Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNormandie1995Domaine public maritimeAu large de Saint-Vaast-la-Hougue...

1995
Domaine public maritime

Au large de Saint-Vaast-la-Hougue – Bataille de la Hougue

Fouille programmée (1991-1995)
Responsables d'opération : Michel L’Hour et Élisabeth Veyrat

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Notice publiée dans Gallia Informations 1998-1999 [CD-Rom], Paris, CNRS Éditions. ISBN : 2-271-05782-5.

Texte intégral

1Initiée en 1990 sous la forme d’un sondage de diagnostic (Gallia Informations, 1992-1, p. 62-65), la fouille sous-marine des épaves de la Hougue a été poursuivie jusqu’en 1995. Les principales ambitions du programme de recherche archéologique étaient d’acquérir une base cohérente de données sur les méthodes et techniques de construction navale, sur l’organisation spatiale et la vie à bord des grands vaisseaux français du dernier quart du xviie s.

2L’imminente ouverture de l’île au public et le projet d’y créer un musée maritime ont conduit le Conseil général de la Manche, nouveau propriétaire des lieux, à proposer la budgétisation d’une fouille sous-marine sur le site des épaves. La possibilité de développer une étude archéologique globale et comparative de cinq vaisseaux de Louis XIV a justifié la continuation de la fouille pendant six campagnes.

« Suittes funestes d’un glorieux combat »

3L’année 1692 s’inscrit dans le long conflit qui oppose le royaume catholique de France à la plupart des pays d’Europe, réunis sous l’appellation de « Ligue d’Ausgbourg », alors même que la marine française, récemment réorganisée par le ministre de la Marine, Jean-Baptiste Colbert, semble enfin pouvoir se mesurer aux flottes étrangères, y compris à la puissante armée navale anglaise.

4Après que le cousin de Louis XIV, le très catholique Jacques II, a été déposé par le protestant Guillaume III d’Orange, la France envisage un débarquement en Angleterre afin de lui rendre son trône. Mais l’ensemble de la flotte française ne peut être réuni à temps, et Tour ville, vice-amiral de France, décide d’affronter avec une quarantaine de vaisseaux seulement, le 29 mai 1692 dans la Manche, les quatre-vingt-dix vaisseaux de l’armée coalisée ennemie. Au soir de la bataille, les plus gros vaisseaux français, incapables de franchir le raz Blanchard et de gagner les abris des côtes bretonnes, sont contraints à chercher refuge dans les baies du Cotentin. Le vaisseau amiral le Soleil Royal, et deux autres bâtiments sont incendiés, au lendemain de la bataille, devant Cherbourg, par les brûlots et les chaloupes anglaises. Les 2 et 3 juin, douze autres vaisseaux français subissent le même sort dans la baie de la Hougue, les plus gros bâtiments au pied de l’île Tatihou, les vaisseaux de moindre tonnage dans une rade voisine, derrière le fort de la Hougue.

5« Suittes funestes d’un glorieux combat » comme les a qualifiés Pontchartrain, le nouveau ministre de la Marine, ces épisodes douloureux ne paraissent néanmoins laisser qu’une empreinte peu profonde dans la marine de Louis XIV. Dès 1693, les quinze vaisseaux disparus sont remplacés au sein de la flotte royale. Les recherches minutieuses, conduites directement depuis Versailles, tant à Cherbourg qu’à la Hougue, ont permis, par ailleurs, la récupération de la majeure partie de l’armement des navires, canons de fonte et de fer, « fesrailles, fustailles, boulets, voilles, et cables », sans oublier les poudres et les pièces de bois.

La fouille archéologique des épaves de la Hougue

6Découvertes en 1985 par un plongeur normand, les épaves groupées en arc de cercle au pied de l’île Tatihou (fig. 1), se présentent comme de vastes fonds de carène, longs de près de cinquante mètres, à l’image des puissants bâtiments trois-ponts armés de quatre-vingts à cent canons.

Fig. 1 – Carte de localisation des vestiges des épaves de la Hougue

Fig. 1 – Carte de localisation des vestiges des épaves de la Hougue

DAO : É. Veyrat.

7Lors de la première étude du site, l’importance quantitative et qualitative de chacune des épaves ont été estimées en fonction de leur accessibilité, de leur conservation et de leur intérêt scientifique et muséographique.

