Navigation – Plan du site

AccueilRégionsDomaine public maritime1995Littoral Mer du Nord, Manche, Atl...Au large de Ploemeur – Le Grazu, ...

1995
Littoral Mer du Nord, Manche, Atlantique

Au large de Ploemeur – Le Grazu, Ariane et Andromaque

Sondage (1995)
Responsable d’opération : Michel L’Hour

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Notice publiée dans Gallia Informations 1998-1999 [CD-Rom], Paris, CNRS Éditions. ISBN : 2-271-05782-5.

Texte intégral

1C’est le 19 mars 1987 que J.-C. Abadie, déclara pour la première fois auprès des Affaires maritimes de Lorient la découverte sur la basse de la Paille des épaves des frégates Ariane et Andromaque perdues, en 1812, devant Lorient. Réalisant en 1989 l’expertise du site, force fut de constater qu’au lieu des épaves attendues le site recelait les vestiges d’un navire marchand, chargé de carreaux de terre cuite, dont le naufrage ne pouvait pas remonter au-delà du début de la seconde moitié du xixe s. (Gallia Informations, 1992-1, p. 75). Une fouille, conduite par André Lorin, sur cette épave a confirmé le diagnostic de 1989, en vérifiant que l’épave était en réalité celle de l’Edmond-Alix, navire marchand, perdu le 28 novembre 1870.

2Les vestiges des frégates, Ariane et Andromaque, ont été découverts, en août 1995, par A. Delcambre et dès le mois de novembre, le site a fait l’objet d’une expertise réalisée par le Drassm, avec le concours de l’inventeur et de la direction interrégionale des Douanes à Nantes.

3Étalés entre la basse du Grazu et le front de mer, à l’ouest de Lorient, les vestiges sont dispersés sur près d’un hectare. Le mobilier repose par 10 m à 20 m de fond, sur un sol tourmenté où alternent plaines de sables et bancs de roches. Cet éparpillement général résulte sans doute partiellement des trains de houle qui, par mauvais temps, sont redoutables sur la zone. Un examen attentif du gisement a permis, cependant, d’identifier deux zones où les vestiges semblent se regrouper et qui constituent probablement les points initiaux d’impact et de destruction des navires. La première est située au nord de l’aire archéologique, près de la bordure littorale, à l’approche d’un cordon rocheux, la seconde au sud, près du talus rocheux dont la balise du Grazu indique tout à la fois l’existence et le danger.

4Le site se signale essentiellement par un nombre important de pièces de mobilier en bronze ou en alliage cuivreux. On remarque, en premier lieu, un très grand nombre de clous en bronze, de 23,5 cm de long, pour un poids de 350 g. Ces clous ont un fût tronconique de 14 mm de section au plus épais et une pointe aplatie en « langue de carpe ». Munis d’une tête quadrangulaire de section 28 mm x 30 mm, ils portent tous l’inscription F × R gravée sur le haut de la verge. Cette estampille évoque la même association des initiales FR, découvertes sur des clous de cuivre de l’épave de la frégate la Méduse, localisée en décembre 1980, par Jean-Yves Blot sur les côtes mauritaniennes. Les recherches, menées par ce dernier, dans les archives nantaises avaient permis d’identifier ces initiales comme celles des Forges de Romilly-sur-Andelle dans le département de l’Eure (Blot 1982). Ces forges ont en effet assuré, dès 1806, la fourniture de « matériel de cuivre » aux chantiers navals Michel Louis Crucy fils, de Paimbœuf, près de Nantes, qui réalisèrent, d’avril 1807 à juillet 1810, la construction de la frégate la Méduse. Or, tout comme la Méduse, c’est à Nantes, et durant les mêmes années, que les frégates de quarante-quatre canons, l’Ariane et l’Andromaque, furent mises en chantier, respectivement en décembre 1807 et novembre 1808.

5Des six petits pierriers en bronze, aperçus par l’inventeur lors de ses premières plongées sur le site, il n’en a été ramené qu’un seul lors de l’expertise (fig. 1). Ce canon était encore partiellement soudé à un massif rocheux par une gangue de concrétions où l’on reconnaissait morphologiquement la fourche du chandelier servant d’affût à la pièce. Ce petit pierrier, de moins de 100 kg, que l’on pouvait aisément embarquer en cas de nécessité sur une chaloupe, tirait des boulets d’une livre. Des pierriers identiques ont également été retrouvés sur l’épave de la Méduse. Au cours de l’expertise, le fût d’une espingole en bronze a aussi été mis au jour, ainsi qu’un certain nombre d’essieux de roue d’affût de canons, une poulie à trois réas et quelques fragments de poterie. Tout ce mobilier est extrêmement proche de celui que les fouilles de l’épave du Golymin, perdu, en 1814, à la sortie de la rade de Brest, avaient contribué à récupérer (Gallia Informations, 1987-1988, 1, p. 61-62).

Fig. 1 – Pierrier en bronze

Fig. 1 – Pierrier en bronze

Cliché : D. Metzger (Drassm).

6L’analyse des éléments mobiliers découverts et les données maritimes intrinsèques du site permettent d’identifier avec une assez forte probabilité le site, déclaré par Alain Delcambre, avec le naufrage des deux frégates : Ariane et Andromaque. Mal commandées, ces deux frégates napoléoniennes s’échouèrent le 22 mai 1812 et furent incendiées par deux bâtiments anglais, le vaisseau de quatre-vingts canons, HMS Northumberland, et la corvette de dix-huit canons, HMS Grauler.

Haut de page

Bibliographie

Blot J.-Y. 1982 : La Méduse, chronique d’un naufrage ordinaire. Paris, Arthaud, 421 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Pierrier en bronze
Crédits Cliché : D. Metzger (Drassm).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/104620/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 461k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel L’Hour, « Au large de Ploemeur – Le Grazu, Ariane et Andromaque » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Domaine public maritime, mis en ligne le 06 septembre 2021, consulté le 13 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/104620

Haut de page

Auteur

Michel L’Hour

Drassm

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Michel L’Hour

Drassm

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search