Navigation – Plan du site

AccueilRégionsProvence-Alpes-Côte d’Azur1995Domaine public maritimeAu large des Saintes-Maries-de-la...

1995
Domaine public maritime

Au large des Saintes-Maries-de-la-Mer – Saintes-Maries-de-la-Mer 9

Évaluation (1995)
Responsable d’opération : Luc Long

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Notice publiée dans Gallia Informations 1998-1999 [CD-Rom], Paris, CNRS Éditions. ISBN : 2-271-05782-5.

Texte intégral

1L’épave se situe à un mille au large, à l’est des Saintes-Maries-de-la-Mer, par 12 m à 13 m de fond (fig. 1). Elle s’apparente comme les précédentes à un chargement de lingots de fer aux formes variées. Elle a été découverte en deux temps. À l’origine, sept ou huit grosses concrétions détachées les unes des autres, la signalaient en surface du sédiment, lors de notre première intervention, en juillet 1996 (Long 1997, p. 75).

Fig. 1 – Vue des vestiges concrétionnés de l’épave par 12 à 13 m de fond

Fig. 1 – Vue des vestiges concrétionnés de l’épave par 12 à 13 m de fond

Cliché : D. Metzger (Drassm).

2Cet ensemble de blocs désolidarisés était disposé parallèlement à la plage sur 10 m de long.

3La concrétion A, la plus intéressante, à l’ouest du site, a livré deux planches de vaigrage du navire, encore jointives, sur le bois métallifié desquelles vingt-neuf lingots reposaient en quatre rangs sur deux couches. Un lit de sarments de vigne, d’abord pris pour de la paille et encore bien conservé, séparait le plancher en bois de cette cargaison de fer (fig. 2). Ces lingots trapus et quadrangulaires (forme 4) varient en longueur de 27 cm à 31 cm, pour 6 cm de large et 4 cm de haut. Le poids moyen des plus lourds se situe autour de 3,5 kg (fig. 3). Ils comportent des timbres peu lisibles, insérés dans des cartouches de 2,8 cm x 0,6 cm.

Fig. 2 – Vue de détail des empreintes de lingots posés sur des sarments de vigne

Fig. 2 – Vue de détail des empreintes de lingots posés sur des sarments de vigne

Cliché : L. Roux.

Fig. 3 – Dégagement des lingots

Fig. 3 – Dégagement des lingots

Cliché : D. Metzger (Drassm).

4L’étude des concrétions B et C, situées au milieu du gisement, a livré des lingots en négatif, vidés de toute substance métallique. Ce qui reste des trente lingots de la concrétion B et des quinze lingots de la concrétion D s’apparente à des barres fines à section carrée, de 37 cm à 44 cm de long pour 3 cm d’arête (forme 2).

5Par ailleurs, sept barres conservées en creux, provenant de la concrétion E, mesurent 44 cm de long pour 3,2 cm et 3,5 cm de côté (forme 2).

6Les autres vestiges du navire dans cette zone se limitent à de menus morceaux de bois, des clous de cuivre (16 cm long) et un fragment de céramique non identifiée, qui rattachent l’épave à la période antique.

7Mais nos dernières plongées dans le même secteur avec l’aide d’un nouvel inventeur, P. Ardois, ont conduit à la découverte d’une seconde zone beaucoup plus riche, sise à environ 150 m du premier groupe de concrétions. Les vestiges y sont partiellement recouverts de filets, dans une eau souvent sans visibilité, ce qui nécessite une sérieuse mise au point avant chaque plongée. Il s’agit probablement du cœur principal de la même épave qui regroupe, sur environ 12 m à 15 m de long, une concrétion centrale de 8 m et divers autres blocs très imposants. Le groupe précédent, qui ne présentait visiblement aucune organisation, correspond sans doute à une poche de chalut, vidée à peu de distance après s’être déchirée sur le gisement principal.