8À ce titre, seules deux des épaves, respectivement nommées A-B et E, ont semblé justifier une fouille exhaustive. L’une et l’autre of fraient, en effet, la possibilité d’y étudier tout à la fois :

  • deux méthodes différentes de construction navale ;

  • des vestiges d’aménagement intérieur et d’organisation spatiale ;

  • ainsi qu’un mobilier archéologique relativement abondant, propre à restituer la culture matérielle des vaisseaux.

9L’étude, plus ponctuelle, des épaves C et F a été ciblée sur des points précis de la construction navale tels que la charpente axiale et l’organisation de la membrure.

10En raison d’un concrétionnement généralisé des fonds et de caractères architecturaux apparemment similaires à ceux conservés sur l’épave E, l’épave D, n’a suscité que des observations superficielles.

Méthodes et techniques de construction

11L’étude archéologique a privilégié la reconnaissance des traits architecturaux distincts de chaque épave afin de tenter d’identifier chacun des vaisseaux, les archives nous renseignant sur leur âge au moment de leur perte, les chantiers d’origine et même le nom des charpentiers qui les ont construits (fig. 2). Les informations recueillies sur le site servent à établir une base de données sur les différentes méthodes et techniques de construction en usage dans les arsenaux de Louis XIV à la fin du xviie s.

Fig. 2 – Liste des cinq vaisseaux coulés près de l’île Tahihou et hypothèses d’identification archéologique

Fig. 2 – Liste des cinq vaisseaux coulés près de l’île Tahihou et hypothèses d’identification archéologique

É. Veyrat.

12L’étude comparative du système de charpente et notamment de l’organisation de la membrure, de ses composants et de ses fixations à la charpente axiale a permis, en mettant en évidence trois types d’assemblage, d’envisager des hypothèses d’identification sérieuses pour chacune des épaves (fig. 3).

Fig. 3 – Organisation du maître-couple et de la membrure sur les épaves de la Hougue

Fig. 3 – Organisation du maître-couple et de la membrure sur les épaves de la Hougue

DAO : É. Veyrat.

Membrure simple à assemblage latéral

13Dans ce système, chaque couple est composé d’une seule varangue, fixée à la quille, et de deux genoux latéraux, bâbord et tribord, regardant vers les extrémités.

14Les épaves A-B et C présentent l’une et l’autre cette pratique, mais se distinguent par la disposition de leur maître-couple :

  • varangue unique M119 entourée de deux varangues contiguës (M118 et M120) dont les genoux regardent vers les extrémités sur l’épave A-B ;

  • deux varangues contiguës (M111 et M112) sur l’épave C, chacune assemblée à un genou regardant vers les extrémités.

15Si les allonges observées sur le flanc conservé de l’épave A-B ont bénéficié d’un assemblage latéral assuré par des gournables, aucun système de fixation n’a été trouvé entre les varangues et les genoux des fonds. Tout au plus a-t-on remarqué ponctuellement, dans les zones avant et arrière, une simple encoche bloquant parfois varangue et genou.

16Signalons que sur l’épave C, la face latérale des varangues regardant vers le maître-couple est munie d’inscriptions servant au positionnement de celle-ci dans la charpente. Ces indications de repérage figurent en chiffres romains dans la partie avant de la coque et en chiffres arabes dans la zone arrière.

Membrure double allégée

17Cette disposition n’est attestée que sur l’épave F. La construction est rythmée au niveau du maître-couple et du massif d’emplanture par sept membrures doubles. Le maître-couple, identifié en M107, forme avec sa varangue jumelle M106 le double couple placé le plus en avant des sept membrures doubles. De part et d’autre de cette structure centrale, la charpente fait appel à ce qu’il est préférable de nommer membrure double sans varangue courte plutôt que membrure simple à assemblage latéral. Une série de clés quadrangulaires massives, insérées dans la maille sur l’axe de la quille, vient pallier l’absence des varangues courtes. En face supérieure, ces clés sont coincées par la carlingue. Un chevillage métallique transversal des couples, entre varangue et genou d’une part, entre les doubles couples dans la zone centrale d’autre part, semble avoir été utilisé systématiquement. L’étude de ces assemblages transversaux conforte le sentiment que M107 est bien le maître-couple et que les couples de remplissage ont été posés à partir des extrémités en remontant vers celui-ci. La zone d’emplanture du grand mât, flanquée sur tribord de deux corps de pompe, a été localisée immédiatement en arrière du maître-couple.

