Navigation – Plan du site

AccueilRégionsProvence-Alpes-Côte d’Azur1995Domaine public maritimeAu large des Saintes-Maries-de-la...

1995
Domaine public maritime

Au large des Saintes-Maries-de-la-Mer – Étude d’ensemble des épaves antiques chargées de barres et de lingots de fer (SM2, SM6, SM9, SM10)

Évaluation (1995)
Responsable d’opération : Luc Long

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Notice publiée dans Gallia Informations 1998-1999 [CD-Rom], Paris, CNRS Éditions. ISBN : 2-271-05782-5.

Texte intégral

1L’ensemble des lingots et des barres de fer, mis au jour ces dernières années sur les épaves de Camargue, présente une telle homogénéité qu’il permet de dresser une première typologie des formes. Ce classement provisoire, basé sur des critères de longueur et de section, individualise actuellement six types (fig. 1).

Fig. 1 – Table typologique des lingots de fer des épaves de Camargue

Fig. 1 – Table typologique des lingots de fer des épaves de Camargue

DAO : G. Frommertz, L. Long (Drassm).

2Le type 1, attesté sur plusieurs épaves de Camargue, regroupe de longues barres quadrangulaires qui mesurent en moyenne plus de 75 cm de long. À ce jour, la longueur maximale atteint 140 cm. Ces barres aplaties et rectilignes, fréquemment estampillées, sont de section rectangulaire (le plus souvent : 4 cm x 2 cm).

3Celles que nous avons pu étudier pèsent habituellement entre 5 kg et 10 kg. On les retrouve sur l’épave SM2 où le poids moyen se situe entre 6 kg et 7 kg, soit autour de vingt livres romaines. Sur l’épave SM10, leur poids oscille entre 8 kg et 10 kg.

4Le type 2 correspond à des barres plus courtes, à mi-chemin entre la barre et le lingot. Leur longueur, rarement inférieure à 40 cm, est généralement comprise entre 40 cm et 75 cm et la section est pseudo-carrée (4,5 cm x 2,5 cm). Les modèles courants mesurent en moyenne 50 cm à 57 cm de long et pèsent autour de 3,7 kg, soit un poids proche de onze ou douze livres romaines de 327,45 g.

5Le type 3 correspond à des lingots effilés, de section pseudo-carrée, dont la longueur est comprise entre 26 cm et 40 cm de long. Le poids moyen pour cette forme varie entre 2 kg et 3 kg.

6Le type 4 est attribué à des lingots plus trapus qui ne dépassent généralement pas 33 cm ou 34 cm de long pour une largeur comprise entre 5 cm et 7 cm. Ils pèsent entre 2 kg et 5 kg. Mais leur poids est couramment proche de 4 kg. Les lingots de forme 3 et 4 de l’épave SM9 montrent néanmoins dans certains cas que les différences morphologiques entre ces deux types sont parfois ténues.

7Le type 5, individualisé sur l’épave SM6, concerne des lingots assez courts comme les précédents mais légèrement renflés. Leurs dimensions moyennes sont comprises entre 26,5 cm et 30 cm de long, 4,5 cm et 5,2 cm de large, 3,4 cm et 4 cm de haut. Leur poids oscille autour de 2,970 kg.

8Le type 6 est attribué à des lingots en forme de plaque de faible épaisseur, dont la longueur est comprise entre 27 cm et 33 cm. Les extrémités peuvent être droites ou arrondies. Sur cette forme particulière, individualisée sur l’épave SM6, la largeur oscille entre 8,9 cm et 10,3 cm, l’épaisseur entre 3 cm et 4,4 cm. Le poids, variant de 3 kg à 8 kg, se fixe fréquemment entre 4,5 kg et 5,5 kg.

9Au total, certaines concrétions ont livré des lingots conservés parfois de manière exceptionnelle dont l’épiderme était intact et le métal encore sonnant. Il ne s’agit pas d’un fer coulé dans des moules comme la régularité des surfaces pouvait le laisser supposer (la fonte de fer n’apparaît que de manière accidentelle durant l’Antiquité) mais bien évidemment de lingots forgés, sans doute à partir d’une loupe relativement raffinée. Certaines barres de type 2, une fois meulées, laissent apparaître un métal blanc (il s’agit d’un acier doux) où se distingue une soudure en forme de S unissant à la perfection deux sections d’inégales longueurs. À l’évidence, nous sommes en présence d’une production normalisée où le poids de métal détermine à l’avance la forme du lingot.

10Dans l’attente des résultats de l’analyse confiée au laboratoire de Minéralogie et de Cristallographie de Toulouse, nous n’avons pour l’instant aucune certitude sur l’origine de ce métal. Il peut provenir de plusieurs centres sidérurgiques distincts, puisque pour l’immédiat aucune marque n’est commune à deux épaves. Néanmoins, l’homogénéité des formes et du système d’estampillage, de même que la cohérence chronologique des chargements naufragés, plaident en faveur d’un commerce organisé à partir d’une seule et même région minière. Il est clair, vu le nombre d’épaves, que cette production intensive devait trouver facilement un débouché maritime.