8Ce nouvel ensemble très imposant, qui contient au moins 50 t de fer, présente les mêmes formes de lingots et les mêmes vestiges de sarments de vigne, constituant un tapis de protection entre le bois et le chargement. On y recense des lingots de forme 3 et 4 qui sont, dans l’ensemble, assez massifs et parfois difficilement dissociables. On distingue également des barres de forme 1 qui excèdent de peu 1 m de long (dimensions moyennes : 102 cm x 4,4 cm x 2,5 cm) ainsi que des barres de forme 2 (57 cm à 67 cm x 4,4 cm x 2,5 cm). Parmi ces dernières, certaines correspondent à un module très fin dont la section carrée ne dépasse pas 2,5 cm de côté.

9Le déganguage, le nettoyage, l’inventaire et la métrologie des lingots récupérés ont été effectués à bord de L’Archéonaute, par l’équipe de fouille (fig. 4).

Fig. 4 – Étude détaillée de la disposition des lingots

Fig. 4 – Étude détaillée de la disposition des lingots

Cliché : A. Illouze (Drassm).

10Quelques marques nouvelles ont pu être lues avec l’aide de C. Domergue et C. Rico, parmi lesquelles : COR. (fig. 5a) et CAECI (fig. 5b). L’une des concrétions, au sud du gisement, a livré un glaive encore conservé dans son fourreau en bois, dont la poignée, brisée au niveau de la garde, est manquante (fig. 6a et 6b). Cet objet, pris en charge par le musée de l’Arles antique, fut immédiatement transporté au laboratoire de Draguignan, pour traitement et restauration. D’après les premières observations, la partie conservée de la garde et des éléments de suspension étaient peut-être façonnés dans un métal argenté comme sur les glaives provenant de Rheingönnheim sur le Rhin.

Fig. 5 – a, marque COR. sur lingot de fer ; b, marque CAECI

Fig. 5 – a, marque COR. sur lingot de fer ; b, marque CAECI

Clichés : L. Long (Drassm).

Fig. 6 – a, vue du glaive dans son fourreau ; b, vue de détail du glaive

Fig. 6 – a, vue du glaive dans son fourreau ; b, vue de détail du glaive

Clichés : L. Roux.

11Typologiquement, ce gladius à pointe longue, de type « Mayence », paraît se rattacher aux armes romaines utilisées entre l’époque d’Auguste et celle de Claude (Feugère 1990, p. 94).

Haut de page

Bibliographie

Feugère M. 1990 : Les armes romaines, in Du silex à la poudre, 4000 ans d'armement en Val de Saône. Exposition 1990-1991. Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 93-97.

Long L. 1997 : Inventaire des épaves de Camargue, de l'Espiguette au Grand Rhône. Des cargaisons de fer antiques aux gisements du xixe siècle. Leur contribution à l'étude des paléorivages, in Camargue, Alpilles, Crau; Actes du 2e colloque du Groupe archéologique arlésien, Arles 1995. Arles, Groupe archéologique arlésien, p. 59-115.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue des vestiges concrétionnés de l’épave par 12 à 13 m de fond
Crédits Cliché : D. Metzger (Drassm).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/104870/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 422k
Titre Fig. 2 – Vue de détail des empreintes de lingots posés sur des sarments de vigne
Crédits Cliché : L. Roux.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/104870/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 489k
Titre Fig. 3 – Dégagement des lingots
Crédits Cliché : D. Metzger (Drassm).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/104870/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Titre Fig. 4 – Étude détaillée de la disposition des lingots
Crédits Cliché : A. Illouze (Drassm).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/104870/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 571k
Titre Fig. 5 – a, marque COR. sur lingot de fer ; b, marque CAECI
Crédits Clichés : L. Long (Drassm).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/104870/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Fig. 6 – a, vue du glaive dans son fourreau ; b, vue de détail du glaive
Crédits Clichés : L. Roux.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/104870/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Long, « Au large des Saintes-Maries-de-la-Mer – Saintes-Maries-de-la-Mer 9 » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Provence-Alpes-Côte d’Azur, mis en ligne le 09 septembre 2021, consulté le 22 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/104870

Haut de page

Auteur

Luc Long

Drassm

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Luc Long

Drassm

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search