Membrure double

18Chaque couple se compose d’une double varangue, de genoux et d’allonges fixés ensemble dans le prolongement des varangues, formant ainsi un ensemble massif cohérent chevillé transversalement. Le maître-couple est signalé sur l’épave E par une triple membrure M144-145-146, dans laquelle la varangue centrale est respectivement flanquée vers l’avant et l’arrière de varangues plus courtes. Les doubles couples placés en avant et en arrière de ce maître-couple sont munis d’une varangue longue et d’une varangue courte, cette dernière regardant vers les extrémités. Avérée sur l’épave E, cette méthode de construction semble être également attestée dans la construction de l’épave D.

19L’individualisation, parmi les épaves de Tatihou de trois systèmes de charpente interne (membrure simple ; membrure double ; système composite) constitue un indice sérieux d’identification des épaves, une fois réinséré dans le cadre plus général de la construction navale au Levant et au Ponant. Si l’assemblage latéral à membrure simple paraît, en effet, avoir été longtemps pratiqué dans les chantiers de construction de la façade méditerranéenne, l’évolution vers un système à double membrure émerge, semble-t-il, beaucoup plus tôt au Ponant. Les caractéristiques architecturales de l’épave A-B, la superposition des éléments de sa membrure évoquant des réparations successives et l’emploi massif du chevillage bois, incitent à envisager là les vestiges du Saint-Philippe, vaisseau construit à Toulon en 1665 par un charpentier hollandais. Le bon état des bois de l’épave C, ainsi que l’emploi prédominant de clous et de chevilles en fer, nous conduit à identifier les restes du Magnifique, autre bâtiment toulonnais, mis à l’eau en 1680. Le système utilisé pour la membrure de l’épave E, apparemment similaire à celui repéré sur l’épave D, permet d’individualiser dans ces deux épaves les restes des deux vaisseaux construits à Brest, en 1691, par Blaise Pangalo. Du même coup, le caractère très distinct du système mixte attesté sur l’épave F, à mi-chemin entre les traditions méditerranéennes des épaves A-B et C, et les nouvelles méthodes de construction attestées par les épaves D et E, peut logiquement être attribué au vaisseau l’Ambitieux, construit en 1691 à Rochefort par le charpentier Honoré Malet.

20Cette hypothèse d’identification s’est trouvée confortée depuis par la mise en évidence d’une conception architecturale identique, quoique simplifiée, sur l’épave de la Belle, naufragée dans le golfe du Mexique en 1687, et construite, elle aussi, quelques années plus tôt à Rochefort par le maître charpentier de l’Ambitieux.

21Il faut rappeler que la reconnaissance sur l’extérieur de la coque de l’épave E d’un soufflage en sapin nous avait amenés, au début de la fouille, à envisager qu’il s’agissait là des vestiges du vaisseau l’Ambitieux, que les archives mentionnent avoir été soufflé quelques jours avant la bataille pour remédier à son défaut de carène. Mais l’étude ultérieure de l’épave F nous a conduits à revoir cette hypothèse. C’est à cette dernière que devrait être attribuée le vaisseau l’Ambitieux, quoique l’étendue des vestiges conservés ne permette pas de statuer sur la présence de son soufflage. Il faut donc supposer qu’au moins deux des vaisseaux coulés à Tatihou ont subi, postérieurement à leur construction, un élargissement de leur coque à la flottaison.

22Une étude de détail des ensembles architecturaux a été menée sur le site, afin d’observer les caractéristiques morphologiques des bois et le façonnement des pièces. Les prélèvements dendrochronologiques systématiques devraient permettre de comparer les chênes utilisés et les approvisionnements en bois de marine de trois arsenaux sur près de trente ans. La présence d’aubier, voire d’écorce sur un certain nombre de pièces architecturales, telles que membrures, vaigres et carlingue, ainsi que les traces d’outils observées sur les bois devraient également autoriser une meilleure connaissance des recettes et des gestes techniques utilisés dans les chantiers de construction.

L’organisation spatiale des vaisseaux

23Si la robustesse des ensembles architecturaux a permis la préservation des fonds de carène, les éléments plus fragiles témoignant de l’organisation des espaces à bord des vaisseaux ne sont pour leur part conservés que de façon ténue. L’essentiel des découvertes se résume à :

  • des vestiges des cloisons de l’archipompe sur l’épave F ;

  • des cloisons et des planchers de soutes à l’avant de l’épave A-B, assimilables peut-être au réduit d’un charpentier, eu égard au nombre d’objets de travail du bois découvert sur la zone ;

  • lambrissage des fonds et revêtement en vannerie signalant probablement l’emplacement des soutes au pain sur l’arrière de l’épave E.

