Navigation – Plan du site

AccueilRégionsProvence-Alpes-Côte d’Azur1995Domaine public maritimeAu large des Saintes-Maries-de-la...

1995
Domaine public maritime

Au large des Saintes-Maries-de-la-Mer – Saintes-Maries-de-la-Mer 2

Évaluation (1993, 1995)
Responsable d’opération : Luc Long

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Notice publiée dans Gallia Informations 1998-1999 [CD-Rom], Paris, CNRS Éditions. ISBN : 2-271-05782-5.

Texte intégral

1L’épave se situe face au Petit Rhône par 10,5 m de fond. Longue de 15 m, elle se caractérise par un ensemble de concrétions métalliques à la surface desquelles apparaissent des fragments d’amphores Dr. 2/4 espagnoles, le tout recouvert de filets de chalut (fig. 1 et 2). Le corps principal du gisement est constitué par une masse concrétionnaire de près de 8 m de long pour 4,3 m de large au centre de laquelle l’agencement de lingots et de barres de fer laisse entrevoir la carlingue métallifiée du navire et ménage un espace pour le passage du mât (fig. 3).

Fig. 1 – Dégagement d’une amphore Dr 2/4 soudée à l’épave

Fig. 1 – Dégagement d’une amphore Dr 2/4 soudée à l’épave

Cliché : D. Metzger (Drassm).

Fig. 2 – Amphores collées à des concrétions, récupérées sur L’Archéonaute

Fig. 2 – Amphores collées à des concrétions, récupérées sur L’Archéonaute

Cliché : D. Metzger (Drassm).

Fig. 3 – Plan général de l’épave

Fig. 3 – Plan général de l’épave

Dessin : A. Illouze (Drassm).

2À l’issue des relevés planimétriques fréquemment ralentis par le manque de visibilité, nous avons pu prélever des blocs, à l’aide de nombreux parachutes et de la grue de L’Archéonaute, qui furent ensuite débités sur place. Certaines concrétions ont livré des barres de fer et des lingots forgés, parfois exceptionnellement bien conservés, dont le métal était encore sonnant.

3On distingue dans ce chargement des lingots courts et trapus en forme de pains parallélépipédiques qui sont classés dans la forme 4 de notre typologie (fig. 4). Ils mesurent 24 cm à 26 cm de long, 5,5 cm de large, 4 cm de haut et pèsent environ 3,8 kg, soit près d’une douzaine de livres. Sur ces lingots, des cartouches en forme de rectangle (2,3 cm x 0,8 cm) profondément imprimés indiquent la marque rétrograde LEPIDI associée à deux petites marques ovales non identifiées (fig. 5a). Un autre poinçon, quelquefois associé sur ces mêmes lingots au timbre de Lepidus, représente une ancre à jas aux pattes en volute (cartouche : 2,8 cm x 0,8 cm) qui rattache d’emblée cette production au commerce maritime (fig. 5b). Au total cent lingots de ce type ont été prélevés en 1995 et confiés au laboratoire Archéolyse International.

Fig. 4 – Lingots en cours de dégagement

Fig. 4 – Lingots en cours de dégagement

Cliché : L. Long (Drassm).

Fig. 5 – a, marque LEPIDI associée à deux petites marques ovales ; b, timbre représentant une ancre à jas aux pattes en volute

Fig. 5 – a, marque LEPIDI associée à deux petites marques ovales ; b, timbre représentant une ancre à jas aux pattes en volute

Clichés : L. Long (Drassm).

4D’autres concrétions ont livré de longues barres de forme 1 (123 cm x 2 cm x 4 cm). L’une d’elle a donné cent quarante-six barres relatives à cette forme dont la longueur moyenne, comprise entre 102 cm et 118 cm, est fixée à 109 cm pour 4 cm et 2 cm de côtés. Leur poids moyen, qui oscille entre 4,865 kg et 7,040 kg, est fixé autour de 6,5 kg, soit environ vingt livres. La grande majorité de ces barres allongées présente une nouvelle estampille EROTIS, souvent poinçonnée à deux reprises dans un cartouche rectangulaire (2,7 cm x 0,7 cm). Ce timbre est toujours associé à une marque circulaire (diamètre : 1,2 cm) où se devinent les lettres I et VL liés (fig. 6).

Fig. 6 – Estampille EROTIS dans un cartouche rectangulaire

Fig. 6 – Estampille EROTIS dans un cartouche rectangulaire

Cliché : L. Long (Drassm).

5Le chargement complémentaire, concentré sur une extrémité du navire, était constitué d’une vingtaine d’amphores Dr. 2/4 de Tarraconaise et de quelques amphores de Bétique. On a ainsi recensé une amphore à huile Dr. 20 et six amphores Halt. 70 (fig. 7). Bien que très fragmentées, ces dernières encore obturées contenaient de nombreux noyaux d’olives pris dans les concrétions (fig. 8).

