Navigation – Plan du site

AccueilRégionsDomaine public maritime1995Littoral Mer du Nord, Manche, Atl...Au large de l’Île-de-Sein – Le Sané

1995
Littoral Mer du Nord, Manche, Atlantique

Au large de l’Île-de-Sein – Le Sané

Sondage (1995)
Responsable d’opération : Jean-Michel Keroullé

Notes de la rédaction

Notice publiée dans Gallia Informations 1998-1999 [CD-Rom], Paris, CNRS Éditions. ISBN : 2-271-05782-5.

Texte intégral

1La frégate mixte à vapeur et voiles Sané, de type Gomer, propulsée par une machine de 450 ch entraînant des roues à aubes, a été mise en chantier, en 1840, à Cherbourg. Elle portait vingt canons. Sa construction débute en pleine période de transition : en 1832, les français Delisle et Sauvage inventent l’hélice à vis en spirale. Les améliorations successives permettront, le 20 juin 1849, au vapeur à hélice, le Niger, de s’imposer dans une course avec le vapeur à aubes, le Basilisk. La frégate Sané subira tout au long de sa carrière d’incessantes modifications pour pallier les défauts qui en faisaient, aux dires de certains commandants, un bâtiment « mauvais sous voiles et pas bon à la vapeur ».

2Elle participe, en 1848, à l’expédition d’Italie. Lors de la guerre de Crimée où elle est affectée au transport de troupe et au remorquage, elle échange plusieurs fois des boulets avec le fort de Sébastopol et assiste à la reddition de Kinburn. Le 22 septembre 1859, elle fait naufrage sur la chaussée de Sein, à la suite d’une erreur de compas, alors qu’elle se rendait de Toulon à Cherbourg. Le commandant Arpin, capitaine de frégate, passera devant un conseil de guerre extraordinaire à Brest qui l’acquittera à l’unanimité. Il avait déjà bénéficié d’un « acquittement honorable à l’unanimité », en 1855, pour la perte de son bâtiment le Petrel.

3Le site de l’épave se trouve à un demi-mille du phare d’Armen, dans une zone réputée pour la violence de ses courants et la grande houle atlantique. Dans des conditions souvent difficiles, les opérations sous-marines ont permis de dresser une cartographie du site. Il s’agit de la partie avant de l’épave qui a probablement dérivé dans la passe d’Armen avant de sombrer. L’armement a été répertorié et positionné ; des éléments d’accastillage ont été identifiés (fig. 1). Deux canons en bronze de gros calibre ont été vus mais leur localisation reste à préciser.

4Les opérations à venir ont pour but d’étudier la partie de l’épave portant la machine et la transmission des roues à aubes.

Fig. 1 – Hublot de pont plano-convexe permettant l’éclairage de l’entrepont

Fig. 1 – Hublot de pont plano-convexe permettant l’éclairage de l’entrepont

Cliché : J.-M. Kéroullé.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Hublot de pont plano-convexe permettant l’éclairage de l’entrepont
Crédits Cliché : J.-M. Kéroullé.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/104595/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Michel Keroullé, « Au large de l’Île-de-Sein – Le Sané » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Domaine public maritime, mis en ligne le 06 septembre 2021, consulté le 30 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/104595

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Keroullé

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Michel Keroullé

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search