24Hors la reconnaissance d’aires privilégiées grâce à des concentrations de matériel spécialisé, par exemple la zone des cuisines au tiers avant des épaves A-B et E, marquée par l’abondance des briques de maçonnerie des fours, l’individualisation des espaces des bâtiments se révèle trop aléatoire. L’effondrement des ponts, le bouleversement des sites et la dispersion, voire la disparition, des vestiges matériels de certaines zones imposent, en effet, le plus souvent de limiter les observations archéologiques à de simples constats de présence/absence, interdisant de fait toute interprétation quant à la répartition spatiale des vaisseaux.

Manœuvre et vie à bord des vaisseaux

25Hors une étude générale des témoignages matériels recueillis lors de la fouille dans leur environnement spatial, l’analyse typologique du mobilier demeure d’un intérêt majeur. Vaisseaux de premier rang appartenant à l’armée navale du Ponant, ces bâtiments destinés à évoluer en ligne ont été conçus de façon à répondre à des impératifs fonctionnels et manœuvriers identiques. Leur équipement de bord est, en ce sens, similaire d’un vaisseau à l’autre, ce que confirme la comparaison des séries typologiques d’objets découverts sur les différentes épaves, notamment les éléments de céramique culinaire saintongeaise mis au jour sur les épaves A-B, C, E et F.

26On peut donc envisager une certaine complémentarité inter-épaves des inventaires mobiliers, autorisant l’étude globale de la collection archéologique des épaves de la Hougue. L’hypothèse première d’une distinction mobilière entre les vaisseaux construits au Levant et au Ponant, qui n’a pas été perceptible lors de la fouille, est par trop fragile lorsque l’on sait que tous ces vaisseaux servaient depuis plusieurs années dans les eaux ponantaises et que de nombreux matelots languedociens et provençaux ont été envoyés à Brest pour en compléter les effectifs.

27Bien que considérée dans sa totalité sur les cinq épaves, cette collection archéologique de près de six cents objets ou fragments ne peut toutefois répondre aux inventaires d’armement de bâtiments qui sont conservés dans les archives de la fin du xviie s. Aussi bien quantitativement que sur le plan de la diversité des objets et des matériaux utilisés pour manœuvrer, entretenir et armer un vaisseau de guerre, il faut admettre le caractère parcellaire et lacunaire de la collection archéologique des objets de la Hougue. Néanmoins, l’étude technique et morphologique de celle-ci se révèle à plus d’un titre précieuse pour notre connaissance de l’armement des vaisseaux du roi. Si les inventaires d’approvisionnement et d’armement dressent une liste extrêmement précise et codifiée d’articles déterminés par leur nom et leur usage, ils restent muets en ce qui concerne les caractéristiques techniques et formelles des objets. Au contraire, les éléments mobiliers découverts sur le site archéologique, parfois fragmentaires et d’interprétation délicate, offrent toujours la possibilité d’une étude de leur processus de fabrication et de leur morphologie. À travers l’ensemble de ces objets, ce sont les modes et les techniques de fabrication, la fonctionnalité, la forme et l’usage de chacun des éléments utilisés à bord qui doivent être étudiés conjointement.

28L’étude archéologique des objets du gréement est la plus représentative des diverses catégories de mobilier (fig. 4). La centaine d’objets du gréement façonnés en bois, poulies, caps de mouton, éléments de racage, taquets, compose un échantillonnage représentatif de l’ensemble des pièces des agrès et de la manœuvre des vaisseaux. L’étude globale de ce matériel permet de dresser un tableau complet des essences de bois employées (fig. 5) et de réaliser des analyses statistiques pertinentes du mobilier (poulies et pommes de racage majoritairement en orme, réas de poulie en frêne, taquets à cornes en chêne, etc.). Ces données permettent également d’effectuer d’autres sériations, fondées, par exemple, sur les dimensions des pièces. Ainsi le frêne semble être utilisé pour des rouets de poulie de petite dimension, alors que le gaïac et le noyer, rares au demeurant, sont à l’évidence réservés à des pièces de grand diamètre.

Fig. 4 – Poulie de drisse STVH 472, corps en orme et rouets en bronze, lors de sa découverte sur l’épave A-B

Fig. 4 – Poulie de drisse STVH 472, corps en orme et rouets en bronze, lors de sa découverte sur l’épave A-B

Cliché : F. Osada.