11Du point de vue chronologique, les sept épaves de fer individualisées à ce jour en Camargue s’inscrivent dans une période relativement courte, comprise entre la deuxième moitié du ier s. av. J.‑C. et la première moitié du ier s. de notre ère. C’est notamment dans cette deuxième tranche qu’elles sont majoritaires.

12On remarquera, en outre, que tous ces gisements se concentrent sur une surface très réduite à l’échelle de la Camargue, très exactement en face d’un bras du fleuve dont le paléotracé est connu des sédimentologues : le Rhône Saint-Ferréol. Visiblement ces navires ont cherché à se positionner devant l’entrée du fleuve, sans aucun doute pour être déchargés par des allèges ou, selon le cas, pour entreprendre eux-mêmes la remontée du Rhône lorsque leur tirant d’eau le permettait. Ils se sont vraisemblablement échoués sur le dédale de barres et de bancs de sable qui encombrent habituellement les embouchures.

13Pour l’instant, nos hypothèses sur l’origine de ces chargements penchent plutôt en faveur de la Montagne Noire où coexistent, durant la période qui nous intéresse, des centres de production massive. Les ferriers romains du domaine des forges (Les Martys, Aude) ont notamment livré plusieurs milliers de tonnes de scories entre 50 à 60 av. J.‑C. et 260 à 270 de notre ère (Decombeix et al. 1998). Les évaluations minimales faites à partir des quelques 110 000 tonnes de scories lourdes estimées sur le site de Grand Ferrier (les Martys, Aude), pendant toute la durée de son activité, permettent d’avancer une production de 36 000 t de fer, soit en moyenne 375 kg par jour pendant 320 ans. À ce rythme, quatre mois de travail environ suffisaient à ce seul centre pour remplir la cale d’un bateau de 50 t. Le port de Narbonne, desservi par les allèges de l’Aude (Izarra 1993, p. 56), constituait un débouché maritime idéal pour la production sidérurgique de la Montagne Noire. Il jouait, en outre, un rôle important dans la redistribution des amphores espagnoles, qui sont, on l’a vu, fréquemment associées à nos lingots. La découverte de plaques de forme 6 et de barres de forme 1 ou 2 dans le complexe lagunaire de Gruissan, à l’extrémité orientale de la rade narbonnaise, est, du même coup, très intéressante (Solier, Depeyrot 1981, p. 206). Par ailleurs, les récentes découvertes subaquatiques de lingots de fer que nous a signalées L. Bonnamour, à Montbellet (Saône-et-Loire) et Ouroux (Saône), renforcent l’hypothèse d’un métal, pour partie au moins, destiné par voie fluviale à une diffusion en Gaule.

14Le recensement des zones productrices principales entre le Rhin, les Alpes, les Pyrénées et le Ponant, prouvent toutefois que l’ensemble du territoire, dans l’Antiquité, possédait déjà de nombreux secteurs sidérurgiques. Parmi les districts majeurs, on retiendra notamment les sites de Puisaye et d’Entre-Sambre-et-Meuse, sur l’axe nord-sud (Serneels, Mangin 1996). Cependant, la présence d’un glaive romain sur l’une des épaves de Camargue peut laisser penser que ces cargaisons, placées sous escorte, étaient devenues propriété de l’État. Dans ce cas, elles étaient peut-être principalement destinées aux troupes cantonnées sur le Rhin, frontière naturelle de l’Empire, hérissée de camps militaires, pour satisfaire des besoins massifs et impératifs en armes et outils.

Haut de page

Bibliographie

Decombeix M., Fabre J.-M., Tollon F., Domergue C. 1998 : Évaluation du volume des ferriers romains du domaine des forges (Les Martys, Aude), de la masse de scories qu'ils renferment et de la production de fer correspondante. Revue d'Archéométrie, 22, p. 77-90.

Izarra F. (de) 1993 : Hommes et fleuves en Gaule romaine. Paris, Errance, 239 p. (Coll. Hespérides).

Serneels V., Mangin M. 1996 : Sidérurgie ancienne (Âge du Fer – Moyen Âge) : Les zones productives principales entre le Rhin, les Alpes et les Pyrénées. Revue Archéologique de l'Est, 47, p. 193-198.

Solier Y., Depeyrot G. 1981 : Les épaves de Gruissan. Archaeonautica 3. Paris, Éd. du CNRS, 434 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Table typologique des lingots de fer des épaves de Camargue
Crédits DAO : G. Frommertz, L. Long (Drassm).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/104880/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 318k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Long, « Au large des Saintes-Maries-de-la-Mer – Étude d’ensemble des épaves antiques chargées de barres et de lingots de fer (SM2, SM6, SM9, SM10) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Provence-Alpes-Côte d’Azur, mis en ligne le 09 septembre 2021, consulté le 22 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/104880

Haut de page

Auteur

Luc Long

Drassm

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Luc Long

Drassm

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search