Fig. 7 – Dr. 2/4, Dr. 20 et Halt. 70, avec un fond d’amphore à saumure

Fig. 7 – Dr. 2/4, Dr. 20 et Halt. 70, avec un fond d’amphore à saumure

Dessins : G. Frommertz.

Fig. 8 – Amphores Halt. 70 livrant de nombreux noyaux d’olives pris dans les concrétions

Fig. 8 – Amphores Halt. 70 livrant de nombreux noyaux d’olives pris dans les concrétions

Cliché : L. Long (Drassm).

6Les vestiges de la coque, de fortes dimensions (fig. 9), sont partiellement préservés sous les concrétions. La concrétion F, retrouvée à 2 m de l’axe de l’épave, sur l’extrémité sud, a livré une petite partie du fond de carène (1,15 m x 1,85 m). Les membrures, de 23 cm de haut pour 12 cm de large, sont fixées par des gournables (diamètre : 2,5 cm) à un bordage simple de 6 cm d’épaisseur (fig. 10). L’une d’elles, sans doute d’échantillonnage insuffisant, était composée de deux éléments superposés. La maille, souvent conservée en plein par l’action du concrétionnement, mesure 15,5 cm de large, tandis que le vaigrage atteint 3,5 cm d’épaisseur. Des listons de 6 cm d’épaisseur servaient apparemment d’intermédiaire entre le plancher de vaigres et le chargement de fer. Un épais tapis végétal, composé notamment de sarments de vigne, visait sans doute aussi la protection du fond de cale.

Fig. 9 – Vestiges de la coque partiellement préservés dans une concrétion

Fig. 9 – Vestiges de la coque partiellement préservés dans une concrétion

Cliché : L. Long (Drassm).

Fig. 10 – Relevés des vestiges de bois

Fig. 10 – Relevés des vestiges de bois

DAO : L. Long (Drassm), A. Illouze (Drassm).

7D’une manière assez générale, l’échantillonnage des pièces de bois, la longueur conservée du gisement et le volume apparent de la cargaison classent ce gisement parmi les plus grosses épaves de Camargue à chargement de fer. Il pourrait s’agir d’un bateau d’environ 15 m ou 18 m de long dont la cargaison peut être très approximativement estimée à une vingtaine de tonnes, soit environ trois à quatre mille lingots. La chronologie du naufrage, précisée par le mobilier amphorique, se situe dans la première moitié du ier s. de notre ère. Quant à l’origine espagnole des amphores, elle ne peut d’emblée s’appliquer à la cargaison de fer. De fait, ces amphores ont très bien pu être chargées dans un port de redistribution comme Narbonne.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Dégagement d’une amphore Dr 2/4 soudée à l’épave
Crédits Cliché : D. Metzger (Drassm).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/104845/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 2 – Amphores collées à des concrétions, récupérées sur L’Archéonaute
Crédits Cliché : D. Metzger (Drassm).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/104845/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Titre Fig. 3 – Plan général de l’épave
Crédits Dessin : A. Illouze (Drassm).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/104845/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 4 – Lingots en cours de dégagement
Crédits Cliché : L. Long (Drassm).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/104845/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 579k
Titre Fig. 5 – a, marque LEPIDI associée à deux petites marques ovales ; b, timbre représentant une ancre à jas aux pattes en volute
Crédits Clichés : L. Long (Drassm).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/104845/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 673k
Titre Fig. 6 – Estampille EROTIS dans un cartouche rectangulaire
Crédits Cliché : L. Long (Drassm).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/104845/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 707k
Titre Fig. 7 – Dr. 2/4, Dr. 20 et Halt. 70, avec un fond d’amphore à saumure
Crédits Dessins : G. Frommertz.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/104845/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 8 – Amphores Halt. 70 livrant de nombreux noyaux d’olives pris dans les concrétions
Crédits Cliché : L. Long (Drassm).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/104845/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 574k
Titre Fig. 9 – Vestiges de la coque partiellement préservés dans une concrétion
Crédits Cliché : L. Long (Drassm).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/104845/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre Fig. 10 – Relevés des vestiges de bois
Crédits DAO : L. Long (Drassm), A. Illouze (Drassm).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/104845/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Long, « Au large des Saintes-Maries-de-la-Mer – Saintes-Maries-de-la-Mer 2 » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Provence-Alpes-Côte d’Azur, mis en ligne le 09 septembre 2021, consulté le 22 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/104845

Haut de page

Auteur

Luc Long

Drassm

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Luc Long

Drassm

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search