Fig. 5 – Tableau récapitulatif des objets en bois du gréement découverts sur les cinq épaves

Fig. 5 – Tableau récapitulatif des objets en bois du gréement découverts sur les cinq épaves

29Les autres groupes d’objets découverts à bord des épaves, numériquement moins nombreux, tels que les éléments du service du canon, l’outillage, la tonnellerie et la vaisselle, ont également donné lieu à des études techniques et formelles. Au contraire, certaines catégories d’objets, absentes du site archéologique, ne peuvent être connues que grâce aux autres sources historiques. C’est notamment le cas de l’habillement des soldats, matelots et officiers à bord, à l’exception d’un lot conséquent de chaussures en cuir qui a pu être étudié (fig. 6). Et pourtant, des vestiges aussi ténus que de simples boutons, d’étain ou de bois, découverts sur les épaves permettent de mettre en lumière des différences vestimentaires signalées dans les archives :

[...] tous nos soldats de provence ont des boutons d’Estain conformement a l’ordonnance mais la plus part de ceux du ponant ont les boutons de la mesme estofe que les justaucorps [...]
(AN, fonds Marine, B3 69, F 33-35, MS. Lettre de Beaujeu à Pontchartrain, sur l’état des compagnies d’infanterie de la marine stationnées à Brest, 1er août 1692).

Fig. 6 – Croquis de chaussure en cuir présente en plusieurs exemplaires sur les épaves de la Hougue

Fig. 6 – Croquis de chaussure en cuir présente en plusieurs exemplaires sur les épaves de la Hougue

Chaussure basse fermée, à laçage frontal, languette et talon formé de lamelles de cuir chevillées.

Dessin : É. Veyrat.

Conclusion

30Six années de campagnes de fouille sur les épaves de la Hougue, d’observations architecturales et de collecte d’informations ont démontré à quel point l’analyse de tels sites archéologiques de la période moderne est intimement liée à l’étude des archives. Correspondances minutieuses des ministres de la Marine avec les intendants des arsenaux, les officiers des ports ou des navires, ordonnances et procès-verbaux dressent, peu à peu, le cadre général de restructuration de la marine de Louis XIV. Pourtant, la faculté du site archéologique à offrir une vision intégrée, à la fois verticale, du fond de cale aux dunettes, des matelots aux officiers (fig. 7), et horizontale, par la répartition spatiale, les catégories morpho-technologiques d’objets et les comparaisons inter-épaves, est la seule à permettre la mise en lumière simultanée et globale des diverses composantes du système technique et fonctionnel du bateau : méthodes et gestes techniques de construction, manœuvre, armement et culture matérielle des groupes humains embarqués. Cette base de données réelles bien qu’incomplète, une fois confrontée aux sources historiques disponibles par un processus de va et vient permanent, doit fournir à terme un référentiel tangible pour la connaissance des grands vaisseaux de la fin du xviie s.

Fig. 7 – Flacon vaporisateur à parfum avec système de piston

Fig. 7 – Flacon vaporisateur à parfum avec système de piston

Corps en trois parties assemblées en os, pompe en alliage cuivreux.

Dessins : P. Mille.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Carte de localisation des vestiges des épaves de la Hougue
Crédits DAO : É. Veyrat.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/104723/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 681k
Titre Fig. 2 – Liste des cinq vaisseaux coulés près de l’île Tahihou et hypothèses d’identification archéologique
Crédits É. Veyrat.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/104723/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Titre Fig. 3 – Organisation du maître-couple et de la membrure sur les épaves de la Hougue
Crédits DAO : É. Veyrat.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/104723/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre Fig. 4 – Poulie de drisse STVH 472, corps en orme et rouets en bronze, lors de sa découverte sur l’épave A-B
Crédits Cliché : F. Osada.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/104723/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Fig. 5 – Tableau récapitulatif des objets en bois du gréement découverts sur les cinq épaves
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/104723/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Titre Fig. 6 – Croquis de chaussure en cuir présente en plusieurs exemplaires sur les épaves de la Hougue
Légende Chaussure basse fermée, à laçage frontal, languette et talon formé de lamelles de cuir chevillées.
Crédits Dessin : É. Veyrat.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/104723/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 7 – Flacon vaporisateur à parfum avec système de piston
Légende Corps en trois parties assemblées en os, pompe en alliage cuivreux.
Crédits Dessins : P. Mille.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/104723/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 411k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel L’Hour, Élisabeth Veyrat, « Au large de Saint-Vaast-la-Hougue – Bataille de la Hougue » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Normandie, mis en ligne le 06 septembre 2021, consulté le 28 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/104723

Haut de page

Auteurs

Michel L’Hour

Drassm

Articles du même auteur

Élisabeth Veyrat

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Michel L’Hour

Drassm

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Élisabeth Veyrat

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search