais aussi et surtout celle de tessons de céramiques, de torchis, preuve de parois montées sur clayonnage, et des objets en fer (clou, fragments de fibule ?). Le mobilier mis au jour essentiellement dans un trou de poteau (80 artéfacts sur 102) permet de dater l’occupation de la fin de La Tène ancienne (LT B2). Il n’est pas rare pour les périodes protohistoriques de trouver ce type de fosse d’extraction ou de stockage enterré près de maisons d’habitation et de grenier sur poteaux.

3Deux fossés bordiers découverts sur le versant nord de La Gardelle (parcelle 108) suivent une orientation sud-ouest – nord-est. Distants de 8 à 12 m l’un de l’autre, ils pourraient encadrer le tracé d’une voie antique, peut-être celle reliant Limoges à Argenton-sur-Creuse, reconnue précédemment sur la commune de Roussac. Le comblement des deux fossés a livré quelques tessons protohistoriques, des fragments de terre cuite architecturale dont une tegula, et un fragment de bracelet en lignite. Cet assemblage de mobilier fait remonter la datation du comblement des fossés à l’extrême fin du second âge du Fer, voire au début de la période gallo-romaine.

4Par ailleurs, sur le versant en contre-haut de la découverte des fossés, une dizaine de fosses et cinq trous de poteau, dont quatre fonctionnant ensemble, ont été mis au jour. Aucun ne livre de mobilier à l’exception d’une fosse avec un tesson attribuable à la période protohistorique. Une autre hypothèse est dès lors envisageable : le chemin serait d’origine protohistorique puis abandonné lors de la création de la voie antique réputée traverser la commune de Roussac en empruntant le chemin rural situé sur le versant opposé de la Gardelle.

5Malgré des petites surfaces d’observation, le diagnostic archéologique mené sur la commune de Roussac a délivré des informations intéressantes. En particulier sur la parcelle AD 125, les vestiges d’un petit établissement rural de La Tène B2 ont été mis au jour. Il a également permis de reposer la question du tracé exacte de la voie antique réputée parcourir la commune du nord au sud. Les parcelles AD 10 et AC 50, n’ont quant à elles, délivré que très peu de structures anthropiques (fosse, fossé et trou de poteau) rarement associées à du mobilier céramique permettant de les dater.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Roncier, « Roussac – La Gardelle, les Genets, Landelle » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nouvelle-Aquitaine, mis en ligne le 31 août 2021, consulté le 23 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/104383

Haut de page

Auteur

Catherine Roncier

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Catherine Roncier

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search