Navigation – Plan du site

AccueilRégionsProvence-Alpes-Côte d’Azur1994Domaine public maritimeAu large des Saintes-Maries-de-la...

1994
Domaine public maritime

Au large des Saintes-Maries-de-la-Mer – Saintes-Maries-de-la-Mer 5

Évaluation (1994)
Responsable d’opération : Luc Long

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Notice publiée dans Gallia Informations 1998-1999 [CD-Rom], Paris, CNRS Éditions. ISBN : 2-271-05782-5.

Texte intégral

1L’épave se situe en bordure de plage, à l’est des Saintes-Maries-de-la-Mer (fig. 1). Une portion de coque d’environ 10 m de long est apparue après une tempête en bordure du littoral et a été rapidement détruite par le passage des véhicules tout-terrains.

Fig. 1 – Vue de l’épave en bordure de plage, avec son inventeur

Fig. 1 – Vue de l’épave en bordure de plage, avec son inventeur

Cliché : L. Long (Drassm).

2Outre les informations glanées sur place, un tronçon de coque a été découpé par l’inventeur (1,10 m x 1,30 m) et apporté au Drassm. Depuis, aucune des recherches menées pour relocaliser ces vestiges n’a abouti. Sur la portion de coque conservée, l’assemblage des membrures, de faible échantillonnage (8 cm de haut, large de 6 cm) au moyen de gournables, sur un bordage à franc-bord avec mortaise et languettes chevillées, se rattache à l’époque antique. Si deux membrures sont encore en place, on peut nettement distinguer en négatif l’emplacement de trois autres pièces, tracé à la pointe sèche par le charpentier, sur une partie de la carène vraisemblablement constituée selon le procédé « bordé premier ».

3Mais le principal intérêt de ces vestiges réside dans la forme même des virures de bordé qui présentent un renflement extérieur, assez bien marqué sur quatre d’entre elles (fig. 2). Ce système que l’on pourrait assimiler à un faux clin pose de nombreux problèmes d’interprétation.

Fig. 2 – Relevés des vestiges

Fig. 2 – Relevés des vestiges

Échelle : 1/15.

Dessin : H. Frost, L. Long (Drassm).

4L’hypothèse d’éventuels « déflecteurs d’écume », caractéristiques des bateaux longs, nous éloignerait dans ce cas des traditionnelles coques en corbita, propres aux navires marchands.

5Les comparaisons proposées par H. Frost entre l’épave SM5 et le bateau punique de Marsala sont très intéressantes (Frost 1997). Cet élément de coque s’est sans doute détaché d’une épave pendant une tempête. La partie principale du site doit être située plus au large, on pense à la zone des « brisants », à environ 200 m du bord.

Haut de page

Bibliographie

Frost H. 1997 : False clinkers on a hull fragments from « Saintes-Maries-de-la-Mer Wreck no 5 », Structural camparison with the Marsala Punic Ship, in Camargue, Alpilles, Crau ; Actes du 2e colloque du Groupe Archéologique Arlésien, Arles, 1995. Arles, Groupe Archéologique Arlésien, p. 117-122.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue de l’épave en bordure de plage, avec son inventeur
Crédits Cliché : L. Long (Drassm).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/104855/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 379k
Titre Fig. 2 – Relevés des vestiges
Légende Échelle : 1/15.
Crédits Dessin : H. Frost, L. Long (Drassm).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/104855/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Long, « Au large des Saintes-Maries-de-la-Mer – Saintes-Maries-de-la-Mer 5 » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Provence-Alpes-Côte d’Azur, mis en ligne le 09 septembre 2021, consulté le 19 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/104855

Haut de page

Auteur

Luc Long

Drassm

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Luc Long

Drassm

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search