Navigation – Plan du site

AccueilRégionsProvence-Alpes-Côte d’Azur1996Domaine public maritimeAu large des Saintes-Maries-de-la...

1996
Domaine public maritime

Au large des Saintes-Maries-de-la-Mer – Camargue 10

Évaluation (1996)
Responsable d’opération : Luc Long

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Notice publiée dans Gallia Informations 1998-1999 [CD-Rom], Paris, CNRS Éditions. ISBN : 2-271-05782-5.

Texte intégral

1L’épave se situe à 750 m du bord, face à l’étang d’Icard, à l’ouest du Petit Rhône, par 7 m de fond. Il s’agit des vestiges d’un bateau d’assez gros tonnage, vide de toute marchandise et de tout objet de bord, dont la longueur conservée est de 24 m pour 10 m de large.

2Les relevés rapides, effectués durant notre expertise avec L’Archéonaute au début juillet 1996, attestent du très fort échantillonnage des pièces utilisées pour la construction :

  • membrures doubles : 28 cm x 24 cm ;

  • diamètre gournable : 3 cm ;

  • bordage : 29 cm x 7 cm.

3Au centre du navire et sur l’axe longitudinal, on note une fracture et un chevauchement des parties du fond de carène qui compliquent la compréhension et l’étude de la coque. En outre, de nombreuses pièces de bois, arrachées au vaisseau, sont dispersées en désordre en fond de cale. Sur l’arrière, côté plage, la pièce d’étambot avec les pentures de gouvernail se relève d’au moins deux mètres au-dessus du sable.

4Les dimensions générales du navire et l’emploi d’un doublage de zinc, utilisé par exemple à Marseille pour remplacer le cuivre dès 1845, laissent penser à un bâtiment de type brick naufragé vers le milieu ou dans la deuxième moitié du xixe s. On sait, par ailleurs, que les pêcheurs des Saintes-Maries-de-la-Mer, au début du xxe s., surnommaient encore cette épave « L’Italien ». On est ainsi tenté de rapprocher l’épave Camargue 10 du brick-goélette, Vincenzino, qui comptait neuf hommes d’équipage et s’échoua à 25 m de bord, à l’ouest des Saintes-Maries-de-la-Mer, le 14 octobre 1863 (Illouze 1988, p. 85). Les données d’archives précisent, en outre, que son chargement de douelles fut sauvé en totalité, détail encore une fois en bonne cohérence avec l’épave Camargue 10, dont la cale a visiblement été vidée.

Haut de page

Bibliographie

Illouze A. 1988 : Épaves de Camargue, d'Aigues-Mortes à Fos-sur-Mer, du xve au xixe siècle : contribution à l'histoire des naufrages. Nîmes, Éditions Notre-Dame, 163 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Long, « Au large des Saintes-Maries-de-la-Mer – Camargue 10 » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Provence-Alpes-Côte d’Azur, mis en ligne le 09 septembre 2021, consulté le 22 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/104830

Haut de page

Auteur

Luc Long

Drassm

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Luc Long

Drassm

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search