Navigation – Plan du site

AccueilRégionsProvence-Alpes-Côte d’Azur1995Domaine public maritimeAu large des Saintes-Maries-de-la...

1995
Domaine public maritime

Au large des Saintes-Maries-de-la-Mer – Saintes-Maries-de-la-Mer 10

Évaluation (1995)
Responsable d’opération : Luc Long

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Notice publiée dans Gallia Informations 1998-1999 [CD-Rom], Paris, CNRS Éditions. ISBN : 2-271-05782-5.

Texte intégral

1L’épave, qui était très ensablée lors de sa découverte, se situe à l’ouest des Saintes-Maries-de-la-Mer, face à l’étang d’Icard, par 11 m à 12 m de fond. Elle est très exactement à 670 m au sud de l’épave SM2.

2De la masse concrétionnaire principale, recouverte de filets et mesurant entre 5 m et 8 m de long pour 3 m de large, nous avions prélevé, à l’origine, trois barres de fer. Ces premiers échantillons de forme 1, relativement aplatis, présentaient des estampilles illisibles (Long 1997, p. 76).

3Lors de notre dernière intervention sur le site, la couverture de sable avait été partiellement dégagée par une tempête. En dépit des très mauvaises conditions de plongée dans ce secteur et notamment de la faible visibilité, on a pu reconnaître la carlingue, au centre de la concrétion principale.

4Cette carlingue, complètement métallifiée comme tous les vestiges de bois de l’épave, mesure 28 cm de large. Elle est creusée d’une cavité d’emplanture de 21 cm de long, 13 cm de large et 9 cm de profondeur (fig. 1). Une fois partiellement retiré, au marteau et au burin, le film métallique de 3 cm à 4 cm qui recouvre l’ensemble, les longues barres apparaissent rangées en fond de cale, de part et d’autre de l’axe du navire (fig. 2).

Fig. 1 – Vue de la cavité d’emplanture du mât

Fig. 1 – Vue de la cavité d’emplanture du mât

Cliché : L. Long (Drassm).

Fig. 2 – Rangement longitudinal des barres de fer

Fig. 2 – Rangement longitudinal des barres de fer

Cliché : L. Long (Drassm).

5Comme les premières, ces barres plates de forme 1 mesurent en moyenne 125 cm à 139 cm de long, 3,8 cm de large et 1,7 cm à 2 cm d’épaisseur. Leur poids varie entre 7 kg et 10 kg.

6Immédiatement au-dessus, sont alignés, tantôt en travers et tantôt en long, les lingots de forme 4. Ils mesurent en moyenne 23 cm à 26 cm de long pour une section pseudo-carrée de 5 cm x 4,5 cm et un poids compris entre 3 kg à 4 kg.

7Ces barres et ces lingots ont livré des marques de producteurs ou de forgerons plus lisibles que les précédentes, inscrites dans des cartouches rectangulaires : MAXIMI (fig. 3a), Q. CATO et FULVIOR (fig. 3b). Ce dernier timbre, qu’il faut vraisemblablement restituer FULVIORUM, comme nous connaissons la mention MINUCIORUM sur les lingots de plomb de l’épave Sud-Lavezzi 2, vers 10 à 30 apr. J.‑C. (Gallia, 1982, p. 447 ; Liou, Domergue 1991), est associé à une marque circulaire illisible (fig. 4), assez comparable à celles des lingots de l’épave SM2. Ces timbres rattachent incontestablement le fer de l’épave SM10 à la période antique, vraisemblablement au ier s. de notre ère. C’est ce que pourraient confirmer quelques rares tessons d’amphores qui sont au demeurant très difficiles à identifier.

Fig. 3 – Relevé des estampilles

Fig. 3 – Relevé des estampilles

Marque Maximi sur lingot de fer.

Cliché et dessins : L. Long (Drassm).

Fig. 4 – Relevé par frottis de l’estampille Fulviorum

Fig. 4 – Relevé par frottis de l’estampille Fulviorum

Cliché : L. Long (Drassm).

Haut de page

Bibliographie

Liou B., Domergue C. 1991 : Le commerce de la Bétique au Ier siècle de notre ère : l'épave Sud-Lavezzi 2. Archaeonautica, 10, 1990. Paris, Éd. du CNRS, p. 11-123.

Long L. 1997 : Inventaire des épaves de Camargue, de l'Espiguette au Grand Rhône. Des cargaisons de fer antiques aux gisements du xixe siècle. Leur contribution à l'étude des paléorivages, in Camargue, Alpilles, Crau; Actes du 2e colloque du Groupe archéologique arlésien, Arles 1995. Arles, Groupe archéologique arlésien, p. 59-115.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue de la cavité d’emplanture du mât
Crédits Cliché : L. Long (Drassm).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/104875/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 314k
Titre Fig. 2 – Rangement longitudinal des barres de fer
Crédits Cliché : L. Long (Drassm).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/104875/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 477k
Titre Fig. 3 – Relevé des estampilles
Légende Marque Maximi sur lingot de fer.
Crédits Cliché et dessins : L. Long (Drassm).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/104875/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Fig. 4 – Relevé par frottis de l’estampille Fulviorum
Crédits Cliché : L. Long (Drassm).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/104875/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Long, « Au large des Saintes-Maries-de-la-Mer – Saintes-Maries-de-la-Mer 10 » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Provence-Alpes-Côte d’Azur, mis en ligne le 09 septembre 2021, consulté le 19 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/104875

Haut de page

Auteur

Luc Long

Drassm

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Luc Long

Drassm

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search